Jump to content

Le locataire - Roman Polanski (1976)


steb
 Share

Recommended Posts

  • 5 years later...
  • 7 years later...

Parfois je suis content d'avoir des lacunes, ne pas connaitre certains grands classiques, et avoir des chocs cinématographiques encore aujourd'hui. J'avais déjà pris une bonne claque avec Répulsion, une énorme claque en découvrant Rosemary's Baby en salle, mais avec Le locataire... J'ai même pas les mots !

 

Ca démarre comme une sinistre comédie qui m'a laissé dubitatif, où l'on suit les mésaventures de Trelkosky, petit homme gauche et timide, à la personnalité peu affirmé, qui évolue au milieu des pires trous du cul et autres névrosés qui vont lui mener la vie dure. Plus le film avance, plus il devient glauque et effrayant, avec des ruptures de ton brutales. Polanski s'amuse à jouer avec les nerfs de son spectateur, le but étant clairement de lui faire vivre un ascenseur émotionnel durant deux heures. C'est à la fois flippant, drôle, triste, jouissif (la scène du parc avec le gamin ), kafkaïen même. La dernière demi-heure est très éprouvante, et le plan final sujet à de multiples interprétations s'avère très bis, ce qui n'est pas pour me déplaire !

 

Même si Le locataire est moins abouti que Rosemary's Baby, je le trouve un cran au dessus, encore plus intense. Ce n'est pas la plus belle mise en scène de Polanski mais ce rythme lent, cette photo un peu terne et la musique de Philippe Sarde renforcent cette impression de malaise. Et ce casting où l'on croise Polanski himself, des vieilles gloires d'Hollywood sur le déclin et une partie de la troupe du Splendid est quand même assez hallucinant !

 

Rarement j'ai vu quelque chose d'aussi lugubre et oppressant en tout cas. Peut-être Angst, dans un tout autre genre...

 

Chef d'oeuvre !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...