Aller au contenu

confessions of a driving instructor - Norman Cohen (1976)


Messages recommandés

 

titre français : Confessions d'un moniteur d'auto-école

 

 

Où il est question d'une auto école menée par une paire de branques, dont un moniteur qui a beaucoup de succès auprès des dames. Ca tombe bien, toute la clientèle appartient au beau sexe.

 

 

Difficile de ne pas faire la comparaison avec la sexy-comédie en vogue en Italie à la même époque, à la formule comparable : scénario préxtexte aux blagues vaseuses, jeus de mots et allusions en-dessous de la ceinture, et scènes grivoises quoiqu'assez soft.

Certaines différences marquent tout de même les spécificités locales.

Le héros est prétendument beau - les dames apprécieront - , en tous cas d'un genre différent d'un Banfi ou d'un Vitali.

L'humour a tendance a être assez peu scatolgique, avec un faible taux de prouts, s'axant plutôt sur des sous-entendus para coïtaux.

Il en résulte un style moins outancier, probablement plus british - l'utilisation de l'accéléré à la Benny Hill ne trompe pas ! - quoique restant dans le champ de la farce populaire grasse et épicée.

 

Norman Cohen a réalisé d'autres film sur le mode "Confessions of..." autour d'un noyau d'acteurs commun, mais je ne sais pas quelle fut l'ampleur de la sexy comédie à l'anglaise ?

 

Moi j'aime bien

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il s'agissait, je crois, de la 2e séquelle.

Le premier à avoir initié le créneau était Val Guest avec Confessions of a Window Cleaner. IL y a eu aussi "...Pop Performer" et "...Holiday Camp",avec toujours Robin Askwith dans le role principal.

Comédies sexy typiques britanniques qui décidaient de pousser le bouchon plus loin que la très populaire (et nettement meilleure) série des "Carry On".

Pour info, La série des Carry On contre-attaqua en 1978 avec " Carry On Emanuelle " pour le coté sexe, mais ce fut la fin des haricots!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Toute la série des Carry on est basée sur les sous-entendus sexuels dans les dialogues, dans le situations (c'est très prout pouet-pouet nichons, surtout à partir de 1970 et l'apparition réguière de Barbara Windsor qui finit toujours plus ou moins déshabillée).

A éviter : Carry On England, absolument épouvantable.

 

Sinon, il y a pas mal de Sexy comedies british dans les années 70. Bas de gamme, peu de fric, utilisant les décors d'autres films suivant le modele economique des Carry On.

tu as le "No sex please, we're british" avec Ian Ogilvy et Susan penhaligon, qui suit les tribulations d'un propriétaire de sexshop, ou encore Don't Just Lie There, Say Something de Bob Kellet (73) avec Joanna Lumley, ou encore Not Now darling de Ray Cooney (au sside 73, je crois)... c'est à brule pourpoint, mais il y en a un paquet!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ajouterais quasiment toute la filmographie de la sex star Mary Millington avec des titres comme Come play with me, Playbirds ou Eskimo nell qui restent des grands classiques outre-manche ou bien certains titres de Derek Ford qui n'a pas fait que dans le trasho/erotico/porno mais aussi des comédies comme Wife Swapers ou Keep it up Jack.

Je me souviens aussi d'une comédie avec Barry Morse (le scientifique de Cosmos 1999), The telephone book. Mais de mémoire c'était du N&B

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...