Jump to content

Beneath still water - Brian Yuzna (2005)


Doctor Who
 Share

Recommended Posts

 

Juste avant que la petite ville de Marienbad soit totalement submergée par les flots pour cause de création d'un immense barrage, deux jeunes enfants bravent les dangers et vont s'amuser dans la ville désertée. Ils découvrent dans les fondations de l'église une secte satanique, et libèrent le maître Mordecai Salas.

Quarante ans plus tard, la nouvelle ville va fêter les quarante ans de construction du barrage qui a vu le jour sous l'impulsion de Roberto Borgia. Mais des événements inquiétants se produisent dans le lac alentour. Des jeunes disparaissent au fond de l'eau sans laisser de traces. Une fissure apparaît sur l'un des murs du barrage. Un journaliste, Dan Quarry, va se lier d'amitié avec Teresa Borgia et tenter de venir en aide à la police. Tous deux vont découvrir de terrifiants secrets sur la ville engloutie…

 

Bon vu a l' instant et plutot déçu (ce qui est rare pour un Yuzna) malgré une histoire plutot "Lovercraftienne" et quelque bêtes (J' aime bien quant il y a du gloumoute...). Le film peine a trouver son rythme et puis le casting est plutot bof bof...

petit détail c 'est basé d' une nouvelle de Matthew Costello qui nous a pondu le scénar de quelque chouette petit jeux telle que doom ou the 7th guest

Link to comment
Share on other sites

Perso j'ai beaucoup aimé. Le film est visuellement souvent magnifique, à la photo très travaillé.

 

Brian Yuzna, dont la réalisation n'a jamais été vraiment le point fort, s'est enfin décidé à soigner un minimum ses films.

 

Et, au contraire de SWS, je dirais qu'heureusement, si Yuzna livre enfin un film ambitieux et à la réalisation digne de se nom, il n'en oublie pas pour autant de rester dans l'univers déviant, ou se mèle sexe et violence, qui a toujours caractérisé ses films, donnant un certain cachet même aux plus faibles d'entre eux (Sauf peut être Rottweiller, vraiment trop naze).

 

On est de plus ici dans un film aldute, sans humour gras, side kick pas drole ou Bimbo débile. L'univers Lovercraftien du film rappelle évidement Dagon, de son pote stuart Gordon et qu'il a produit via la Fantastiq Factory, mais aussi "L'antre de la folie", un des meilleurs Carpenter.

 

Le film n'est pas parfait, l'histoire est assez brouillonne (Ce qui occasionne parfois des baisses de rythme) et les persos manquent de caractérisation, mais constater que le réalisateur de "Benath still waters" est le même que celui de "THe Dentist" ou "Réanimator 2", ça fout un choque.

 

Rien ne nous préparait à un tel bon qualitatif chez Yuzna (Qui, attention, à cependant toujhours été un très sympathique réalisateur de séries B) et ce "Beneath Still Waters", pouvant rivalisé avec le haut du pagnier du cinéma d'épouvante (Et notament les autres productions horrifiques espagnoles) constitu donc une excellente surprise.

Link to comment
Share on other sites

C'est sorti en DVD ?

 

(oui, j'ai tilte sur les mots "Yuzna" et "Lovecraftien", ca ne peut etre que pour moi !)

 

bientot le 23 janvier pour ètre exact enfin pour ce qui est du Z2 avec piste fr (qui sortira sous le titre la malediction des profondeurs) sinon le Z1 est trouvabe un peu partout

Link to comment
Share on other sites

C'est sorti en DVD ?

 

(oui, j'ai tilte sur les mots "Yuzna" et "Lovecraftien", ca ne peut etre que pour moi !)

 

bientot le 23 janvier pour ètre exact enfin pour ce qui est du Z2 avec piste fr (qui sortira sous le titre la malediction des profondeurs) sinon le Z1 est trouvabe un peu partout

Ah, ca sort chez nous, bonne nouvelle (meme si ce n'est que du dtv). Merci de l'info !

Link to comment
Share on other sites

Perso j'ai beaucoup aimé. Le film est visuellement souvent magnifique, à la photo très travaillé.

 

Brian Yuzna, dont la réalisation n'a jamais été vraiment le point fort, s'est enfin décidé à soigner un minimum ses films.

 

Et, au contraire de SWS, je dirais qu'heureusement, si Yuzna livre enfin un film ambitieux et à la réalisation digne de se nom, il n'en oublie pas pour autant de rester dans l'univers déviant, ou se mèle sexe et violence, qui a toujours caractérisé ses films, donnant un certain cachet même aux plus faibles d'entre eux (Sauf peut être Rottweiller, vraiment trop naze).

 

On est de plus ici dans un film aldute, sans humour gras, side kick pas drole ou Bimbo débile. L'univers Lovercraftien du film rappelle évidement Dagon, de son pote stuart Gordon et qu'il a produit via la Fantastiq Factory, mais aussi "L'antre de la folie", un des meilleurs Carpenter.

 

Le film n'est pas parfait, l'histoire est assez brouillonne (Ce qui occasionne parfois des baisses de rythme) et les persos manquent de caractérisation, mais constater que le réalisateur de "Benath still waters" est le même que celui de "THe Dentist" ou "Réanimator 2", ça fout un choque.

 

Rien ne nous préparait à un tel bon qualitatif chez Yuzna (Qui, attention, à cependant toujhours été un très sympathique réalisateur de séries B) et ce "Beneath Still Waters", pouvant rivalisé avec le haut du pagnier du cinéma d'épouvante (Et notament les autres productions horrifiques espagnoles) constitu donc une excellente surprise.

 

Ok pour le visuel et l' ambiance très Dagon mais les acteurs quant meme, y sont mous du ménisque (la scène du mariage orgiaque est apréciable par contre... )

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

C'est du bis qui tâche, ça fait plaisir. On avait pas vu Yuzna aussi en forme depuis ben euh...Beyond Re-Animator tiens

 

Très bonne intro, bon après le film accuse de sérieuses baisses de rythme malgré toutes les horreurs qui défilent à l'écran : algue tueuse, sorcier à la Tall Man, zombies craignos...et c'est pas franchement bien joué non plus.

L'autre problème majeur, ça reste aussi les CGI, vraiment loupés sur ce coup, et hélas bien plus nombreux que dans Dagon par exemple : les scènes sous-marines avec la ville ou certains effets visuels sont à gerber. Les monstres sont en latex, c'est déjà ça.

Et sinon, comme Yuzna est toujours un gros vicelard, ces deux actrices sont très zolies, il y a une orgie de crème fouettée et un zombard qui se tape une tranche de blonde à oilp. C'est toujours bon à prendre...

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...