Jump to content

Incubus - Jess Franco, 2002


Kerozene
 Share

Recommended Posts

Réalisé pour le compte des rigolos de One Shot Productions, Franco livre un indéfinissable méchoui digitale d'une épouvantable laideur et rempli de scènes interminables dans lesquelles s'agitent quelques acteurs nus tous plus moches les uns que les autres. La palme revenant à Lina Romay qui approchait alors de la cinquantaine et à qui on donne facilement 10 piges de plus. Pas très goulayant tout ça.

Au niveau technique, c'est limite du foutage de gueule: on passe aisément de plans surexposés à des plans sous exposés, il y a des contre-jour, des flous et un manque total de connaissance en matière de cadrage - le chef op doit être un gros débile ou alors c'est un enfant qui joue avec sa caméra.

Hideux. Chiant. Moche.

Link to comment
Share on other sites

Réalisé pour le compte des rigolos de One Shot Productions, Franco livre un indéfinissable méchoui digitale d'une épouvantable laideur et rempli de scènes interminables dans lesquelles s'agitent quelques acteurs nus tous plus moches les uns que les autres. La palme revenant à Lina Romay qui approchait alors de la cinquantaine et à qui on donne facilement 10 piges de plus. Pas très goulayant tout ça.

Au niveau technique, c'est limite du foutage de gueule: on passe aisément de plans surexposés à des plans sous exposés, il y a des contre-jour, des flous et un manque total de connaissance en matière de cadrage - le chef op doit être un gros débile ou alors c'est un enfant qui joue avec sa caméra.

Hideux. Chiant. Moche.

 

Je vois que tu t'y es risqué. Pour le contre-jour infernal, ça aurait pu faire son petit effet, mais ça n'a l'air de n'être qu'un coup du sort.

Un grand moment, indéfinissable comme dit et terriblement indigeste.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...