Jump to content

Morituris de Raffaele Picchio (2011)


za-lamort
 Share

Recommended Posts

  • 3 years later...

Le film est *enfin* terminé (oui, en 2011 donc), c'est pas que tout le monde l'attendait non plus, m'enfin il est là... et il est bien méchant comme il faut, avec viol crapuleux, gladiateurs zombies, hurlements, gore, tortures, etc... un joyeux festival de méchanceté gratuite que certains ne vont pas manquer de taxer de mysogine (et ils n'auront pas tort tant les pauvres filles s'en prennent plein la gueule.... et le cul aussi).

Le script tient sur un post-it mini-format et n'est qu'un prétexte à une idée un peu conne: faire de l'exploitation en mixant un viol crasseux et et des zombies culturistes. Le récit: des mecs embarquent deux touristes bulgares à une rave qui n'existe pas dans le but des les tripoter peu délicatement. Ils atterissent dans un bois habité par des gladiateurs poussiéreux qui vont les massacrer dans la joie et la bonne humeur. Ca se prend très au sérieux, l'image est très sombre (on ne voit quasiment que dalle) et c'est pas très futé... bref, le renouveau du bis italien ne se fera pas via "Morituris".

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

L'horreur ritale va toujours mal, et c'est pas Morituris qui dérogera à la règle

Pourtant, le résultat est quand même assez autre pour mériter au moins d'exister (contrairement à beaucoup d'autres DTV craspouilles du même genre) : en effet, le film est un croisement assez inédit entre le Rape & Vengeance et le Zombie-Flick alors bon Stivaletti se lâche pas mal (manque de pot, presque tout le film se déroule la nuit), mais c'est tellement débile (ça ne mène nulle part) et misogyne qu'on se croirait surtout à la fin des 80's en Italie. C'est d'ailleurs beaucoup trop malsain pour être drôle : dommage pour ce qui se devait être la rencontre entre La dernière maison sur la gauche et le film dans le film de Démoni !

 

Pour infos, c'est sorti en blu-ray et dvd en France avec une jaquette assez mensongère

 

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Pinaise, comme vous tous, tiens.

 

Passé la bonne surprise de voire le film méchamment vriller du shéma lambda (des jeunes, une voiture, une foret, de la drogue, des zombiiiiiies...) vers le rape&revenge crapoteux -plus rape que revenge, d'ailleurs-, ça reste complètement con, d'une mysoginie ahurissante, voire carrément Z -la fille qui nous rejoue la crucifixion de Jesus -. Et puis ça se passe dans le noir la nuit, donc bon...

 

 

Reste les gladiateurs-zombies, concept assez inédit (sauf dans des vieux peplum peut-être) -mais qui ne sont finalement pas plus finauds que ce bon vieux Jason- et les viols plutôt jusque-boutistes.

 

Au passage, plutot que de nous infliger uen scène de covoiturage interminable, il aurait été bon d'utiliser cette pellicule pour nous expliquer d'où sortent ces gugusses fans de Spartacus, ou à défaut filmer des nichons, ce qui ne sauve pas un film mais fait toujours plaisir.

 

Bravo la jaquette qui nous vend une sorte de 300 of the Dead

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...