Aller au contenu

The navigator - Vincent Ward - 1988


Messages recommandés

 

Petit film néo-zélandais méconnu...et c'est pas mal

 

On pense un peu aux Visiteurs avant l'heure...mais en pas drôle du tout et en plus sombre

Un gamin assailli par des visions prophétiques en plein moyen-âge pesteux part avec un groupe d'hommes dans un tunnel menant...vers le monde moderne ! Guidé par l'enfant, ils vont tenté de planter une croix sur une église pour enrayer la menace de la peste noire...

 

On est soufflé dès les premières minutes par une esthétique renvoyant aux grands Bergman et Tarkovski, avec un joli travail sur le noir et blanc et des acteurs concernés. Et puis le film s'essouffle un peu rapidement, la faute à des personnages finalement peu attachants. D'autant plus dommage que le film est délesté de tout humour débile : Ward ne semble absolument pas intéressé par le choc hommes d'hier/hommes d'aujourd'hui et diminue au maximum la rencontre avec des protagonistes civilisés. Bref, tellement sérieux jusqu'au bout que le film ennui un peu...avant de surprendre à nouveau lors d'un final tout à fait inattendu et assez noir.

 

Intéressant.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vu à sa sortie en VHS, et j'avais adoré: original, inattendu, surprenant... Le genre de film qui détonnait fortement du reste de la production fantastique du moment - en particulier en Nouvelle-Zélande alors volontiers plus axée vers la bidoche.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...
  • 4 weeks later...
  • 2 years later...

Un peu déçu vu la réputation qu'avait le film, mais pas dégueu quand même.

 

On est soufflé dès les premières minutes par une esthétique renvoyant aux grands Bergman et Tarkovski, avec un joli travail sur le noir et blanc et des acteurs concernés

 

Voilà, pareil, impressionnant, avec en plus un début qui mélange réalité/rêve/futur, on ne sait pas trop ce que l'on voit, mais des images marquantes pour un résultat limite expérimental. Un beau design aussi, simple mais assez icônique avec quelques plans de bonnes gueules encapuchonnées qui en imposent.

Le passage dans le tunnel est lui aussi bien impressionnant, mais dès que l'on arrive à notre époque, c'est plus planplan, même si on a une belle illustration de dévotion religieuse (peut être pour ça aussi que le choc hommes du passé/époque contemporaine n'intéresse pas spécialement Ward. C'est dommage d'un côté, mais d'un autre difficile d'être original sur le sujet et d'éviter les scènes incontournables ("han une chariotte du diable!"))

Tout comme le début lançait très bien le film, le final (sur le clocher + retour) permet de finir sur une impression positive.

J'aimerais en tout cas beaucoup le voir dans une beeeeeeeelle copie qui rende justice à la photo.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 8 years later...
×
×
  • Créer...