Aller au contenu

Låt den rätte komma in [Morse] - Tomas Alfredson (2008)


Messages recommandés

 

Oskar est un jeune garçon timide et chétif, le souffre-douleur préféré de ses camarades de classe qui se font un plaisir de le harceler à longueur de journée. Un soir il fait la connaissance d'Eli, une enfant de son âge fraîchement installée dans l'appartement à côté du sien, dont l'arrivée coïncide avec une série de meurtres sanglants ...

 

Une très jolie variation sur le mythe du vampire qui ne ressemble à rien de ce qu'on a vu dans le genre auparavant (chinois). Tomas Alfredson a choisi de marier les genres et il y arrive avec bonheur, les fulgurances gore parsemant agréablement un récit qui tourne surtout autour de la solitude et de l'absence. Oskar vit chez sa mère qui n'est jamais là et voit peu son père, Eli n'a aucun contact avec les humains à part avec le vieil homme qui lui sert de "coursier" (Son père ? Son amour de "jeunesse" ? Il y a une ambiguïté à ce sujet je trouve). C'est la rencontre de ces deux âmes perdues qui est le point central du film, le vampirisme est secondaire.

Alfredson fait le choix du minimalisme dans sa mise en scène, sobre, au service de l'histoire, avec une photo à la fois naturaliste et vaguement onirique (les nombreuses scènes de nuit sont très belles). A la sortie de la salle un spectateur a dit que c'était du "sous-Roy Andersson", je ne suis pas du tout d'accord ...

Les deux enfants sont excellents et naturels, les autres personnages sont en retrait par contre, mais c'est dans la logique du scénar.

 

Reste à espérer que le film sorte en salles dans nos contrées, ce serait bien dommage si ce n'était pas le cas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Bon en attendant la diffusion du reportage sur le Nifff (que j'ai tjs pas monté, feignant que je suis) je vais vous parler aujourd'hui de la bombe du festival !

 

Véritable uppercut, Let the Right One In est probablement le film le plus intelligent et le plus émouvant vu sur le mythe du vampirisme.

 

A la fois véritable ode à l'amitié que peux unir deux enfants laissé pour compte, le films se permets des écarts bis salvateur qui transporte une oeuvre déjà forte dans les confins du sublime.

 

Tomas Alfredson est un amoureux du genre, cela transpire a chaque plan, rien n'est laissé au hasard et c'est une œuvre admirablement fini qu'on l'on observe de plus en plus cramponné dans son fauteuil.

 

A cet égard la toute fin du film est un summum de jouissance qui mériterais à elle seuls la vision du film.

 

Résumons, un film profondément intelligent et touchant sur l'enfance, des passages bis/gore/violent qui surprennent et réjouisse, un film d'une beauté plastique (tournée en décors naturel suédois) absolument saisissante et un scénario pas du tout démonstratif qui sait relancer l'attention à chaque instant.

 

Et en plus la beo déchire !

 

Un véritable

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Le remake est déjà prévu

 

Hammer Films et Overture Films ont ainsi acquis les droits du remake en anglais après la projection couronnée de succès de Morse au festival du film de Tribeca et s'apprêteraient à en lancer la production. Ne manquait plus que de trouver un réalisateur, ce qui est désormais chose faite puisque Matt Reeves a été engagé pour écrire et tourner ce Let the Right One In.
Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

Et le film vient de gagner le prestigieux Méliès d’or.

 

Le Méliès d’or du meilleur long métrage fantastique européen a été attribué à

LET THE RIGHT ONE IN de Tomas Alfredson

 

Jeudi 9 octobre, le Méliès d’or du meilleur long métrage fantastique européen a été décerné par la Fédération Européenne de Festivals de Films Fantastiques (FEFFF) au film LET THE RIGHT ONE IN de Tomas Alfredson lors d’une cérémonie organisée par le Festival International de Cinema de Catalogne, Sitges.

 

Fable poétique et sanglante sur l’amitié juvénile bénéficiant d’une photographie somptueuse, LET THE RIGHT ONE IN est l’adaptation cinématographique du bestseller éponyme de John Ajvide Lindqvist. Ce film de vampire est le premier titre suédois à être couronné d’un Méliès d’or depuis l’entrée de la Suède dans la FEFFF en 1996. Le film de Tomas Alfredson avait été nominé pour le Méliès d’or lors de la dernière édition du Festival International du Film Fantastique de Neuchâtel par un jury de professionnels suisses*.

 

Pour info Martyrs à gagner le Méliès d’argent (et Benoit Lestang un prix pour les SPFX lors du dernier festival de Sitges) qui lui permet de concourir l'année prochaine pour le Méliès D'or.

 

Les Méliès sont décernés par la Fédération européenne des festivals de films fantastiques (FEFFF), une organisation qui regroupe huit villes abritant chaque année un festival. Les différentes cités organisatrices sont appelées à tour de rôle à proclamer un Méliès d'Or parmi les lauréats du Méliès d'Argent.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...

Morse (Let The Right One In) est vraiment un bon film mais je suis resté sur ma faim peut être que je m'attendais à un grand film "fantastique" comme l'annonçait Levern sur DVDRAMA...

 

Un poil de déception quand même je m'attendais à un film qui me bouleverse comme il a été vendu et au final ça se regarde (trop) tranquillement.

 

Gérardmer confirmé.

Sortie salle repoussée à Mars normalement.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...

Plutot convaincu aussi meme si je trouve qques petits défauts au film. Le mix film d'auteur atmospherique / film de genre n'est pas "toujours" très heureux, et certaines scènes gore arrivent un peu comme un cheveu sur la soupe j'ai trouvé, leur integration au récit n'est pas tjrs très bien foutue... Mais c'est très beau formellement, le propos est mature, intelligent, touchant, la mise en scène est soignée, fluide, ça fourmille de bonnes idées et la modernisation du thème du vampirisme est vraiment bien vue. Les deux gamins sont en plus de ça très bons. Un joli film, atypique, original, réussi, mais qui passe à coté de encore mieux à cause de qques défauts pr moi.

 

Sinon je cherchais quelle était la chanson 80's de la fin, et je la trouve grace au thread, c formidable !

 

 

Comme exemple le plus flagrant de scène gore mal intégrée, le passage avec les chats qui attaquent la femme m'a semblée TOTALEMENT Z !!!

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

La scène des chats est effectivement complètement HS mais par contre pour le coup hilarante

 

 

Sinon sans trop m'avancer je peux vous certifier la présence du film à Gerardmer et en Étrange Séance sur Lyon le 2 ou le 3 février en présence du réalisateur

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...
  • 3 weeks later...
Petite photo de l'avant première à Lyon que l'on doit à Lux du forum de Mad-Movies

 

 

 

Ben c'était super. Merci encore à ZoneBis pour cette avant-première et pour avoir fait venir le réalisateur. Je vous laisse avec un petit article écrit par mes soins :

 

http://com.together.free.fr/comtogetherlesite/index.php?option=com_content&task=view&id=71&Itemid=40

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le film était encore à l'UGC 'Orient Express, et je me suis perdu dans les Halles pour le trouver J'ai couru pendant une demi-heure

Mais j'ai réussi à y aller, à l'heure...et dans une salle bondée

 

Sinon bon, le film est sublime mais tout le monde le sait.

 

DANS TES DENTS TWILIGHT !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

bah ouais pesance pour le cadre de vie la magnifique Suède, son architecture, ses intérieurs bois, ses immeubles, sa neige et ses habitants. Tout ce que j'aime.

Bon c'est très film suédois, très plans fixe, très silencieux, très pulls tricotés mains, très regards par la fenêtre, très film d'auteur pour aller à Cannes, mais en fait c'est vachement bien et ça passe nickel et ça magnifie le propos et le sujet du film.

Les gosses sont bons, c'est pas chiant et c'est bien branlé, ça met pas la patate tout de même mais c'est bien.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En le revoyant une deuxième fois en salles, j'ai tjrs bp aimé, mais perçu un peu differement sur plusieurs points. La scène avec les chats par exemple m'a pas paru aussi Z que ds mes souvenirs, le final ds la piscine, une fois l'effet de surprise passé n'a plus le même impact, mais à coté de ça, en connaissant l'histoire, je me suis un peu plus attaché à certains détails que j'avais un peu "survolé" à la découverte du film. Quoiqu'il en soit, la rigueur formelle, la poésie de l'ensemble, la parfaite BO et l'attachement qu'on a pour ces deux petites têtes sont toujours là et bien là !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les gens ont rigolé pour la scène de la piscine à la fin Pour la scène des chats (qu'il aurait fallu suggérer c'est clair), je comprends à la rigueur mais bon là...

 

Par contre, la scène des toilettes qui figure dans le trailer n'est pas présente dans le film il me semble

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Boh, à la limite, la scène de la piscine, je comprends qu'on puisse rigoler. Je l'aime bp, mais je la trouve pas angoissante, flippante ou traitée comme telle. Même la violence qui s'en degage, membres arrachés, tête tranchée, n'est pas traitée de manière franchement "1er degré" je trouve.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...