Jump to content

La Bête de guerre-1988-kevin reynolds


kovershenko
 Share

Recommended Posts

 

Sortie(s): 1988 (France)16 septembre 1988 (USA)

Genre: Guerre Durée: 1h50

 

Réalisé par: Kevin Reynolds

Avec: George Dzundza, Jason Patric, Steven Bauer, Stephen Baldwin, Don Harvey, Kabir Bedi, Erick Avari, Chaim Girafi, Shoshi Marciano, Yitzhak Ne'eman, David Sherrill, Moshe Vapnik, Claude Aviram, Victor Ken, Avi Keedar,

 

L'histoire

 

Afghanistan, 1981. Un village de moudjahidins est anéanti par une colonne de chars soviétiques, dont celui commandé par le vétéran Daskal. Brutal et autoritaire, ce dernier ordonne à Koverchenko, le conducteur, d'écraser l'un des rares survivants sous les yeux de sa propre femme. Malgré son profond désaccord, le jeune soldat s'exécute...

Un excellent film, un de mes préferés !

une course poursuite: un char soviétique perdu dans la nature hostile de l'afghanistan poursuivi par des afghans désirant se venger ...

à travers ce scénario simple mais accrocheur reynolds nous livre un excellent film trés réaliste et superbement interprété par Dzundza et jason patrick l'aspect psychologique trés bien traité et mis en valeur sort ce film de la simple catégorie du film de guerre (froide) les péripéties tout au long du film tiennent en haleine le plus inexpérimentél des veilleurs de nuit....

comme il est dit sur imdb "Lawrence of Arabia, Platoon and Das Boot combined"

je le recommande !

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Mon avis de l'époque:

 

M A G N I F I Q U E !!!

 

Et dire que j'ai le dvd depuis bientôt 2 ans

C'est le post de filou qui m'a convaincu de le découvrir ce soir ... Grosse baffe, ce film va me hanter je pense pendant longtemps.

 

Quel cruauté, quel implications émotionnel, quel musique, quels acteurs, quel mise en scène, que de superlatif pour un film de … Studios

 

Gaps !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Un de mes films préférés toutes époques confondues. Un chef d'oeuvre, un vrai...

Pour l'expérience, je l'avais passé à des jeunes sevrés de bessoneries et d'ericetramezries sans grandes espérances... et pourtant, le bourre pif dans la ganache ils l'ont eu !

Le film n'a pas pris une ride... rien que le thread me donne envie de le revoir !

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 3 months later...

Une horreur cinématographique, un film nauséeux, véritable propagande anticommuniste réalisé par le scénariste de l’Aube Rouge.

 

Critique Dragonball style.

 

En réalité le film est une rude épreuve visuelle. Non pas que cela soit mal filmé bien au contraire, Reynolds nous offre un film de guerre inoubliable, j’en ressort la tête lourde, et les larmes au bords des yeux.

 

La tagline de la jaquette le dit : « Quand un homme se rebelle contre la bêtise de la guerre », j’ajouterai, pour que cela soit explicite, la bêtise humaine. Car le commandant du tank (Georges Dzundza) est un enfoiré de première, un psychopathe paranoïaque.

 

Que dire… la traque du tank par les moudjahiddins est haletante, prenante, on supporte la cause des Afghans malgré qu’un des personnages (celui de Stephen Baldwin) soit attachant car ingénu et naïf.

 

Le film nous montre comment un ancien héros Russe de la seconde guerre mondiale, le personnage de Dzundza, « maître de guerre » perd la tête et risque la vie de ses hommes pour suivre ses idées (archaïques). Mais ce qu’il ne comprend pas c’est que tous les conflits, les enjeux, les motivations sont différents. Au fond le titre la Bête de guerre s’accorde autant au tank qu’à son personnage.

 

Jason Patric est le symbole que c’est par la connaissance, le respect et les échanges entre peuple que l’on évite les guerres, cela parait naïf de l’écrire mais chaque conflit confirme que ces évidences ne le sont pas pour tous. Le dernier plan est très beau, ainsi que les mots du Khan qui lui sauve la vie plus tôt dans le film : « es-tu un ange ou un démon ». au fond il n’est ni l’un, ni l’autre juste comme le personnage le dit « un mauvais soldat dans une mauvaise guerre ».

 

Voilà sinon pour Dragonball, j’aime beaucoup les derniers mots de Patric pour son chef (Dzundza) : "ça fait quoi d’être du côté des nazis maintenant ".

 

Je taquine

Link to comment
Share on other sites

  • 6 years later...
 Share

×
×
  • Create New...