Jump to content

Troll - John Carl Buechler - 1986


Basculo Cui Cui
 Share

Recommended Posts

coming soon at jeremie's

 

 

Lock the doors and pull out the weed-wacker for this house party of horror! One family is about to find out there's no place like home when a troublesome troll starts taking over their building, transforming each apartment into an overgrown garden of ancient evil and turning ties tenants into a horde of hairy hobgoblins!

 

Michael Moriarty and Julie Louis-Dreyfus star in this super-slimy scare-fest that's "a special-effects pig-out" (Daily News)!

 

trailer qui me faisait flipper (surtout la musique de fin) gamin (vestron powa !) :

 

HEW8gp9TH5M

 

Link to comment
Share on other sites

  • 5 months later...

Bon ben j'ai beaucoup aimé

Dans le genre, je me demande même si ce n'est pas le meilleur sous-Gremlins, ex-aecquo avec Critters 2. Par ailleurs, ça enfonce aussi Ghoulies mais bon, ça c'est pas très dur on me dira.

 

Buechler allie la vague des sous-Gremlins avec celle des films de Fantasy, quitte à reprendre le petit Atreyu de L'histoire sans fin (Noah Hattaway, ici débarassé de ses oripeaux androgynes) : alors que les Critters venaient du Cosmos et que les Ghoulies surgissaient des Enfers, les créatures ci-présentes renvoient à tout un univers féerique, avec une tripotée de nymphes, farfadets, trolls, goblins...

Le film est concentré dans un seul et unique lieu, un petit immeuble dont les habitants sont tour à tour transformés par les soins d'un Troll facétieux armé d'une bague magique. Ceci dit, le spectacle reste grand public : ce sera d'ailleurs la seule production Empire qu'on pourrait considérer comme tout public.

 

Je m'attendais à un truc ultra-cheap et en fait la réalisation se tient très bien, sans parler des fx, vraiment nombreux : l'animation des créatures (souvent des réchappées de Dungeon Master ou de Ghoulies) est inégale, Buechel privilégiant celle de son Troll (très réussi !) mais c'est un vrai bonheur de voir une production Empire aussi à l'aise avec son budget (bladders, stop motion...). Y'a un petit côté Spielberg dans tout ça, dans les personnages typés, le décor, l'ambiance...on trouve même une fausse Carol-Anne !

 

Et le score de Richard Band est

Link to comment
Share on other sites

  • 4 years later...
 Share

×
×
  • Create New...