Jump to content

Mamma Mia - Phyllida Lloyd (2008)


Steve
 Share

Recommended Posts

 

C'est en 1999, sur la ravissante île grecque de Kalokairi que l'aventure romantique commence, dans un hôtel méditerranéen isolé, la villa Donna, tenu par Donna, sa fille Sophie et le fiancé de Sophie, Sky. Juste à temps pour son mariage prochain, Sophie poste nerveusement trois invitations destinées à trois hommes bien différents dont elle pense que l'un d'eux est son père. De trois points du globe, trois hommes s'apprêtent à retourner sur l'île - et vers la femme - qui les avait enchantés 20 ans auparavant.

 

L'affiche la plus horrible de l'année ne cache donc pas un film beaucoup plus supportable. Malgré mon amour pour ABBA, je ne me suis jamais senti aussi seul dans une salle de cinéma. Évidemment, je n'avais jamais vu la comédie musicale malgré un passage à Prague il y a près d'un an, mais le script qui sert de base à la succession des hits suédois est vraiment ce qui se fait de plus paresseux. Il y a un énorme trou à partir du moment où les 3 "pères" débarquent jusqu'à la dernière minute, où vraiment il ne se passe absolument RIEN. Les personnages mettent leurs questions en suspens pour laisser place à 1h15 de cris stridents, de grimaces indignes du potentiel des acteurs qui les interprètent, et des chants qui pour la plupart s'incrustent maladroitement. Amanda Seyfried (Mean Girls, Veronica Mars) ressemble de plus en plus à un poisson, et est insupportable de bout en bout (à l'exception de jolis moments bikinis). Pierce Brosnan ne s'en sort pas trop mal, son flegme naturel aidant, même s'il ne semble pas vraiment à l'aise par moment. Si la mise en scène ou les chorés pouvaient au moins sauver un peu le truc, je dirais à la rigueur pourquoi pas. Mais le manque d'inspiration là aussi, wow! Merci Universal pour ce grand moment de vaudeville sur pellicule.

 

Comme le dit Meryl Streep, "Somebody up there has got it in for me.". Je pense que c'est un retour de Karma pour avoir finalement réussi à échapper à Sex and the City cette année.

 

 

XHeVkrue9lA

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
  • 8 months later...
  • 11 months later...

Un film boosté à la coke. Aussi hytérique qu'une partie de Bayonetta, en plus cul. Un grand film sur la sexualité post-ménopause, sur les décors en carton, et les couleurs numériques étalonnées n'importe comment. Un chef d'oeuvre, donc.

Link to comment
Share on other sites

J'ai pas adoré le film. Mais bon, je l'avais vu qques mois avant en live à Broadway (où j'avais adoré !!!) donc j'étais un peu moins réceptif à tout ça sur un simple ecran 50 cm ds un cadre un peu moins "funky" je pense !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...