Aller au contenu

Les Berkman se séparent (The Squid and the Whale) - Noah Baumbach - 2005


Messages recommandés

coming soon at jeremie's

 

 

revu a l'instant et ca pese autant que la sublime barbe de Jeff Daniels

 

squid_and_the_whale.jpg

 

lIMv-UqZ4Ds

 

In his third feature, director Noah Baumbach scores a triumph with an autobiographical coming-of-age story about a teenager whose writer-parents are divorcing. The father (Jeff Daniels) and mother (Laura Linney) duke it out in half-civilized, half-savage fashion, while their two sons adapt in different ways, shifting allegiances between parents. The film is squirmy-funny and nakedly honest about the rationalizations and compensatory snobbisms of artistic failure as well as the conflicted desires of adolescents for sex and status. In detailing bohemian-bourgeois life in brownstone Brooklyn, Baumbach is spot on. Everyone proceeds from good intentions and acts rather badly, in spite or because of their manifest intelligence. Fulfilling the best traditions of the American independent film, this quirky, wisely written feature explores the gulf between sexes, generations, art and commerce, Brooklyn and Manhattan.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Oh oui alors le prototype du film indépendant qui se la pète et qui ne raconte rien mais c'est sublime parce qu'il y a un sequelette de baleine et du Lou Reed vous voyez.

 

Pourtant je suis client mais là non

Ah, toi aussi tu as souffert en visionnant ce film ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Y'a que Anna Paquin avec ses yeux qui sentent le cul qui m'ont tenu un tant soit peu éveillé.

T'as raison, y'a Anna Paquin dedans aussi !!

Bordel, j'ai quasiment plus aucun souvenir de ce film, si ce n'est celui d'avoir passe un long moment chiant dans la salle.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Une métaphore à deux balles, à la fin l'ado scotche pendant 3 plombes devant un squelette de baleine dans un musée sur du Lou Reed et tout d'un coup il a une révélation, il se passe strictement et la métaphore est bidon mais le réalisateur s'est dit que le spectateur remplirait les blancs tout seul.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 10 months later...

Arf. Comment peut-on dire que cela ne raconte rien... enfin...

Il est superbe ce film, en plus c'est le summer of the 80's... et dans la bande son pêle mêle tangerine dream (risky business), les cars...

Laura Linney, impeccable comme d'hab. Jeff Daniels, très juste... et ces ados déboussolés sonnent juste pour une fois. J'ai eu peur quand le chartreux s'échappe.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 10 years later...

J'arrête avec Baumbaaaaaaaaaarg.

Pendant tout le film je me suis demandé à quoi il servait son film. Il a le droit de le faire hein mais à quoi elle sert son histoire, c'est à peine divertissant et ça raconte rien. Autant aller à la CAF y'a des vies plus intéressantes à écouter.

Le gars est coincé entre Wes Anderson et Todd Solondz, et il se débat comme il peut.

 

Et j'en peux plus de ses univers de blancs riches intellos qui se rongent le gland sur leur mal être.

Il va nous faire comme sujet après le mariage et le divorce ? L'adoption, la césarienne ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...