Aller au contenu

Vos lectures du moment


Messages recommandés

  • Réponses 1,7k
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Le premier tome était excellent, le deuxième l'est tout autant !   Super scenar, un dessin magnifique, ça bouscule bp de choses, mais c'est bien foutu, prenant, rythmé, vraiment du tout tout

  • 2 weeks later...

 

 

(copié/collé depuis le site evene)

Juin 1940 : Charles A. Lindbergh, l'aviateur héroïque adulé des Américains, est choisi par le parti républicain comme son candidat à l'élection présidentielle face à Franklin D. Roosevelt. La nouvelle fait l'effet d'une bombe. Car le brillant aventurier est aussi un admirateur de l'Allemagne nazie et un antisémite notoire. Tout comme les autres familles juives de Newark, les parents du petit Philip (le narrateur, âgé de sept ans) sont atterrés. Car, déjouant tous les pronostics, Lindbergh, exploitant à fond le pacifisme américain, imposant son slogan 'Lindbergh ou la guerre !', devient en novembre 1940 président des États-Unis. Dès son arrivée à la Maison Blanche, il s'empresse de signer un pacte de non-agression avec Hitler, puis avec le Japon. Les juifs ne tardent pas, alors, à être considérés comme des indésirables au même titre que les Noirs, puis pire encore... Mais, entre certains membres de la communauté juive qui soutiennent la paix à tout prix prônée par Lindbergh et ceux qui osent entrer en dissidence, voire créer des 'brigades internationales' antinazies qui partent combattre en Europe, le fossé va s'élargir jusqu'à la rupture...

 

La critique

'Le Complot contre l’Amérique' est un livre sur la Deuxième Guerre mondiale. Ici, les champs de bataille et l’horreur des combats sont mis de cotés, la guerre se passe dans la tête d’un petit garçon, narrateur et auteur de ce livre : Philip Roth.

C’est d’abord une guerre au sein d’une famille juive de Newark, la famille Roth, certains d’entre eux pro-Lindbergh, les autres contre. Lindbergh veut assurer la paix des Etats-Unis, pour cela, la collaboration doit avoir lieu. Il succède à Roosevelt qui, lui, est pour l’entrée en guerre de cette nation contre les nazis. Le choix est le suivant : la paix ou la guerre. La paix gagne, la collaboration aussi.

P. Roth narre ses souvenirs d’enfance, d’une Amérique dans laquelle il a vécu étant enfant. Mais au fil des pages tournées, les persécutions adressées aux juifs américains nous ramènent à leurs conditions. Le parallèle avec Pétain est facile. Lindbergh, lui, est devenu héros. Pétain aussi, qui s’est distingué par son très grand courage lors de la Der des Der, et qui, au nom de la pacification française, a collaboré avec Hitler. Dès le début du roman l’oppression est présente, Lindbergh ne se déplace qu’en avion, et les Américains le suivent lors de ses meetings aériens, pas un jour ne se passe sans que l’on ne l’aperçoive dans le ciel, tel le messie envoyé pour exclure les Etats-Unis de la guerre, et ainsi préserver l’intégrité du peuple américain.

Roth arrive tout particulièrement bien à décrire, et à nous toucher par cette montée du fascisme dans ce pays. Montée sournoise de la fascisation de cette société, salvatrice dans la réalité, mais qui effraie dans cette fiction, qui, pour sa part semble très, trop même, réelle et l’on se demande ce qu’il serait advenu s'il en avait été ainsi.

(Benjamin Lenouail)

 

ça ressemble à de la science-fiction, d'ailleurs c'est une sacrée bonne uchronie, mais ça se lit comme une autobiographie, et ça fout froid dans le dos. Un régal.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

 

Partout dans le monde renaissent des rituels hideux, typiques d'un culte blasphématoire que l'on croyait disparu à jamais : le culte de Cthulhu. Les peuplades primitives se révoltent pour adorer d'odieuses idoles à l'effigie de la monstrueuse créature céphalopode, endormie depuis des millions d'années dans sa demeure sous-marine de R'lyeh. Les temps seraient-ils venus ? A travers les Etats-Unis, quelques hommes courageux, comme le professeur Angell, de Providence, l'inspecteur Legrasse et le premier lieutenant Johansen, vont tenter de s'opposer au réveil de Cthulhu. Mais que peut le courage contre une abomination venue d'outre-espace, dont la simple vue suffit à vous faire perdre la raison ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

"Sur une Terre étrangement semblable à celle de l'univers Marvel, un virus alien a transformé tous les plus grands super-héros du monde en monstres anthropophages ! En trois heures à peine, ils ont dévoré toute la population de la planète... mais comment vont-ils assouvir leur insatiable faim maintenant que la chair humaine se fait rare ?" Ce volume regroupe l'intégralité de Marvel Zombies, la surprenante mini-série écrite par Robert Kirkman (UltimateX-Men, The Walking Dead) et illustrée par Sean Phillips. En plus, toutes les couvertures originales d'Arthur Suydam et une biographie des auteurs.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Toujours Mongo le nain, ceinture noire de karaté, ex-acrobate de cirque, détective et professeur de criminologie à ses heures perdues. Là il part en Iran chercher son frère flic alors qu'il a la police secrète du Shah aux trousses.

 

Et c'est toujours vachement bien.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Alors je viens de lire ça que j'ai copieusement detesté. Autant j'aime bien ses romans (à part "Baise moi") autant là, bon, voilà quoi....

 

 

J'en suis à une centaine de pages. Ca se lit bien je trouve, c'est pas mal foutu. Mais bon, faut aimer les autofictions hein, c'est special qd meme !

 

 

J'en suis aux 2/3 environ (oui, j'aime bien lire plusieurs trucs en mm tps), depuis le tps que je me disais qu'il faudrait que je le lise, ayant vu ts les films notamment. Bon, spa mal ds son genre hein, voire meme très bien, mais je me rends cpte qu'en fait, tout ce qui est horreur, fantastique, SF, tout ça, ben autant j'adore au ciné, autant en bouquin, c'est pas specialement ma came...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

J'ai fini ça :

 

 

C'est pas mal, ça va un peu plus loin que le film, mais c'est normal, sur 500 pages l'auteur a le temps de développer un peu ses personnages. La violence est à la fois graphique et psychologique, c'est plutôt bien, par contre les caractères des protagonistes restent quand même assez unidimensionnels. Quelques différences avec le film au niveau du récit, mais rien de bien important au final.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon la prochaine fois j'éviterai d'acheter un bouquin pour sa couverture Il me reste 200 pages et pour l'instant ce n'est pas franchement palpitant. Dommage parce que les allusions à la cryptozoologie et le petit côté Wicker Man sont plutot sympas mais la ça commence à tourner à vide.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

En 2013, le monde est en flammes, rongé par les nationalismes, les apprentis sorciers, les marchands d'armes, les nouvelles guerres, les mafias, les sectes... Le mercenaire érudit Hugo Cornelius Toorop doit convoyer à Montréal une jeune fille, Marie Zorn. Pour cet aventurier qui a survécu à la guerre de Bosnie, la mission paraît simple. Il ignore cependant que le corps de Marie Zorn est une arme biologique puissante et que la jeune fille est schizophrène.

 

L'avenir de l'humanité se joue-t-il sur les rives du Saint-Laurent ou au cœur des "schizomachines", des intelligences artificielles capables de se connecter sur l'ADN, et qui pourraient bien avoir conscience de leur propre existence ?

 

Au carrefour du roman noir et de la science-fiction, le récit de Dantec est, plus qu'une simple lecture, une expérience fondamentale. L'auteur brasse les phobies et folies du moment dans une brillante fresque épique, violente, noire, philosophique. Une réussite saluée, une fois de plus, par un énorme succès de librairie, après ses précédents romans (Une jeunesse française et Les Racines du mal).

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...