Aller au contenu

Vos lectures du moment


Messages recommandés

Astérix :Le papyrus de Cesar

 

 

Bon c'est moins honteux que les derniers Uderzo, mais bon de là à tenir la comparaison avec les albums même mineurs de la grande époque...

 

C'est dommage, le postulat de départ est pas mauvais, mais les touches modernes sont pas très heureuses.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 1,7k
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Mocky: "Je vais encore me faire des amis" est un passage en revue des personnalités que JPM a rencontré et qui l'ont marqué d'une manière ou d'une autre. Acteurs, scénaristes, cinéastes évidemment, mais pas que puisqu'il va également citer les hommes politiques qui ont croisés son chemin, des potes d'enfance, la famille.... Etrangement, le bonhomme n'en profite pas pour dézinguer à tout va. Certes, il y en a bien deux ou trois qui en prennent pour leur grade, mais la grande majorité est abordée avec chaleur et reconnaissance. Ce qu'on en retire: un parcours ahurissant, des rencontres de dingues, et une vie d'une grande richesse. Mais tout cela tient finalement plus de l'anecdote (fort sympathique au demeurant) qu'autre chose.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

William Castle: "Comment j'ai terrifié l'Amérique"

 

Excellentissime autobiographie du roi du gimmick, bourrée d'anecdotes hallucinantes, de rencontres captivantes, de récits gentiment déglingués sur un prince d'Hollywood que l'on n'imagine pas si important... et pourtant, le parcours du bonhomme est remarquable. On y croise Orson Welles, Polanski, le mime Marceau, on plonge sur le tournage fou de "Rosemary's Baby", on vit la mise en place de gimmicks farfelus, et tout cela est raconté avec un remarquable brio, car Castle est un véritable conteur. On se laisse porter page après page avec un sourire permanent, c'est plein d'humour, jamais condescendant, toujours passionnant autant que passionné. Seul regret: très très peu a été écrit à propos de la collaboration Castle/Vincent Price.... quel dommage.

Mais sinon: c'est une lecture indispensable!

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dragon appartient aux RG. Son quotidien c'est la planque, les heures de surveillance ingrates, le terrain et l'investigation en tout genre. Ses récompenses : les coups d'adrénaline et les contrariétés du système politico-judiciaire français... D'organisations terroristes en réseaux d'immigrés clandestins, les enquêtes délicates se succèdent, sans complaisance.

 

Très bonne BD, notamment grâce au scénario de Dragon vrai flic au RG, ça évite de tomber dans des lieux communs c'est plutôt agréable, et en plus Peeters arrive à faire des cases parfois vraiment de toute beauté.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

"Filthy: The Weird World of John Waters", offre une plongée hautement divertissante dans l'univers du pape du trash. Le livre est bourré d'anecdotes à propos des différents tournages de Waters, une sorte de regroupement de ce que l'auteur à pu récupérer ici et là de goodies entre "Hag in a Black Leather Jacket" et "Cecil B Demented", ce qui donne une sorte de "best of" d'éléments réjouissants. Et il y a les différentes expériences de Robrt Pela comme journaliste d'investigation: il se rend à Baltimore avec l'espoire de découvrir une ville de white trash tordus mais ne croise que des gens tristement normaux - et lorsqu'il rencontre enfin des personnes vulgaires et insultantes, elles se trouvent être d'autres fans de Waters à la recherche de freaks du Maryland; et surtout ses rencontres avec des fans hardcore de Waters qui ne vivent que par et pour l'univers du réalisateur de "Pink Flamingos", des fanatiques complètement à la masse dont un farfelu persuadé que Waters puise son inspiration via les confessions faites à son chat baptisé Jayne Mansfield, après être rentré dans le corps de l'animal par l'anus sous la forme d'un nuage de fumée!!

Une lecture qu'il vaut mieux éviter si on n'a pas vu les films de Waters, et qui est un bonus croustillant dans le cas contraire.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Recueil d'articles publiés un peu partout entre les années 60 et aujourd'hui. C'est donc forcément inégal, mais toujours sympa à lire. Ça touche à tout, ça parle aussi bien de politique que de poésie, on a droit à du portrait, des récits de voyage, des coups de gueule, des anecdotes, le tout avec le style toujours aussi brillant de Gab la rafale.

 

 

Avant Astérix, il y a eu Oumpah Pah ! Première collab' de Goscinny / Uderzo, en bon fan du gaulois, ça m'intriguait depuis longtemps d'y jeter un œil. C'est sympathique, mais pas folichon. Visuellement, on retrouve bien la patte d'Uderzo, mais sur le texte, Goscinny était encore un peu "sage", pas complètement abouti, aussi bien ds les situations que les gags, les jeux de mots... Voilà, une curiosité, mais pas un incontournable...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

Recueil d'articles publiés un peu partout entre les années 60 et aujourd'hui. C'est donc forcément inégal, mais toujours sympa à lire. Ça touche à tout, ça parle aussi bien de politique que de poésie, on a droit à du portrait, des récits de voyage, des coups de gueule, des anecdotes, le tout avec le style toujours aussi brillant de Gab la rafale.

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

 

Je complète ma collec' Spirou petit à petit, et bon, je dois bien avouer que les tout tout premiers, c'est pas plus que ça ma tasse de thé. Ca a son charme rétro, sa valeur historique, mais Franquin ou pas, ça me parait quand même vraiment trop vieillot et je lis ça sans vraie passion...

 

 

Recueil de nouvelles, inégal mais attachant. Perso looser alcoolique à la Bukowski qui traine sa flemme et sa teille dans un taxi californien.

 

stephenking-differentessaisons.jpg?w=199&h=300

 

Je continue petit à petit ce recueil, après "Un élève doué", je me suis fait "Stand by me", que j'ai bp aimé ! Je connaissais le film, mais le bouquin est un chouette complément, avec des trucs plus approfondis, des persos plus détaillés, des petites nouvelles du narrateur... Vraiment un très bon moment !

 

 

Juste commencé mais c'est sympa...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

 

ce bouquin trainait lamentablement sur la bibliothèque familiale depuis qu'une voisine (qui ressemblait à s'y méprendre à la vieille folle avec ses chats des simpsons) qui avait dû le recevoir en cadeau avec son abonnement au Reader's Digest l'avait généreusement offert à mes parents au début des années 90.

 

j'ai toujours regardé avec mépris cet ouvrage sans auteur, pensant qu'il s'agissait d'un recueil d'histoires paranormales à la con écrites dans un mauvais style à la Pierre Bellemare.

 

eh bien pas du tout. il s'agit en fait d'authentiques miscellanées, comme le monde les a redécouvertes avec celles de Mr Schott, traitant de faits réels, historiques, voire scientifiques, mais tous insolites.

bien qu'internet ait rendu une partie de ces anecdotes incongrues célèbres (et que certains mystères se soient un peu dissipés en 25 ans...), on s'émerveille du savoir inutile qu'on peut cumuler au détour de chaque page.

le "livre de chiotte" idéal.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

THE OTHER HOLLYWOOD: L'histoire du porno américain par ceux qui l'ont fait

 

Fascinante plongée dans le monde du porno US: des loops plus ou moins innocent au porno gonzo, l'épopée nous est comptée via les témoignages de personnages majeurs de l'industrie du X (acteurs, actrices, producteurs, réalisateurs, ....) et de flics infiltrés, avocats et agents du FBI. Le bouquin se concentre sur les épisodes scandaleux du porno, les liens avec la mafia, les arnaques, la drogue, les orgies, la carrière de Linda Lovelace, la débacle de John Holmes, le mensonge de Traci Lords, les dérives des frères Mitchell, les enquêtes en sous-marin du FBI.... c'est passionnant de A à Z, parfois drôle, parfois effrayant... dommage que certains éléments ne soient qu'effleurés (Zebedy Colt) ou totalement ignorés (Avon), il n'empêche que le pavé est d'une immense richesse et qu'il saura plaire à tous les cinéphiles, amateurs de porno ou non.

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

d'après la couverture de l'ouvrage, je dirais qu'un seinen français est une bd dont l'héroïne a les grands yeux et les gros lolos d'un manga et le reste du physique d'Amélie Mauresmo.

 

et pourquoi quand les anglais parlent de leurs propres BD, ils disent aussi "comics" ?

et pourquoi quand un américain parle d'astérix, il dira "french comic"? idem pour un japonais ?

existe-t-il une "haute autorité de classification du 9e art" pour trancher ce genre d'interrogations ?

et au fait pourquoi personne ne parle jamais du "8e art" pour parler de la télé ?

c'est à cause des chtis à ibiza ?

 

trop de questions me submergent à l'instant, il faut que je me casse en week-end.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dans Last Man, Vivès, Balak et Sanlaville reprennent certains codes du manga, comme la pagination des volumes, l'action très découpée, et des pouvoirs magiques mais ils ne cherchent pas à dessiner comme les japonais, contrairement aux mangas de type Radiant qui est sorti tel quel au Japon, sans dépareiller.

 

Après, pour les boobs, c'est une bande dessinée de Bastien Vivès, l'auteur des melons de la colère, ne l'oublions pas.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Decouvert Jean Norbert (DirkJan en Vo, ) ce week end.

Je suis assez client de strip et ca faisait bien longtemps que je n'en avais pas lu d'aussi bon, gloussement de dinde assuré. Jetez y un oeil si vous croisez.

Ca paye pas de mine mais en fait c'est vraiment drôle, plutôt méchant, ça tape sur les schtroumph, les lutins, les clowns et les cons

Un pti exemple, difficile d'en trouver traduit sur google

http://www.planetebd.com/bd/kramiek/jean-norbert/-/24375.html

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

 

Tout comme Le royaume des devins, j'ai abandonné très vite...trop de personnages pas intéressants, un univers où je n'arrive pas à m'intégrer, encore des mondes parallèles abracadabrandesques...ça fait un moment que je n'avais pas lu un roman de fantasy/horreur faut dire.

 

J'ai commencé par contre Coldheart Canyon, et je suis tout de suite rentré dedans. Le bouquin est pourtant loin d'avoir une bonne réputation...

Tout ça pour sans doute enchaîner avec Everville pour attaquer Les évangiles écarlates, le dernier bouquin de Barker qui relie la trilogie de l'Art et l'univers d'Hellraiser

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...