Aller au contenu

Vos lectures du moment


Messages recommandés

 

"ohlala un dessin avec un mineur qui baise sa prof!" et ça se termine comment la bd ? il finit à l'élysée comme dans la vraie vie ?

j'ai suivi ça de loin, mais j'ai l'impression que le souci est plus "il se fait baiser par sa prof" que "il baise sa prof" non?

 

j'en sais rien, je parle comme 99% des gens sans l'avoir lu

 

edit : et j'avoue également ignorer ce que brigitte et manu font sous la couette

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • Réponses 1,7k
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Oui il y a une scène où sa prof l'invite a réciter son poème en la cuniliguant et je peux comprendre la gêne. Pour ma remarque sur le huff, c'est juste que ça a autant de fond et de consistance qu'un article de 20mn (le gratuit) donc bon

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...

The-dark-knight-strikes-again.jpg

 

Enfin lu ce "Dark Knight strikes again" qui divise pas mal...

 

C'est effectivement assez surprenant... Après des incroyables "Year One" et "Dark Knight returns", j'étais fortement curieux de voir cet autre Batman de Frank Miller, même si je sais qu'il a pas une super réput'. Effectivement, c'est dix bons crans en dessous des deux autres cités. Le principal reproche pour ma part sera graphique. Miller a déjà un style particulier à la base, et il est capable du meilleur comme du pire, mais là, on est plus souvent du mauvais côté... Entre trucs bâclés, expérimentations bizarres, colorations à l'ordi pas toujours heureuses et formes simples poussées à l’extrême, on a parfois l'impression d'avoir un brouillon entre les mains plus qu'un produit fini... et sur l'ensemble du titre, je trouve ça vraiment faible.... Après, sur le fond, à boire et à manger. C'est clairement pas son récit le plus maitrisé, ça part dans tous les sens, on retrouve sa patte acide sur la peinture des médias, des politiques, des manipulations de masse, et ça fonctionne encore, on a parfois l'impression de voir un plateau d'I télé ou BFM avec 15 ans d'avance mais le récit "super héros" est plus brouillon. Pas tellement sur le plan idéologique pour moi, mais plus sur un trop plein de persos, d'évènements, le tout est mal agencé, on comprend pas toujours tout, ça fonctionne une fois sur deux, sur trois... Bref, il y a encore des fulgurances, mais c'est l'ensemble est qd même terriblement fouilli, brouillon, baclé, bref, c'est qd même difficile à apprécier d'un bloc pour toutes ses raisons. Curiosité donc, mais déception tout de même...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pour l'instant, à part chez Cultura, personne n'empêche qui que ce soit d'acheter Petit Paul (ou les autres bd de Vives).

 

 

En Suisse, c'est le distributeur de Glénat qui a décidé de ne pas le distribuer.

Comme il est l'intermédiaire qui permet à certaines oeuvres de parvenir en pays Helvète, il a le pouvoir de décider pour tout le monde sans même avoir à demander l'avis de quiconque. Du coup, il y a des libraires et des lecteurs qui font la gueule.

C'est franchement craignos

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout cas, l'autre jour, je l'ai vu à la Fnac St Laz, en vente, sans blister ou quoi.

 

Du coup, j'ai jeté un oeil par curiosité, bon j'avoue que ça m'a pas donné envie d'aller plus loin, en plus j'aime pas du tout le dessin de Vives, mais bon, c'est dispo !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

 

Au top pour découvrir de manière ultra-complète l'ensemble des films produits par le mythique studio :

http://www.vampirisme.com/livre/hearn-the-hammer-vault/. Et du coup, un super complément au Dans les griffes de la Hammer de Nicolas Stanzick.

 

Trop content, je viens de trouver la version française d'occaze pour 10 €

Feuilleté vite fait en mangeant mon sandwich Houmous, ça al'air trop cool.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Couv_28501.jpg

 

Je connaissais quelques trucs de Larcenet, aussi bien du profond tendance "Blast" que des trucs plus légers, comme "Retour à la terre" ou "Survie en entreprise". J'ai topé ça par hasard pas cher en occaz, et bon, première vraie déception sur l'auteur... Ca se laisse lire du coin de l'oeil, mais c'est qd même assez faiblard, on sourit quelques fois, mais pas plus, le dessin est assez anecdotique, bref, vraiment le bas du panier du grand Manu !

 

La-France-Orange-Mecanique-Edition-definitive.jpg

 

Lu ça, ça m'intriguait. Je ne fais pas partie de ceux qui pensent que parler d'insécurité "fait le jeu du Front national" donc il faut rien dire, je pense au contraire que mettre la poussière sur le tapis ne mène qu'à une cata de bien plus grande ampleur, mais bon... Le livre donc. C'est très orienté, on pouvait s'en douter. Mais c'est aussi très documenté. Ça recoupe qd même des tonnes de trucs, d'études sérieuses à des articles de PQR plus anodins. L'auteur étaie son propos, on peut ou non partager ses conclusions, mais sur les faits en eux même, pas grand chose à redire, et ça suffit à faire froid dans le dos. Sur la forme par contre, le livre est un peu confus. Ça tourne un peu en rond au bout d'un moment, et ça ressemble un peu trop à une compilation de faits divers, un gigantesque listing de la violence contemporaine, mais sans qu'on puisse vraiment en sortir avec des solutions pour autant... Juste accablé par l'ampleur du truc, et l'impunité globale qui en ressort...

 

CVT_Les-Celibataires_145.jpeg

 

J'enchaine avec ça. Mon premier Montherlant. C'est élégant, classieux, fin. Après je parlerai pas de coup de coeur non plus. Ca tourne un peu en rond et le portrait de ces vieux garçons aigris / paumés n'est pas non plus le sujet du siècle. Mais bon, il faut varier un peu les genres, la beauté de la langue aide à faire passer le morceau.

 

23725085.jpg

 

Lu aussi ça récemment, le Namor de Byrne, sorti récemment en VF en kiosque. (et dont j'avais lu qques épisodes ds Strange à l'époque). Classique, carré, efficace. Run solide, des intrigues prenantes, une dimension écolo assez bien vue pour l'époque, un perso charismatique. Un bon cru.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Pour l'instant, j'ai un gros dossier à préparer sur l'utilisation des cryptomonnaies, bitcoin, blockchain etc dans l'immobilier, donc mes lectures des trois dernières semaines ressemblent à ça...

 

J'ai acheté, par contre, les mémoires d'un officier soviétique qui était volontaire pendant la guerre d'Espagne, et je suis impatient d'avoir fini mon rapport parce que ça fait une dizaine de jours que je le vois sur la table et que je n'ai soit pas le temps, soit pas l'énergie de le lire!

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Derniere-station-avant-l-autoroute.jpg

 

François Guérif en disait grand bien ds son bouquin d'entretien, ça m’intriguait. Au final, j'ai pas trouvé ça ouf. Petit polar sympathique mais assez quelconque. La trame est un peu décousue, les changements de ton pas toujours bien amenés, et j'ai trouvé le style un peu lourd, à vouloir absolument caser des expressions d'argot ou "à la Audiard" du pauvre pour faire "vrai flic" toutes les 3 lignes... Un certain charme par moments, mais pas top qd même....

 

L-affaire-du-collier.jpg

 

J'ai choppé quelques "Blake et Mortimer" pour une bouchée de pain pdt les fêtes ds un Cash, je connaissais que "La marque jaune", et les autres sont aussi sympas. Un côté old school plutôt tripant, des intrigues efficaces, un trait d'une clarté exemplaire. A la hauteur de la réput' de la série.

 

Maitres-et-complices.jpg

 

Matzneff parle de ses maitres. Ca va de contemporains à des philosophes romains, ça brasse plein de styles, et au final, comme d'hab, ça parle bp de lui. Curiosité, ça ouvre d'autres horizons et la beauté de la langue transcende le tout.

 

Sinon je commence ce matin le nouveau Houellebecq, "Sérotonine".

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Lucky Luke - Un cow boy à Paris

 

Dans la mesure où il apparait désormais clair, comme Asterix, que le passé reste décidément dans le passé, on peut prendre l'album comme il vient.

Du coup, un album pas forcément fou étant donné le sujet (et le titre !), mais plutôt ludique. Reste l'impression que Jul et Achdé, qu'on devine obsédés par l'hommage à rendre à leurs pairs, n'arriveront jamais à passer la seconde.

 

Sinon je commence ce matin le nouveau Houellebecq, "Sérotonine".

 

A noter qu'entre temps, Houellebecq s'est marié (!). Sérotonine sera-t-il son dernier ouvrage de célibataire dépressif ?

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

612NNR1Uh2L.jpg

Moi ce que j'aime c'est les monstres de Emil Ferris

Fauve d'Or - Prix du Meilleur Album du Festival d'Angoulême 2019 - Grand Prix de la critique 2019

 

Pas surpris au vu du palmarès et du bouche a oreille mais c'est juste merveilleux

Impossible de fermer le bouquin avant de l'avoir fini tellement que c'est bien.

C'est drôle, intelligent et a tomber visuellement.

Sur l'histoire, j'ai eu un peu peur du classique combo "jeune adolescente en puberté/ je suis une monstresse" mais c'est traité d'une manière vraiment marrante et surtout ce n'est au final qu'un détail tellement l'histoire est prenante.

Je ne sais pas si c'est du 100% stylo bic comme c'est dit partout mais pinaize, le rendu est

J'ai cru comprendre en plus que l'auteure avait un sacré karma et que les dessins ont été fait en partie avec des membres paralysés pendant sa rééducation

Une sacré découverte pour moi; vivement une suite

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Chuck Norris - Au delà des défis, ma vie

 

J'avais lu quelques avis goguenards, notamment une chronique pas piquée des vers sur le forum devildead.

Bon, il convient de nuancer la chose. Après-tout, qui somme nous pour juger de la vie de qui que ce soit ?

 

Il est vrai que de prime abord, il est facile de se moquer des positions souvent désarmantes de Chuck Norris, qu'elles soient personnelles, politiques ou religieuses (il dédicace son bouquin à Dieu, quand même...), ou tout simplement de sa naïveté parfois désastreuse (voir cette scène ahurissante où l'ami Chuck traîne toute sa petite famille dans un cinéma porno, sans se douter le moins du monde d'où il est met les pieds).

 

Il convient de remettre tout ceci dans un contexte. L'enfant Carlos Ray Norris, balloté de ville en ville, fils d'un ivrogne absent, cherchera ses repères où ils se trouvent. Chez sa mère, fervente catholique au bon sens proverbial. A l'église. Au cinéma. Maman Norris, Dieu et les cow-boys, trois phares permanents dans la vie de Chuck Norris.

 

Toujours dans cette quête de repères, il est d'ailleurs intéressant de noter que les références à ces trois piliers vont et viennent au fil des apparitions et disparitions de personnes ayant marqué ou influencé Chuck. Comme un symbole, le livre marque d'ailleurs une sorte de scission à la mort de Bruce Lee.

 

Au delà de la vie pas forcément simple de Chuck, de ses réflexions passéistes (pour pas dire reac) et de son sens de la phrase parfois iconoclaste, nous découvrons au final un homme humble, quoique déterminé, habité par les arts martiaux. Contrairement à un Schwarzeneger auto-conditionné pour conquérir le monde, Chuck n'a jamais eu comme autre ambition que d'enseigner le karaté. Les films, la célébrité, tout ceci n'est que du bonus voulu par Dieu. La morale de l'histoire peut laisser songeur quant à l'individualité. Il n'empêche qu'entre autres choses, Chuck décrocha une ceinture noire en moins de 2 ans dans un art martial qu'il ne connaissais pas, et rien que ça, c'est respectable.

 

On remerciera enfin Steve McQueen, qui a encouragé Chuck Norris a faire du cinéma. Sans le king of cool, on aurait jamais eu Invasion USA ou Walker Texas Ranger. Merci Steve, merci !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le-pouvoir-au-peuple.jpg

 

Choppé plusieurs Marvel Deluxe neufs à 5€ l'autre jour

J'ai commencé par celui-là qui m'intriguait. Les premiers segments avec Ben Reilly m'ont un peu saoulé, mais le cœur du bouquin, le "Pouvoir au peuple" est plutôt cool. Il met en scène Electro, qui a perdu tout son argent à cause des banques lors de la crise des subprimes, et qui va devenir une icône du peuple qui demande des comptes aux puissants. C'est très "gilets jaunes" avant l'heure, plutôt bien vu, même si ça reste assez superficiel comme approche, ça a le mérite de se coller un peu au réel. Un bon run. Reste aussi qques trucs ensuite avec l'Homme Sable isolé sur une ile. Distrayant mais anecdotique...

 

Couv_7663.jpg

 

Lu aussi ça, plutôt cool également, ds la bonne moyenne des "Blake et Mortimer" que j'ai lu. Les avancées scientifiques sont un peu dépassés, mais le sens du récit est toujours aussi maitrisé, le graphisme clair, l'ambiance du Japon impeccablement croquée, et même si Jacobs n'a fini que le premier tome, je ne trouve pas que ça se sente plus que ça...

 

CVT_Serotonine_9543.jpg

 

Le Houellebecq donc. Dévoré en quelques jours. Du pur Houellebecq, donc chacun y trouvera ou non son compte. Si vous aimez l'auteur, vous serez ravis, si vous n'aimez pas, ce n'est pas celui-là qui vous fera changer d'avis. On retrouve les ingrédients habituels, déprime, cul, déchéance de la société occidentale, résignation, analyse fine, entre cynisme, humour et lucidité, avec un côté assez visionnaire et désabusé. Un bon repère de notre époque. Un bon cru, même si ça se repose peut être un peu trop sur ses acquis.

 

9782350133539.jpg

 

Et là je commence ça, j'ai déjà lu "L'aiguille creuse", mais je le relirais peut être après les nouvelles isolées. Lupin c'est l'idole de toute façon ! Et comme je suis allé à Etretat entre temps, je m'y plongerai d'autant mieux !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

91cp-fij0HL.jpg

Mickey's Craziest Adventures de Lewis Trondheim (Auteur), Nicolas Keramidas (Illustrations)

 

Je n'avais encore jamais lu cette adaptation Française des aventures de Mickey par Trondheim et c'est vraiment trés bien.

Bon, ou pourrait sans problème remplacer Mickey par Lapinot et Donald par (heu merde c'est quoi déja le nom du chat) mais ça fonctionne vraiment trés bien.

Le bouquin est superbe en plus mais par contre 15 € pour un bouquin lu en 15 mn, ça fait un peu

Il ya d'autres tomes dont un centré sur Donald, je vais poursuive je pense mais viser l'occase

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Attaqué hier l’adaptation des Montages Hallucinées par Gou Tanabe.

81T1uB1SFIL.jpg

Pour l'instant c'est trés bien mais je ne suis pas certain que le style graphique de l'auteur, voire type "manga" en général se prête a Lovecraft. trop lisse a mon gout.

J'ai souvenir des adaptations de Horacio Lalia poisseuse a souhait et qui correspondait mieux, çà mes yeux en tout cas

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

bm_CVT_Ce-monde-disparu_4631.jpg

 

J'avais vu tous les films adaptés de ses bouquins (Mystic River, Gone baby Gone, Shutter Island...), mais je n'avais jamais lu de Dennis Lehane. Choppé celui-ci récemment pour tenter le coup. C'est plutôt sympa, mais ultra classique. Histoire de gangsters des années 40, codes d'honneur, trahisons, qui veut buter qui, vacuité de tout ça. J'ai pas passé un mauvais moment, ça se lit bien, c'est efficace, on a ce qu'on vient chercher, mais rien non plus qui sorte particulièrement du lot des récits de malfrats habituels.

 

51jVn39FK0L._SX358_BO1,204,203,200_.jpg

 

J'avais lu une partie des "Gunnm" qd j'étais ado, très bon souvenir, mais qui commençait à dater un peu. J'ai pécho l'an passé les rééditions "Édition originale" des 9 premiers tomes mais je m'y étais pas encore replongé. La sortie du film a été le déclic et je suis donc en plein dedans. Et c'est toujours très bien ! Ça n'a pas vieilli, que ce soit le fond, la forme, les thématiques abordées, c'est toujours très prenant, un univers foisonnant, des persos bien campés, bref, un régal !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

[attachment=0]519P5YRBTJL.jpg[/attachment]

Suite au post sur le film Threads de Mick Jackson, je me suis intéressé au film de Christian de Challonge mais j'ai préféré lire d'abord le livre original de Robert Merle. Un gros pavé de 600 pages mais un style facile et agréable à lire.

Pour rappel, il s'agit de la survie d'un petit groupe de paysans ayant survécus à l'holocauste nucléaire car ils discutaient politique dans la cave d'un château lors de l'explosion. L'humanité a disparue ainsi que les animaux, tout est à reconstruire. J'en suis à 200 pages. Le livre prend son temps mais cet univers imaginé par Merle est très intriguant et prometteur !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

saccage.jpg

Fable écolo désespérée sous forme de promenade surréaliste au coeur d'un monde en proie au chaos (l'auteur cite Stalker en préface), histoire sans paroles une case par page en format à l'Italienne, j'ai rien compris parce que je suis nul mais c'est super beau

2658_P5.jpg

tumblr_p9i91vLA2n1u0su2oo1_1280.jpg

PlancheA_361269.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Sorceleur-T1-Le-Dernier-Voeu.jpg

 

A force de perdre mon temps à arpenter le jeu de PS4, je me suis demandé à quoi pouvaient bien ressembler les romans d'origine.

Ce premier tome m'a rappelé pourquoi je n'ai jamais lu un bouquin d'heroic fantasy jusqu'au bout en dehors des "livres dont vous êtes le héros". J'en ai chié pour le finir et pourtant c'est pas bien long

 

En fait c'est très bizarre de lire l'oeuvre après avoir fait le jeu. Ca donne l'impression de lire une fanfic, pas spécialement inspirée de surcroît.

On y retrouve un peu tous les éléments du jeu, même si ça manque un peu de fesse et que les bastons ne rendent pas grand chose par écrit.

En fait, à la place des "enquêtes" qui font l'essentiel des missions du jeu, les joutes orales sont nettement plus présentes et donnent lieu à des retournements de situation in-extremis. Le premier talent de Geralt semble plus la ruse qu'autre chose.

 

Enfin j'aurais quand même découvert la rencontre avec Yennefer, d'où vient le surnom de "boucher de blaviken" et l'histoire de la princesse Pavetta qui est évoquée dans le jeu

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

je viens de finir ça

 

9780316056892.jpg

 

bon ben c'est drôle, c'est incisif, c'est intelligent, c'est Tina Fey quoi... même si j'aurais aimé que certains sujets y soient développés plus longuement.

 

Et il y a quelques temps j'ai lu ça

 

510pYBHG9OL._SX330_BO1,204,203,200_.jpg

le leader de Pennywise parle de sa vie de père, de comment on gère le fait de chanter "fuck authority" et de rentrer ensuite faire manger des légumes à 3 gamines.

J'ai lu plein de trucs sur la parentalité, ce bouquin est de loin ce que j'ai pu lire de plus vrai, de plus drôle, de plus touchant,et étonnamment le plus proche de mon ressenti perso sur le sujet... (à enchaîner avec le docu qui va avec "the other F word")

 

 

Pour les 2 livres par contre, pas de trad fr, faut lire ze english...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

41S6QAakRiL._SX321_BO1,204,203,200_.jpg

 

Un très chouette Batman. C'est bien écrit, plein de bonnes idées, le dessin est magnifique, l'ambiance au top, le rythme au cordeau, vraiment un très bon cru !

 

CVT_Le-fantome-dHollywood_1802.pjpeg

 

Ray Bradbury délaisse la SF et nous conte l'envers du décor du Hollywood des studios. C'est très bien, drôle, plein de descriptions géniales, des stars oubliées, des producteurs mégalos, des scénaristes interchangeables. Ca cite plein de vrais noms et en transforme à peine d'autres (Harryhausen, Fritz Lang...). Vraiment cool, à lire absolument si on aime le Hollywood de l'Age d'or !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Pérochon-Ernest-Contes-Des-Cent-Un-Matins-1931.jpg

 

J'ai chopé ce livre de contes de 1931 dans un vide grenier pour 3 euros parce que je trouvais la couverture et les illustrations assez jolies.

Renseignement pris c'est un classique de la littérature pour enfants de l'époque, écrit par un lauréat du goncourt et utilisé comme manuel de lecture en cours élémentaire jusqu'aux années 50.

 

Ce qui frappe, c'est le décalage complet par rapport aux standards de notre époque et en particulier le ton très "colonial" de certains contes.

Par exemple, l'histoire de "Bambouno", le "négrillon" qui vit dans un "village nègre" du Congo Français, décrit comme lippu, hirsute et intégralement noir à l'exception des dents et du blanc des yeux.

 

On dirait un livre pour enfants de Francis Kuntz

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...