Aller au contenu

Vos lectures du moment


Messages recommandés

5173J8FSK3L.jpg

 

Bouquin sympa. Chaque chapitre prend le nom d'une station de la ligne 9, occasion pour le narrateur de déambuler dans Paris, des couches les plus populaires de Montreuil et du 20e à la bourgeoisie du cossu 16e. Bilan d'un gauchiste face aux années 80, les idéaux de jeunesse enterrés, faire avec la réalité sans trop se renier. Ca se lit bien, c'est pas mal.

 

NinL9CJw3d5EoaFwYE8UwQTLlmTsuH0X27ZynmTAKiR_U4bmiRm-aI14zEMz1IH6Asu331IZanTguunne5lIik7r5VV13aPDlkJXw97b5j-mhhQD7qwzow

 

Bouquin autour des derniers mois de Gerard Philipe, foudroyé par la maladie à même pas 40 ans. Assez touchant, ça m'a permis d'appréhender un peu cet acteur que je connais peu et qui sentait un peu la naphtaline à mes yeux. Joli portrait signé par le mari d'une des filles de l'acteur.

 

51FDWPKxkiL._SX322_BO1,204,203,200_.jpg

 

Lu le premier tome de "Knightfall", bien aimé aussi. Un Batman en bout de course, Bane qui fout le bordel un peu partout et lâche tt le monde sur le héros pour l'affaiblir avant de le briser. Efficace !

 

9782290208915_1_75.jpg

 

Là, je lis ça. Bouquin de Michael Imperioli (Christopher ds "Les Sopranos"), récit d'un ado dans le NY des 70's, autour de la figure de Lou Reed. J'en suis à la moitié, j'aime bp !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...
  • Réponses 1,7k
  • Created
  • Dernière réponse

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Le premier tome était excellent, le deuxième l'est tout autant !   Super scenar, un dessin magnifique, ça bouscule bp de choses, mais c'est bien foutu, prenant, rythmé, vraiment du tout tout

Le 14/01/2020 à 11:55, DPG a dit :

Monsieur-jadis-ou-l-ecole-du-soir.jpg

 

"Monsieur Jadis" d'Antoine Blondin. Ça doit être le 4 ou 5e bouquin que je lis de Blondin, et je trouve toujours ça aussi génial. Le style est incroyable, c'est drôle, superbement écrit, ça nous balade dans un Paris populaire qui n'existe plus, fait de bistrots improbables, de nuits qui ne veulent pas finir, d'hommes qui ne veulent pas grandir. A chaque bouquin, je mets quelques pages pour rentrer dedans, mais une fois pris, je ne décroche plus. Génie.

Suis revenu sur Mes lectures du moment me souvenant de ce post et d'un auteur dont le nom m'échappais. L'ai retrouvé et cela fait vraiment envie. Parfait.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 4 weeks later...

white-format-poche-1505462426_ML.jpg

 

Le dernier Bret Easton Ellis. Son premier livre "non roman".
Et c'est très bien !

Ça parle de notre époque et de pas mal de ses travers, les réseaux sociaux, la victimisation, l'étroitesse d'esprit des prêcheurs de tolérance, l'étouffement du politiquement correct, les rapports aux médias, la culture de l'instant, bref, ça brasse bp de choses, mais c très sympa à lire, profond, très fin. Ds le début du livre, l'auteur parle aussi de son enfance, sa découverte du cinéma (notamment de genre), sa liberté, comparant les époques. Il parle aussi de certains de ses livres, des tournées promo, des rapports du public à ses créations (notamment Patrick Bateman). Enfin voilà, si on aime ses livres, on aimera sans mal, et même sans ça, j'ai trouvé le livre assez brillant et très juste !   :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le jour des cons, de Tadzul Lempke.

 

C'est un petit bouquin très court (44 pages) mais férocement mordant et joliment torché par un ancien responsable du festival 2300 Plan 9. Le récit d'un con à la première personne qui s'en va déglinguer plein d'autres cons. C'est noir, drôle, méchant et simplement jubilatoire!

 

Depuis, Tadzul a lancé une collection de bouquins horrifiques suisses baptisée "Le Gore des Alpes", sorte d'avatar helvète de la collection "Gore" des années 90. Paraît que c'est très sympa.

 

conscouve.png

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de lire les 2 derniers tomes sortis de la reprise de Corto Maltese, par  Juan Díaz Canales et Ruben Pellejero. 

Corto Maltese, j'avais jamais lu avant. Je connaissais de réputation bien sûr, mais j'étais toujours passé à côté. Pas attiré par le graphisme notamment. Mais je pense qu'il fallait attendre le bon moment, que je m'ouvre un peu plus à ce style, parce que j'ai adoré. Certes, ce ne sont pas les albums de Pratt, mais j'ai tellement aimé ces 2 volumes que j'ai envie de me toper l'intégrale. 

 

spacer.pngspacer.png

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Le Silkie de A.E. Van Vogt

 

Les silkie sont des êtres capables de se changer en créature amphibie, être humain ou projectile spatial. Ils auraient été créés par les hommes. Ou pas... Et Van Vogt de se focaliser sur un Silkie en particulier, celui qui va marquer à jamais l'Histoire de l'univers, rien que ça.

Je ne sais pas si certains d'entre vous ont déjà lu du Van Vogt, mais en ce qui me concerne c'était la première fois... et sans doute la dernière, parce que c'était quand même puissamment prise de tête. Tournures de phrases alambiquées, flux narratif pénible, vocabulaire scientifico-masturbatoire et philosophie machiste rétrograde. J'ai souffert,

 

jl0855-1978.jpg

 

 

Spirou: l'espoir malgré tout, 1ère partie

 

1940: le récit d'un jeune Spirou et de son pote journaliste un peu con Fantasio dans une Belgique fraîchement envahie par les nazis. C'est assez surprenant, Emile Bravo a récupéré le héros de Franquin pour poser un regard relativement nuancé sur la seconde guerre mondiale. On est loin des aventures habituelles du groom et au final, le fait de faire de Spirou le héros de ce récit n'est qu'un moyen d'attirer un lectorat plus important. L'approche est surprenante, c'est plutôt bien foutu, et on a très envie de lire la suite une fois arrivé au terme de cette première partie.

 

Spirou-ou-l-espoir-malgre-tout.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

total-recall-biographie-Arnold-Schwarzen

Arnold Schwarzenegger - Total Recall

Le bouquin se divise en gros en 4 parties, son enfance et la muscu en Autriche, son arrivée aux US et ses championnats de culturisme, le cinéma et enfin la politique.

Clairement les plus intéressantes sont la première et la deuxième partie, celles que l'on ne connait pas forcément. J'ai été déçu que la partie cinéma soit aussi famélique, clairement faut pas chercher à vouloir apprendre des trucs de ce coté là. La partie politique passe un peu.

 

Ce qui est paradoxale avec Schwarzy c'est qu'il pense qu'il est républicain mais qu'il a des idées de démocrates voire d'écolo.

Mais le gars s'est défini comme républicain juste parce qu'il voulait être riche et qu'il a vu Nixon à la TV, donc on a le droit à plein de contradictions dans sa vie, sa femme démocrate et de la famille de Kennedy, son combat pour l'écologie ou l'éducation des jeunes pauvres...

Y a des passages un peu relou quand il commence à faire de la thune et qu'il raconte ses soirées galas, sa rencontre avec sa femme, ses vacances en famille chez les Kennedy, ça fait vraiment les feux de l'amour.

 

 

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

81HFu8BAe2L.jpg

Le Rugissant - Raphaël Malkin

Ouvrage racontant la vie tumultueuse et chaotique du producteur/dealer Rudlion, qui a entre autre fait émerger Expression Direkt, bosser avec Tonton David, écrit la mélodie de Ma Petite Entreprise de Baschung, etc...

J'ai pas aimé du tout le style d'écriture très ampoulé qui se donne un genre. Après, une fois passé ce désagrément, on apprend plein de chose sur le milieu rap des 85's/90's et sur la vie du gars.

 

C'est une bonne période en ce moment pour les amateurs de rap français, Manu Key sort son livre, Kamal Haussmann de Time Bomb aussi et le podcast de Driver est une pépite. Ça y est le rap français est entré dans l'histoire et on est vieux !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Brian De Palma: Entretiens avec Samuel Blumenfeld et Laurent Vachaud

 

Je me suis fait l'intégral De Palma tout en lisant la nouvelle version de ce bouquin-entretien paru une première fois en 2001 - Blumenfeld/Vachaud l'ont augmenté en questionnant le maître au sujet de ses derniers opus (jusqu'à "Passion"). L'exercice était passionnant, et m'a permis de rattraper quelques retards (le séminal "The Wedding Party", le réjouissant "Home Movies"), de revoir toutes les pépites du maître, mais aussi sa grosse bouse ("Wise Guys", très vite expédié dans le bouquin - 1 page je crois), et de voir ses derniers films salement critiqués que je n'avais jamais vus ("Passion" justement, qui n'est pas si mal en ce qui me concerne, et "Domino", une catastrophe....). On ressort de cette expérience un peu groggy et avec l'impression que De Palma a toujours fonctionné comme un pur et modeste artisan (mais artisan obsédé - les commentaires sur les plans séquences de "Carlito's Way" ou "Raising Cain" sont assez édifiants), même en ce qui concerne ses plus gros budgets. Le mec est conscient de son talent et de ses capacités et peut se montrer un peu arrogant (surtout quand il en vient à parler de ses connaissances de l'oeuvre de Hitchcock).... Mais il est difficile de lui en vouloir... C'est forcément très riche en information, même si on sent par moment que De Palma a envie de botter en touche - les interviews n'étant de loin pas sa tasse de thé.

 

brian-de-palma-entretiens-couv-460x0.jpg

 

 

Born to be Wild: Dennis Hopper, un voyage dans le rêve américain - Tom Folson

 

Une biographie du réal de "Easy Rider". L'écriture est parfois un poil alambiquée mais le parcours de Hopper est tellement dingue que le récit est inévitablement passionnant. "Easy Rider" comme lancement du Nouvel Hollywood et "The Last Movie", avec surtout la postproduction hallucinée et hallucinante de ce dernier, forment la colonne vertébrale de cette bio relativement courte. Pour autant, Folson n'occulte pas le reste: la jeunesse dans un coin paumé du Kansas, les débuts à côté de James Dean, son obsession pour ce dernier, les femmes, un peu de sexe mais pas trop (alors que Hopper est un sex-addict, si l'auteur laisse entendre qu'il est adepte de pratiques particulières, nous n'en saurons jamais plus), les heures Corman/AIP (dont les films sont désagréablement méprisés par Tom Folson qui parle de "séries Z"), beaucoup d'alcool, encore plus de drogues, les épisodes trop courts mais forts en narcotiques de "Apocalypse Now" et son conflit Brando/Hopper puis "Mad Dog Morgan"... désintox, retour en grâce avec "Blue Velvet", la mise en place délicate de "Colors".... On aborde un peu le Hopper photographe, le Hopper collectionneur d'art, un tout petit peu le Hopper peintre, des aspects qui auraient mérités plus d'attention. Ca se lit très vite, les chapitres post "The Last Movie" sont un peu trop rapidement torchés, qu'à cela ne tienne, ce qui en ressort est que Hopper était un fou génial, un rebelle autodestructeur, un type super attachant mais aussi une sacrée tête de mule qui a gâché quelques belles amitiés.

 

 

9782743628826_large.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

spacer.png
 

Citation

À présent que la ville de Gotham est libérée du joug de Bane, Batman et Catwoman ont décidé de s'associer pour rendre la justice dans la ville déchue. Mais une affaire ancienne qui a impliqué la féline cambrioleuse et les plus grands ennemis du Chevalier Noir menace de refaire surface quand le Designer, un super-vilain oublié, fait sa réapparition. Selina va devoir faire un choix entre ses anciennes et ses nouvelles relations.

 

Modifié par u ribellu
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

The Death Archives - Mayhem 1984-94

 

Parce qu'il en avait ras-le-bol de lire et voir des conneries sur Mayhem, le bassiste Jorn Necrobutcher a posé ses mémoires à plat pour revenir sur les 10 premières années du groupe, autrement dit jusqu'à la mort d'Euronymous. C'est asez direct, froid, pas très bien écrit, mais il est intéressant - voir précieux - d'y voir la démystification de l'image de satanistes nihilistes que Mayhem se traîne. Alors certes, ils en font des caisses lors de shooting photos glauques au possible (le bouquin est truffé de photos d'époque et mérite le coup d'oeil rien que pour ça) et que la perception qu'on a du groupe vient en partie de là, mais on se rend surtout compte que c'est une bande de jeunes qui veulent juste faire du bruit. Je ne sais pas à quel point Jorn est honnête dans ses propos, mais à aucun moment il ne parle de religion ou d'église à brûler. Il souligne même la beauté de celle dans laquelle se sont déroulées les funérailles d'Euronymous. Bref, ça parle de jeunes qui aiment le métal extrême, la bière (et le coca pour Euronymous qui ne buvait pas), la viande, et semer le trouble via une imagerie morbide, et qui font dans leur froc quand ils apprennent que le squat de Leipzig dans lequel ils doivent jouer a été pris comme cible par des skinheads la veille de leur concert.

C'est presque décevant :)

 

Sinon, très beau livre, blindé de photos floues et granuleuses (exit celle de Dead explosé sur son canapé - car il est question de passer à autre chose), avec une postface signée Thurston Moore (qui a sorti le bouquin via son propre label d'édition).

 

DEATH+ARCHIVES+copy.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

41ewniH4yXL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

Jim Carrey L'amérique Demasquée - Adrien Dénouette

Recommandé par Véro dans un PifffCast, et je plussoie, c'est vraiment un chouette bouquin.

C'est vraiment bien analysé, la place de Carrey qu'avait Jim dans les 90's et son rapport à cette décennie, les parallèles avec Chaplin, tout le travail d'analyse sur sa filmo est très juste, l'après apogée et les années Bush, Obama, Trump, la disparition de la comédie dans les top au profit des super-héros (le point de vue sur l'arnaque Deadpool est tellement vraie)

Si on aime Carrey et son humour de golmon et plus généralement la comédie US, c'est un ouvrage essentiel.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

LnQqxNTuhJeLC3L5EvxzwI1eqJb1jnPhCeHr3-hx

 

Fini ce bouquin de Manchette, et beaucoup aimé ! Manchette est un auteur très côté, dont l'univers m'attire, mais le premier que j'avais lu de lui (Le petit bleu de la côte ouest) ne m'avait pas spécialement transcendé. Là, c'est bp mieux ! Inspiré je pense de l'affaire Ben Barka, on suit le parcours d'un petit caïd de province qui se trouve mêlé à un rapt politique qui va vite le dépasser. Écriture énergique, sens du détail et de la formule, références cinématographiques, jolie galerie de persos hauts en couleurs, on est vraiment dedans du début à la fin. Ça m'a rappelé plein de polars des années 70, Boisset en tête, et je comprends mieux l'influence de l'auteur sur cette époque. Bref, une belle découverte, j'en lirai d'autres !

 

Et là, je commence un énorme pavé, "Moby Dick", classique parmi les classiques, que je veux lire depuis des années sans avoir le courage de m'y coller. Premier challenge de 2021 !  :)

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je me relance dans Dune. 

J'avais dévoré la saga a 13 ans, juste avant la sortie du Lynch et franchement, le film était très proche de ce que j'avais imaginé.

 je replonge avant le Villeneuve, a voir si je me refait toute la série ou si le premier sera suffisant

couv31227663.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Carbone et Silicium de Mathieu Bablet.

J'avais bien aimé Shangri-la le précédent, malgré des longueurs, la c'est vraiment top.

L'avenir de l'humanité vu par les yeux de 2 androïdes. 

Son dessin est très particulier mais je m'y suis fait.

Je recommande

carbone_silicium_edition_classique_rvb-a

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut lire tout Mathieu Bablet, parce que c'est génial de A(drastée) à Z. 

Si t'aimes pas son style de dessin des personnages, tu es forcément époustouflé par son dessin d'architectures. Je serai curieux de connaître l'avis de Benj là-dessus d'ailleurs. 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bablet c'est un maitre pour l'archi, les détails tout ça.

Je n'ai lu que Shangri La et La Belle Mort et les dessins sont depuis le début exceptionnels.

Les histoires je suis moins fan.

 

Une galerie à Paris avait organisé une expo des planches originales de Carbone et Silicium, et le gars nous disait qu'il avait tout vendu en 3 jours, ce qui est rare.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

Hunger Games de Suzanne Collins.

 

J'aime assez bien les films tirés des bouquins de Suzanne Collins alors je me suis dit pourquoi pas. Et ça se lit plutôt bien, le récit à la première personne en fait une aventure très rythmée, parfois assez tendue... C'est un peu plus sanglant que le film (mais juste un peu) et le personnage de Haymitch est un peu plus dégueulasse. Pour le reste, j'ai été frappé de constater à quel point le film est fidèle au bouquin. A tel point qu'après visionnement, la lecture du bouquin n'apporte que peu de valeur ajoutée. 

 

Hunger-Games-Tome-1-Hunger-Games.jpg

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 3 weeks later...

nous-rc3aavions-juste-de-libertc3a9-de-h

 

Lu ça pdt mes vacances, 450 pages que j'ai dévoré ! J'ai trouvé ça mortel, une histoire d'amitié d'ados, très tendance Stephen King mode "Stand by me", qui vire au récit initiatique, de bikers, de jeunes un peu paumés qui brulent la vie par les deux bouts et pour qui rouler deviendra une raison de vivre... Mais en vieillissant, les divergences dans la bande commenceront à apparaitre.... C'est bien foutu, ça se lit très bien, on est dedans à fond, c'est parfois très touchant, et le final m'a scotché ! Bref, une très belle découverte !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quasi fini Dune, je vais continuer je pense 😍.
Entre temps j'attaque la Horde du contrevent de Damasio.

Personne a lu Les furtifs ?

 

Sinon je viens bouffer du Marvel par brouette.

En fait j'ai acheté par hasard House of M dont je trouvais la couverture jolie :) et puis de fil en aiguille pour comprendre l'histoire :

je viens de me faire  la série avec wanda qui pete un cable (house of m,Séparation, son of m )les civil war 1,2,3, , Planet Hulk, World War Hulk et pis le Gant de l'éternité aussi ( le vieux, celui a l'origine des deux derniers avengers).

On trouve tout d'occase assez facilement en fait

Gamin j'étais beaucoup plus attiré par DC/Batman mais la j'avoue qu'en fait j'aime bien . Le ton est beaucoup plus sombre que ce que Marvel sortait a l'époque aussi et puis le lien entre toutes les sagas est sympa a suivre.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Gros coup de cœur de cet été pour moi.

Je n'ai lu que celui la de Damasio mais j'ai les deux autres sur la pile en attente et j'ai des places pour aller le voir en salle(un jour peut être) , il dit des textes sur de la musique (lien dispo dans le bouquin normalement)

 

Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai fait le chemin inverse. C'est parce que j'ai adoré La horde du contrevent que j'en suis venu à lire les furtifs.

Modifié par Blame
Lien à poster
Partager sur d’autres sites

×
×
  • Créer...