Jump to content

Holy smoke - Jane Campion (1999)


Ekynox
 Share

Recommended Posts

 

 

Au cours d'un voyage en Inde, Ruth (Kate Winslet), belle et jeune Australienne, est bouleversée par un gourou. Inquiète, sa famille imagine un stratagème pour la faire revenir et demande à l'Americain P.J. Waters, spécialiste de la déprogrammation spirituelle, de la ramener à une culture plus occidentale. Pour lui, le cas pourrait être réglé en vingt-quatre heures. Deux jours plus tard, le pouvoir change de camp. P.J. Waters (Harvey Keitel), le professionnel du désenvoutement, doit affronter, désarmé, l'emprise de sa passion pour Ruth, son ange vengeur. (Écran large)

 

Mouais. L'idée de départ est forte (l'emprise d'une secte, la "déprogrammation" qui s'en suit) et il me semble que ça n'a pas été beaucoup traité au cinéma. Dommage que le récit prend un tout autre parcours rendu à la moitié. La thérapie est remplacée par une séduction malsaine qui s'installe entre coach-cliente et où les personnages ne sont plus que des caricatures d'eux-même. À vrai dire, on se demande comment ce pauvre Harvey Keitel a pu perdre autant de points de santé mentale en deux jours. Il semble que la vision de Kate Winslet en front nude se pissant dessus y soit pour quelque chose.

 

C'est pas mauvais dans l'ensemble. Mais bon, alors que tout était bien campé au départ, il reste tout de même une impression de gâchis pour la deuxième partie.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...