Jump to content

Radioland Murders - Mel Smith (1994)


bloknotise
 Share

Recommended Posts

 

Petit bijou du milieu des années 90 Radioland murders est à l’origine la préquelle de American graffiti, annoncée dès 1974, qui devait être réaliser par Georges Lucas et mettant en scène Steve Martin. Le film se fera mais en 1994, réalisé par Mel « Bean le film »Smith (inoubliable Albinos dans Princess bride) qui filmera son pote de « Dream on » Brian Benben et n’aura plus aucune affiliation avec American Graffiti.

L’histoire d’une série de meurtres commis dans les mûrs d’une radio le soir de son lancement national en 1939, un auteur et une productrice tentent dans le tourbillon du « direct live » de mener l’enquête.

A la manière de Cluedo, avec le charme du cadre historique et une pléiade d’acteurs le film est un whodunit mené à tambour battant, au rythme et au montage frénétique qui amène son spectateur au bord de l’hystérie lors d’un final palpitant. Un croisement jouissif entre les films des Marx brothers et Agatha Christie.

La pléiade d’acteurs c’est pour commencer le duo star du film (à l’origine les parents du personnage joué par Richard Dreyfus dans American Graffiti) Brian Benben et Mary Stuart Masterson (à la mode à l’époque à cause de Benny and Joon), alors je vais faire court Ned « Delivrance » Beatty, George Burns, Brion James, Corbin Bernsen, Christopher Lloyd, Michael « Mayor Godzilla » Lerner, Bob« Zek »Goldthwait, Bo Hopkins et j’en passe. Tout ce beau monde au service d’une intrigue prenante sur fond de comédie vaudevillesque.

Injustement meurtrie par la critique à l’époque le film reste pour beaucoup une honte dans la carrière de producteur de Lucas avec Howard the duck et cie, mais c’est vraiment un tort Radioland Murders est une bombe de bonne humeur et d’humour, à découvrir ou redécouvrir, vraiment.

Le film parfait à se passer pour une soirée « la radio des pré-fifties dans les comédies américaines modernes » avec « Nuit de noces chez les fantômes », le plat d’huîtres en options bien sûr.

 

A ma connaissance le film n’est pas trop dur à se procurer en zone 1 pour les anglophone, pour le reste il y a tjrs la vidéo Universal destinée au marché location en France fin 90 que l’on retrouve un peu partout.

 

6U4DatekGOs

Link to comment
Share on other sites

  • 3 years later...
 Share

×
×
  • Create New...