Jump to content

Go West - Ahmed Imamovic (2005)


Steve
 Share

Recommended Posts

 

Au cours des années 90, la fédération yougoslave se désagrège à la suite de guerres sanglantes. Éternel étudiant, Milan est issu d’une communauté patriarcale. Kenan est un violoncelliste musulman. Les deux forment un couple homosexuel et habitent à Sarajevo. Leur vie, aussi bien privée que publique, est bouleversée par la violence qui règne en Bosnie-Herzégovine et dont les conséquences dévastatrices se solderont en haines raciales. Coincés à Sarajevo durant le siège des forces serbes, les amants réussissent à s’enfuir jusqu’au village de Milan où ils trouvent un refuge, en attendant Ljugo, le père de Milan, qui pourra les aider à partir pour la Hollande. Témoin de la brutalité des forces serbes et de leur haine envers les Musulmans, Milan improvise une stratégie en désespoir de cause: il déguise Kenan en femme et le présente comme son épouse, Milena. Le secret est découvert par son meileur ami, Lunja. Milan est appelé sous les drapeaux et la situation ne fait qu’empirer pour Kenan. La seule amie en qui il peut avoir confiance est Ranka, la serveuse du café du village, une femme aux secrets si lourds qu’ils effrayent la plupart des villageois de son entourage.

 

Recompensé par le public au festival de Montpellier l'année dernière, "Go West" est une histoire d'amour tragicomique comme on a maintenant l'habitude d'en voir venir des Balkans (c'est bruyant, flamboyant, festif, et mélo comme il faut : comme dirait SWS, ça trucule !). Racontant cette fois l'histoire de deux hommes qui auraient pu s'aimer tranquillement en cachette à Sarajevo si la tempête de la guerre en Yougoslavie ne les avaient emportés, Ahmed Imamovic réalise ici pour son coup d'essai un coup de maître. Le réalisateur traite son histoire homosexuelle comme n'importe qu'elle autre, préférant dénoncer toute forte d'intolérance ; la stupidité de la guerre et de peuples livrés à la barbarie servant à paraboler sa démonstration. Comme le dit l'un des héros en début de film : "Chez nous dans les balkans, on sera toujours prêt à accueuillir un meurtrier dans nos maisons plutôt qu'un gay". Co-produit par Jeanne Moreau (qui tient un petit rôle dans le film), "Go West" est un petit bijou d'intelligence et d'ironie, à l'image du titre du film. Plus que le fait que le Imamovic ait la faculté de ne pas prendre parti pour un camp ou un autre, c'est son désir de témoigner pour tourner la page qui impressionne le plus. Belle interprétation, en outre, de tous les comédiens, amateurs ou professionnels, premiers comme seconds rôles (le plus notable quand même étant Rade Serbedzija, alias Boris le Hachoir dans Snatch et de nombreux seconds rôles somptueux depuis, et qui livre ici une performance magistrale), et inoubliable musique.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...