Jump to content

Vierges pour le shogun - Teruo Ishii - (1968)


johell
 Share

Recommended Posts

VIERGES POUR LE SHOGUN (Tokugawa Onna Keizu) de Teruo Ishii (1968)

 

Pendant l'ère Tokugawa, le Shogun dispose d'un harem de 3000 femmes condamnées à ne connaître qu'un seul homme dans leur vie : lui. Tout leur est bon pour gagner ses faveurs et partager sa couche. Manipulé, déçu, le Shogun sombre dans la paranoïa et s'adonne à la cruauté psychologique et sexuelle...

 

Premier film de la série JOY OF TORTURE, cet opus est en apparence plus sage, moins baroque et sadique que les suivants. Plutôt retenu en termes de gore et de sévices graphiques, il permet à Teruo Ishii de poser les enjeux thématiques et esthétiques de la série en dépeignant une haute société grangrenée par les jeux de pouvoirs, les complots de couloirs et une obsession sexuelle teintée de domination qu'elle soit physique ou psychologique. C'est un film sublime, transfiguré par le style de Ishii et son casting féminin sensationnel.

Link to comment
Share on other sites

  • 9 months later...

J'ai regardé Vierges pour le Shogun et je dois avouer que je me suis tout de même un peu ennuyé. Le métrage a d'indéniables qualités mais je l'ai trouvé trop bavard. La nudité est très peu présente (à part des seins nus) et il n'y a pas de scènes chocs, les vierges étant fourbes mais peu effarouchées

 

Le film nous relate les luttes que se livrent les femmes promises au Shogun pour s'attirer ses faveurs. Deux clans se distinguent, les femmes d'Edo et celles de Kyoto, chaque clan étant prêt à toutes les manigances afin de placer l'une d'entre elles auprès du Shogun.

 

Visuellement, comme toujours chez Ishii, le film est splendide. Il y a beaucoup de figurants, les décors (en particulier les extérieurs du château du Shogun) sont magnifiques et l'interprétation est bonne. Malheureusement le film se résume à de longs dialogues et très peu d'action vient rompre la monotonie du récit. La violence (très peu présente) est quasiment toujours hors champs et les scènes érotiques extrêment timides, Ishii fera beaucoup mieux (ou bien pire, c'est selon) par la suite.

 

Pour les curieux.

 

Encore un mot sur le coffret Femmes Criminelles, ce dernier vaut essentiellement la peine pour Orgies sadiques de l'air Edo, qui m'a vraiement beaucoup plu et qui est vraiement une excellente surprise. Dommage que ce dernier ne soit pas vendu à part. Je ferai des critiques des trois films présents dans le deuxième coffret dès que je commencerai leur visionnement. J'espère que cela donnera envie à certains de voire les films de Ishii

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...