Aller au contenu

Darkness Fanzine est de retour !


Messages recommandés

Après plus de 20 années d'absence, Darkness, un fanzine français sur le cinéma de genre créé en 1986, revient sur le devant de la scène.

 

L'objectif de ce grand retour est de proposer un 11ème numéro, tout entier consacré à la violence et à la censure au cinéma en France. Edité et diffusé par l'association Sin'Art, le fanzine devrait être disponible sur Internet ou dans des librairies partenaires avant la fin de l'année 2010. De nombreux journalistes, juristes, cinéphiles et illustrateurs ont accepté de rejoindre bénévolement l'aventure.

 

Ce numéro papier, dédié à la violence (72 pages, couverture en couleur, 8 euros, à commander sur le site de Sin'Art dans quelques semaines), est le premier d'une trilogie sur la censure au cinéma en France. Deux autres opus sont prévus en 2011 (le sexe) et en 2012 (la politique et la religion).

 

Pour être informé de sa sortie, rejoignez le groupe ou partez faire un tour sur les liens suivants :

 

http://www.facebook.com/home.php?#!/group.php?gid=209932280471

 

http://www.darkness-fanzine.over-blog.com

 

http://www.myspace.com/darknessfanzine

 

http://www.sinart.asso.fr

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 11 months later...

 

Un an après la sortie de D11 consacré à la violence et à la censure au cinéma en France, DARKNESS FANZINE livre un 12ème numéro abordant le deuxième volet de la thématique : sexe et censure au cinéma en France.

Une sortie programmée chez Sin'Art au cours du mois de novembre 2011.

La conception rassemble sur plus de 120 pages certains des rédacteurs du numéro précédent (Bernard Joubert, Lionel Trélis, Albert Montagne...) mais aussi de nouvelles plumes. Jean-Pierre Putters (Mad Movies), Éric Peretti (Sueurs Froides), Laurent Garreau (Archives secrètes du cinéma français) et Alan Deprez (Cinefantastique.com) rejoignent ainsi la rédaction en offrant des articles d'une grande qualité.

 

Bientôt en vente chez Sin'Art...

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 1 month later...

Ca y est ! Enfin ! Sexe et censure au cinéma en France !

Darkness Fanzine n°12 sera disponible chez Movies 2000, Gotham, Les Films de la Gorgone, Kiosque de la liberté (Toulon), Ciel Rouge (Dijon), Ciné Folie (Cannes) et évidemment sur le site de Sin'Art (http://www.sinart.asso.fr) d'ici à la fin du mois de novembre 2011

 

Le versement du droit d'entrée n'est pas nécessaire pour commander Darkness 12.

Pour la deuxième année consécutive, DARKNESS sort un numéro spécial sur une thématique précise. Plus de 120 pages documentées et bourrées d'informations, à la magnifique couverture concoctée par John Capone. Après avoir consacré son numéro de 2010 à la violence au cinéma, l'équipe du fanzine, composée de professionnels et d'amateurs, se penche sur les problèmes de classification des films, la représentation de l'acte sexuel à l'écran, les tabous, la censure... Autant de sujets et bien plus encore abordés dans ce numéro dédié au thème «Sexe cinéma censure». Parmi les rédacteurs qui ont rejoint l'équipe déjà présente pour le numéro 11, notons par exemple Jean-Pierre Putters, fondateur des magazines «Mad Movies» et «Impact» qui revient sur l'histoire de la censure en France ; Laurent Garreau, auteur d'«Archives secrètes du cinéma français» qui livre quelques rapports des comités de censure et explore les dessous de la loi X ; et Alain Deprez, réalisateur et critique de cinéma de genre, qui détaille quant à lui les liens entre sexe et violence sur nos écrans. Éric Peretti, rédacteur pour «Sueurs Froides», fait également partie des nouveaux venus et s'attaque à la représentation explicite du sexe au cinéma. Tous se sont évertués à dresser un panorama complet de l'histoire du sexe à l'écran en France.

 

http://www.sinart.asso.fr/darkness-12-27898

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...

On ne juge pas un livre à sa couverture. Pourtant, celle du dernier numéro de Darkness Fanzine colle à la rétine et invite le lecteur à se plonger dans un ouvrage qui s'annonce, dès son introduction, des plus complexes. Heureusement, les bienveillants auteurs refusent tout élitisme et facilitent l'absorption des infos en conjuguant pédagogie et rigorisme. Bénéficiant d'une équipe de rédacteurs on ne peut plus hétéroclite, mêlant juristes, chercheur, journaliste, professeur et cinéphiles, permettant ainsi une couverture plus large du vaste sujet annoncé, Darkness Fanzine 12 va rapidement devenir un ouvrage de référence dans le genre qu'il faudra précieusement conserver entre ceux de Jacques Zimmer, Gérard Lenne, et Christophe Bier.

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 2 weeks later...
  • 1 month later...
  • 10 months later...

Politique, religion et censure au cinéma en France

 

En France, une oeuvre cinématographique ne peut être projetée en salles sans que son contenu n’ait été approuvé par le gouvernement. Les films peuvent être autorisés ou interdits, sur tout le territoire, par le ministre de la Culture après avis d’une Commission de classification chargée de sauvegarder l’enfance, la jeunesse et la dignité humaine. L’organisation d’un débat à huis clos et un vote à bulletin secret peuvent-ils justifier la classification des films par l’Etat ? Dans la mesure où l’acte de censure est l’expression du pouvoir, toute censure n’est-elle pas inévitablement politique ?

 

Le 13ème numéro de DARKNESS FANZINE marque la fin de la thématique triennale consacrée à l’étude de la censure au cinéma en France. Ainsi, après avoir traité de la violence en 2010 et du sexe à l’écran en 2011, ce numéro aborde la problématique de la politique et de la religion au cinéma, sous la plume de treize rédacteurs universitaires, journalistes ou tout simplement cinéphiles.

 

Sur près de 140 pages, les oeuvres de Stanley Kubrick, Alain Resnais, Chris Marker, William Klein, Jacques Rivette ou encore Yves Boisset y sont étudiées. Ce numéro propose également une réflexion tournée vers le monde, en offrant des articles de fond sur le cinéma chinois ou la production iranienne, mais aussi un dossier complet sur le contrôle cinématographique britannique à l’occasion des 100 ans du British Board of Film Classification (BBFC).

 

Edité par SIN’ART depuis 2010, le 13ème numéro de DARKNESS sera disponible en décembre 2012 sur le site de l’association mais aussi, en dépôt-vente, dans certaines librairies partenaires, en France et à l’étranger.

 

Plus d’infos sur : http://sinart.asso.fr

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
  • 11 months later...

Attendu par de nombreux lecteurs, le 14ème numéro de Darkness Fanzine est annoncé autour du 15 décembre 2013 chez l'éditeur indépendant Sin'Art. Entièrement dédiée à la censure au cinéma, la revue propose un numéro par an depuis 2010 avec cette année la livraison de deux dossiers étonnants. Dans un premier dossier consacré aux États-Unis, après un exposé chronologique retraçant l'évolution de la réglementation cinématographique outre-Atlantique, Benjamin Campion (Libération.fr) explore les règles de régulation définissant le contenu des programmes diffusés sur le petit écran, Greg Philip (filmperdu.blogspot.fr) dissèque les stratégies d'évitement de la censure imaginées par Alfred Hitchcock et Chloé Delaporte (Sorbonne Nouvelle) relate l'incroyable histoire du film Raspoutine & the Empress ayant conduit Hollywood à informer le spectateur que les films de fiction ne sont le plus souvent que des œuvres de l'imagination. Le dossier est complété par un voyage inattendu jusqu'au Mexique dont le compte rendu, rédigé par Maria Fortin (université du littoral Côte d'Opale) conduit le lecteur à découvrir le cinéma subversif d'Arturo Ripstein. Le second dossier offre de soulever le couvercle des déviances et des perversions au cinéma. Une collection impressionnante de thèmes peu conventionnels dont certains sont analysés et livrés à la réflexion du lecteur. Sébastien Lecocq (cinémag fantastique), Yohann Chanoir (Historiens et Géographes) et Agnès Giard (Libération.fr) livrent le fruit de leurs observations du cinéma asiatique tandis qu'Alan Deprez (Lui.fr) s'emploie pour sa part à détailler l'univers hard de Peter Acworth. Alain Brassart (Lille III) et Isabelle Labrouillère (Toulouse II) interprètent l'utilisation du corps par les cinéastes des deux sexes. Christophe Bier (Dictionnaire des longs métrages français pornographiques et érotiques en 16 et 35 mm) y parle de sadomasochisme, Lionel Trelis (La censure cinématographique en France) de Nazixploitation, Éric Peretti (Sueurs Froides) de zoophilie et Albert Montagne (Histoire juridique des interdits cinématographiques en France) de nécrophilie et même... d'agalmatophilie !

Lien à poster
Partager sur d’autres sites
×
×
  • Créer...