Jump to content

Eric

Staff ZoneBis
  • Posts

    747
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    2

Everything posted by Eric

  1. Herzog C’est pas tous les jours que ce nom est cité
  2. Eric

    Coucou

    Bottine. DVDClassik, un site sympa mais une grosse partie du forum où les gens comptent les pixels sans regarder les films. J’ai arrêté d’y aller
  3. Salut à tous. La 19e édition du LUFF est dans les starting-blocks. LUFF 2020 - Aperçu de la programmation 19e édition du Lausanne Underground Film & Music Festival 14 - 18 octobre 2020 Le Lausanne Underground Film & Music Festival fêtera sa 19ème édition du 14 au 18 octobre 2020 au Casino de Montbenon et dans divers lieux satellites lausannois. Malgré des temps troubles et incertains, il repose plus que jamais la nécessité de défendre et de lutter pour une contre-culture riche et vivante. A la veille de son vingtième anniversaire, le LUFF propose cette année une programmation inédite, mouvante et variable soumise à l’incertitude de la tenue du festival. Cependant, toute l’équipe s’est engagée dans un pari audacieux qui fait depuis tant d’années la singularité du LUFF. Côté cinématographique : poésie, douceur, sexe et Satan avec des films-rêves aux senteurs d’éther, des adieux au langage, du punk antisocial japonais et un accueil à nos amis sinistrés de la Covid : La Fête du Slip et le 2300 Plan 9. Le volet musical, quant à lui, s'est centré sur des performances qui violentent l'installation sonore du festival, voire qui l’enflamment littéralement, avec toute l'autodérision qui lui est propre. Identité visuelle 2020 Conçue par les graphistes Estelle Vanmalle et Marcel Mrejen, l’identité visuelle de l’édition 2020 se devine comme un reflet de nos sociétés en ces périodes troubles. S'inspirant des systèmes de reconnaissance faciale et en détournant des scripts Python, le binôme a souhaité s'interroger sur la part de l'aspect robotique de notre époque et soulever une réflexion sur la place laissée à l'humain. Film Le réalisateur japonais punk antisocial Masashi Yamamoto sera à l’honneur dans le cadre d’une rétrospective sélective qui mettra en lumière quatre films emblématiques de différentes époques de sa carrière. Son dernier long-métrage Wonderful Paradise, comédie socio-loufoque, fera l'ouverture et, sera projeté au LUFF en première européenne. En parallèle, le programme Japanese 8mm Madness proposera une série de films réalisés au courant des 80’s au sein de la scène underground japonaise, autour de figures devenues cultes telles que Sono Sion ou Shinya Tsukamoto. Evénement majeur, la cérémonie de clôture accueillera #ShakespeareShitStorm, adaptation très irrévérencieuse de La Tempête de Shakespeare et nouveau long métrage du célèbre cinéaste américain, big boss de Troma Entertainement, Lloyd Kaufmann qui a, par ailleurs, été le parrain de la première édition du LUFF en 2002. Tandis que le cinérama Adieu au Language présentera une sélection de longs métrages qui se passent de dialogue ou utilisent des langues méconnues à l’instar du film Incubusde Leslie Stevens - l’un des rares longs métrages de l’histoire du cinéma ayant été entièrement tourné en esperanto, avec en rôle principal William Shatner -, Maxime Lachaudreviendra au LUFF avec un programme autour des film-rêves également appelé films-trips. Ces oeuvres, proposant un voyage aux confins de l’hypnose et de l’inconscient, se reflètent comme des songes, imprégnés de symbolisme, d'érotisme et d'inquiétante étrangeté. Les salles obscures abriteront également un accueil aux festivals-amis 2300 Plan 9 et la Fête du Slip contraints d'annuler leur édition au printemps dernier. Tandis que le festival Chaux-de-Fonnier proposera deux longs métrages de son cru 2020, le festival pluridisciplinaire qui s'intéresse aux corps et aux sexualités dans l’art, présentera sa compétition internationale de courts métrages Music Parmi les performances très attendues de cette édition, signalons la venue de l’artiste Käthe Kruse (14.10) qui fut membre du groupe culte berlinois Die Tödliche Doris et ouvrira le volet musical de cette édition, parallèlement à son exposition au centre d’art Circuit. Toujours mercredi, s’ensuivra la performance « sacrifice de subs » questionnant les limites du système de sonorisation par l’artiste pluri-disciplinaire SOUHARCE (14.10). Quant à Erwan Keravec (14.10), armé de sa cornemuse assourdissante, il proposera un concert acoustique snobant le système son. Le jeudi soir sera frénétique et explosif avec les performances d’Officine (15.10), trio furieusement brutal, anti-grunge et no-wave, d’Alessandra Zerbinati (15.10), l’une des figures les plus extrêmes de la scène italienne body-perf et harsh-noise ou encore de l’artiste hyperactif Vestas (15.10)promettant une noise improvisée d’un set rave surf à la guitare sèche. Notons également la venue de l’artiste canadienne Crys Cole (16.10), qui viendra jouer au LUFF sa dernière pièce, Neither here, nor there. incluant des contributions d’Oren Ambarchi et de Seiji Morimoto. Le même soir, Inga Huld Hákonardóttir & Yann Leguay (16.10) offriront un voyage sculptural et sonore à travers cycle et répétition tandis que La Race (16.10) viendra brouiller les codes de la musique industrielle entre doom accidentel et no-wave énervée. Deux premières mondiales pour la soirée de clôture : création spéciale covid-19 pour le LUFF par Luciano Chessa (17.10), compositeur et spécialiste de l’occultisme bruitiste des futuristes italiens : des performeur·euse·s non-musicien·ne·s entoureront le public pour jouer de leurs propres prothèses auditives. Suivi d’une performance inédite d’Antoine Chessex, Nina Garcia et Louis Schild (17.10) qui joueront leur tout premier concert ensemble pour le LUFF. L’édition 2020 se terminera avec le projet Petronn Sphene (17.10) - moitié du fabuleux groupe britannique Guttersnipe - qui viendra achever ces quatre jours de performances intenses, renversantes et libératrices.
  4. Moi, j’ai bien aimé. C’est pas la révolution promise, Mais globalement j’ai passé un bon moment
  5. Finalement c’est juste Primer en moins bien et plus cher !
  6. LUFF 19 - la programmation est en ligne ! 18e édition du Lausanne Underground Film & Music Festival 16 - 20 octobre 2019 Le Lausanne Underground Film & Music Festival reprend du service du 16 au 20 octobre 2019 à la Cinémathèque Suisse et 5 lieux satellites lausannois. Une 18ème édition où musique, cinéma, table ronde, workshops, installations, banquet, expositions se côtoieront durant cinq jours pour troubler les frontières et proposer une tumultueuse fête. Entrée fracassante dans l’âge adulte, le volet musique se remet en question en proposant, en plus des concerts habituels, une sélection de non-concerts qui célèbrent par spasmes le nihilisme. Le volet cinématographique misera autant sur l’expérimental queer, l’underground cathodique ou l’expanded cinéma que sur ces compétitions internationales regorgeant de premières suisses. Au programme de cette future édition : 4 compétitions internationales, 8 cinéramas, 120 longs et courts métrages, 37 performances sonores. FILM Le festival ouvrira son entre avec la satire pastelle qui démoli le rêve américain, Greener Grass, réalisée par Jocelyn DeBoer et Dawn Luebbe. Celle-ci sera précédée du sulfureux court métrage Exatzus de Bertrand Mandico qui signe ici un clip vidéo pour le groupe M83. Quant à la clôture, elle vous mènera perpétuellement vers une fausse impression de déjà-vu avec le long métrage DIY Dead Dicks réalisé par le duo montréalais Chris Bavota et Lee Paula Springer et qui a, par ailleurs, remporté le Prix du public du meilleur long métrage canadien lors de la dernière édition du festival de film Fantasia. La compétition internationale sera composée de cinq films en premières suisses, dont une première européenne - Lake Michigan Monster. Clin d’oeil aux Monsters Movies des 50’s, ce premier long métrage réalisé sans le sous rappelle Winnipeg et ses oeuvres ingénieuses et barrées. A souligner également, l’étrange et impétueux film d’animation The Wolf House ou encore The Deeper You Dig, long métrage obscur et captivant réalisé en famille. A côté des compétitions, des rétrospectives sélectives seront consacrées à des grandes figures de l’avant-garde queer telles que Barbara Hammer, pionnière du mouvement décédée en mars dernier et Derek Jarman, figure majeure et radicale de l’underground britannique des 70’s et 80’s. Ces projections seront présentées par Didier Roth-Bettoni, journaliste, critique de cinéma, commissaire d’exposition, qui prendra également part à une table ronde autour des représentations du sida au cinéma. Autre réjouissance, un diptyque associant le double et le trouble pour célébrer la filmographie de Gérard Kikoïne, (réputé pour ses films d’amour stylisés) viendra lui-même présenté ses productions dérangeantes. L’Underground New-Yorkais sera également de la partie avec une carte blanche à la Film Coop’ cofondée par Jonas Mekas, association dévouée à la préservation et la diffusion du cinéma expérimental et des performances très attendues d’expanded cinema réalisées par l’artiste Katherine Bauer. Venez-vous instruire à la LUFF education quand le cinéma éducatif devient subversif ! A l’antipode des films préventifs et dramatiquement mielleux, les oeuvres de cette section sont allés à contre-sens de leurs objectifs pour un résultat proche du film d’horreur ou de la comédie noire. Pour les amateurs d’art vidéo, une carte blanche au festival de film VAFT regroupant le meilleur de l’expérimental finlandais sera au programme. MUSIC Dans les tréfonds du Casino de Montbenon, le volet musical fera son ouverture le mercredi par des simulations de phénomènes audio-visuels avec Francesco Fonassi (16.10), d’un déhanchement de jacks mal branchés du crooner Mark Morgan (16.10). S’ensuivra d’une performance très attendue de MoE (16.10), figure inévitable et hyperactive de la scène norvégienne puis le folklore industriel proche de la transe des Morts vont bien (16.10) achèvera ce premier jour. Événement très attendu, la performance du Nihiilst Spasm Band (17.10), grand précurseur de la musique Noise et ses déclinaisons, le groupe viendra fêter ses 54 ans de carrière. S’ensuivra de la performance psycho-acoustic d’Olivia Block (17.10) malmenant des courants d’airs, d’Eric Lunde (17.10), inconnu au radar mais néanmoins artiste incontournable de la musique industrielle et AJA (17.10) qui abattra ce jeudi à coup de heavy/techno/gabber/noise. La venue événement de Robert Aiki Aubrey Lowe (18.10), combinera synthé modulaire hypnotique et explorations vocales résultant d’une résonance organique proche de la transe. A noter également la présence de rkss (18.10) qui poussera à la réflexion sur les enjeux politiques, technologiques et esthétiques de la culture pop. Autre performance très attendue, Beatriz Ferreyra (19.10) viendra présenter une oeuvre (quasi)inédite qui perpétue sa volonté de radicaliser l’ambiguïté de la musique concrète pour que des écoutes impensables en sortent. L’édition 2019 se clôturera en anti apothéose par la coalition Title TK (19.10), regroupant, entre autres, Cory Arcangel, artiste post-conceptuel et référence en art contemporain qui viendra en douce avec une guitare au LUFF. L’OFF Cette année, L’OFF tire la prise et propose de multitude de performances (semi)acoustiques et autres curiosités. A noter la Klangtisch conçue par Stanilsas Delarue qui deviendra le terrain de jeu de plusieurs artistes sonores durant tout le festival. Le trio D’Incise/Bondi/Ruiz proposera une performance entre dub et baroque. Banquet final, une no-party proposée par le Nihilist Spasm Band à la galerie Circuit suivi d’un bal auvergnat devant le Casino mené par Yann Gourdon, star de veille à roue et Perrine Brunnel au violon. Les éditions Rip On/Off, toujours en quête de défi, se sont consacrées à la traduction de l’ouvrage Dans la gueule du crocodile (2012) de la diva des dépossédés Diamanda Galás. Vernissage performance le 17 octobre ! Communiqué de presse Visuels et images Dossier de presse Le programme complet sur notre site: http://2019.luff.ch Lausanne Underground Film & Music Festival, du 16 au 20 octobre 2019 au Casino de Montbenon et divers lieux de Lausanne. Contact presse pour les détails de la programmation, des visuels, des extraits vidéos ou toute autre information : Jennifer Siegrist / jennifer.siegrist@luff.ch / +41 79 519 64 89 L’identité 2019 conçue par Dimitri Jeannottat, Tiphaine Allemann et Pierre Charmillot adopte une approche où le processus créatif est aussi important que son résultat. Au même titre que beaucoup d'artistes, films ou documentaires proposés par le LUFF, elle ouvre la porte à l’expérimentation et à l’accident. Réalisée par un trio graphiste–artiste–codeur, elle propose une multitude de visuels générés aléatoirement qui, ensemble, deviennent un langage graphique varié, dont chacune des 200 affiches sont uniques
  7. LUFF 19 - premiers noms 18e édition du Lausanne Underground Film & Music Festival 16 - 20 octobre 2019 Le Lausanne Underground Music & Film Festival revient pour sa 18ème édition du 16 au 20 octobre à la Cinémathèque suisse et autres lieux satellites. Entre non-musique et expanded cinema, cette future édition mettra en exergue lavant-garde et le perturbant entre performances sonores, workshops, conférences et cinéma. Rendez-vous le 28 août pour le pré-programme ! www.luff.ch Cette année, pas de concert avec: ✦THE NIHILIST SPASM BAND ✦KURUMI KADOYA ✦ERIC LUNDE ✦OLIVIA BLOCK ✦EVICSHEN ✦MOE ✦ROBERT AIKI AUBREY LOWE ✦JOHN BENCE ✦ENSEMBLE BRUITEURS ✦DAVIDE TIDONI ✦MARJA-LEENA SILLANPÄÄ ✦LUCIANO MAGGIORE & LOUIE RICE ✦FRANCESCO FONASSI ✦MARK MORGAN ✦LES MORTS VONT BIEN ✦RKSS ✦JOACHIM NORDWALL ✦BEATRIZ FERREYRA ✦TITLE TK (ALAN LICHT, HOWIE CHEN, CORY ARCANGEL) ✦CHRISTOPHE CLÉBARD ✦VANLIGT FOLK ✦DIAMANDA GALÁS (RIP ON/OFF) ✦MARIO DE VEGA Workshops: ✦SETH CLUETT ✦ANDY & TABEA GÜHL ✦HARSCH NOISE POUR LES JEUNES Mais toujours du cinéma: ✦ HOMMAGE À BARBARA HAMMER: QUEEN OF QUEER CINEMA ✦ DEREK JARMAN, LE POÈTE PUNK ✦ LA LUFF ÉDUCATION, OU QUAND LE CINÉMA ÉDUCATIF DEVIENT SUBVERSIF ✦ FRED BARZYK : CATHODIC UNDERGROUND ✦ THE FEMININE PHANTASY OF PENNY SLINGER ✦ CARTE BLANCHE AU VAFT (VIDEO ART FESTIVAL TURKU, FINLANDE) ✦ A FOCUS ON EXPANDED CINEMA : THE IN-BETWEEN COSMOS OF KATHERINE BAUER CARTE BLANCHE À LA FILM-MAKERS COOP L'OFF tire la prise: ✦ STANISLAS DELARUE PRÉSENTE : RÉSIDENCE KLANGTISCH ✦ LUC MÜLLER ✦ RODOLPHE LOUBATIÈRE ✦ DINCISE ✦ ABSTRAL COMPOST
  8. Rod Steiger ? Tu voulais dire Rod Serling mais ton clavier a fourché...
  9. La version espagnole, tournée en même temps, est bien plus intéressante.
  10. Il y a un épisode des Simpsons qui résume avec bonheur la série Police Academie. Bart a commis une grosse infraction et Homer, furieux que son fils ne respecte pas la loi, lui passe un savon en lui disant : "Pourquoi crois-tu que je t'ai emmené voir tous les Police Academy au cinéma ? Pour rigoler peut-être ? Parce que moi j'ai pas entendu un seul rire dans la salle."
  11. Le LUFF dévoile son programme. La 17ème édition du Lausanne Underground Film & Music Festival se tiendra du 17 au 21 octobre 2018 au Casino de Montbenon et divers lieux lausannois. Encore dans l’adolescence, le LUFF défie l’autorité et le politiquement correct en cassant les codes avec toute l’autodérision qui lui est propre. Tandis que le volet cinéma exhume des objets oubliés par l’histoire ou met en exergue l’expérimental contemporain, la programmation musicale, elle, s’interroge sur la conception même de musique en invitant des artistes qui la malmènent, dissolvent ou la brisent. Au programme de cette prometteuse édition : 5 compétitions internationales, 7 cinéramas, 106 longs et courts métrages, 29 performances sonores et quantité d’à-côtés, entre tables rondes, émissions de radio, interventions artistiques et autres réjouissances. FILM Le LUFF ouvrira son antre avec le ciné-concert Une page folle, film muet sulfureux de 1926 réalisé par le japonais Teinosuke Kinugasa et mis en musique par Le Berceau des volontés sauvages. L’édition se finira en beauté avec le récit fantasmagorique à la robe rouge sanguine In Fabric de l’anglais Peter Strickland. Un long métrage qui a eu, il y a peu, sa première mondiale au TIFF. Comme chaque année, la compétition internationale aura son lot de premières suisses et sera composée de six longs métrages. À souligner le huis-clos satirique et nostalgique des ‘90s Relaxer de Joel Potrykus, l’hallucinogène Braid de Mitzi Peirone ou encore le glaçant mais néanmoins très plastique Frig d’Antony Hickling. Certains cinéramas feront la part belle à l’expérimental avec entre autres M. Woods et Billy Roisz. Hybridité complémentaire oblige, les deux artistes aux filmographies opposées ont pourtant une approche similaire : transformer l’image projetée de ce qu’elle signifie (Woods) ou les signaux électriques qui la génèrent (Roisz). Billy Roisz sera également présente côté musique pour une performance où le sonore affecte le visuel et vice versa…comme un LUFF condensé. Le punk ultra prolifique Khavn De La Cruz tournant ses films dans l’urgence des bidonvilles de Manille sera présent à Lausanne avec une multitude de projets à l’image de son excentrique personnalité : une rétrospective sélective, une sélection de classiques philippins ainsi qu’un workshop sur la réalisation de films en mode guérilla. Le scénariste et réalisateur britannique Michael Armstrong incarnant une frange du cinéma britannique de la marge devenue culte, fera l’objet d’une sélection entre horreur réaliste et fantastique sordide. Tandis que l’imperturbable Professeur Thibaut, directeur de l’Extrême Festival, ressortira des caves de la cinémathèque de Toulouse quatre films aussi déroutants que fascinants. Et, séance d’exception, sera projeté en première suisse le triptyque Ultra Rêve regroupant trois courts métrages à l’esthétique insolite du duo Poggi/Vinel, de Yann Gonzalez et du multi-primé au LUFF Bertrand Mandico. MUSIC Parmi les performances sonores très attendues de cette édition, on pourra noter l’avant-garde intermédiale Phill Niblock (17.10) qui viendra fêter ses cinquante ans de carrière et ouvrira ainsi les festivités avec une drone microtonale monolithique. S’en suivra de Kassel Jaeger (17.10) aka François Bonnet, directeur artistique du Groupe de recherches musicales basé à Paris, qui prendra le public dans un cercle de haut-parleurs entre musique concrète et noise ambiante. Martin Rev (19.10) – moitié du duo Suicide – fera une démonstration de la suite logique de ses expérimentations, qui ont amené le punk dans la sphère de l’art contemporain. L’avant-garde faisant écho aux nouvelles générations, les terribles Scorpion Violente (19.10) incarneront les enfants illégitimes du demi Suicide, Joachim Nordwall (19.10), quant à lui, donnera corps à l’épitaphe « pense par toi-même et questionne l’autorité », tandis que Bonnie Jones (17.10) déconstruira des pédales d’effet pour mettre sur table tensions et contradictions. No wave queer avec Guttersnipe (18.10) en ping pong avec Cuntroaches (18.10) qui fracasseront la Salle des Fêtes pour un jeudi soir mouvementé et très DIY pour le coup. Ritorna (20.10) révélera quatre formations italiennes manœuvrant des magnétophones à bandes tandis que l’obscure KILL (19.10) poussera tout à l’extrême. La Belgique sera aussi à l’honneur avec le groupe Lemones (20.10) qui enlève la dimension phallique des instruments. Le Festival de l’Amour (20.10), mystérieuse organisation lausannoise, clôturera cette édition de manière luxuriante et passionnée. WORKSHOPS / L'OFF Cette année encore, le public lausannois - petits et grands - aura l’occasion de se rapprocher de certains artistes invité-e-s par l’intermédiaire de différents workshops ; initiation à la harsh noise pour enfants hyperactifs, fabrication DIY de synthés minima avec Ewa Justka ou mise en son d’un espace public avec l’aide d’Arnaud Rivière; les rencontres seront multiples. Section devenue phare au fil des ans, L’OFF - volet entièrement gratuit du festival - se concentrera sur la question “des économies underground“. Entre tables rondes et performances, des artistes, militant-e-s et collectifs actifs dans les marges de l’art et de la politique institutionnelle viendront développer leurs réflexions. Toujours à la recherche de la perle rare, l’équipe Rip on/off a traduit et publié pour cette édition la pièce-manifeste La beauté d’une musique qui ne compte pas de l’artiste sonore Kenneth Gaburo. Pour ponctuer ce travail de longue haleine, le vernissage de cet ouvrage sera marqué par une performance titanesque du projet Collaboration X, affaire à suivre !
  12. Night Train to Terror c'est très bien ! Sinon, dans le genre curieux tu as Screamtime. Ce sont 3 courts réalisés par Stanley Long, qui au début des 80's est bien conscient que la sexploitation made in UK est arrivée à son terme. Il profite de l'Eady Tax pour faire ses courts horrifiques, qui sont censés accompagner des longs en salle. Puis, il décide de les grouper pour un faire un long. Il recrute donc son vieux complice Michael Armstrong qui va à New York tourner les séquences de transition et on se retrouve avec un film curieux qui semble être américain mais possède une étrangeté européenne.
  13. J'avais l'habitude de très bien sélectionner les films avant d'aller en salle, et je suis plutôt bon public mais parfois on peut se tromper ou se laisser embarquer (je ne compte pas les séances avec ma fille, ni les séances en festival) - Tree of Life - Le 5e élément - Johnny Mnemonic
  14. C'est marrant ce culte autour du film. Je l'ai vu en salle à l'époque, et revu plusieurs fois depuis, mais je le trouve trop long et au final assez moyen. Il y a certes des fulgurances, mais la sauce ne prend pas totalement.
  15. Biographie très romancée de la vie d'Anne-Marie Tensi !!! Vraiment hâte de voir ça aussi
  16. Eric

    Conseils Fassbinder ?

    Le droit du plus fort c'est une bonne approche pour rentrer dans l'univers de Fassbinder. Ensuite Maria Braun, Lola et Veronika Voss ça le fait aussi. Martha est un superbe mélo, donc moins personnel, mais formellement brillant.
  17. Mais c'était vraiment pas mal ! Autant le précédent m'avait terriblement déçu passé sa première demi-heure, autant celui-ci m'a enthousiasmé. Les quelques défauts (cités plus haut) ne gâchent pas le plaisir de l'aventure. Et visuellement, la séquence de la bataille sur la dernière planète est juste éblouissante visuellement. Je pensais pas dire ça, mais vivement la suite.
  18. Globalement déçu. Si la première partie se laisse suivre sans trop forcer, le reste est très laborieux. Bref, dès qu'Harrison Ford arrive, le film s'enlise totalement. Seul l'ambiance sonore agressive de l'ensemble est une réussite, je commence déjà à oublier le reste...
  19. Lee Tamahori. Après Once Were Warriors, il a été assimilé par le système.
  20. Je voulais aimer et trouver des qualités, mais c'est vraiment trop naze. Le temps m'a semblé looooong durant la projection et même la photographie et la réalisation étaient décevante. Je préfère ne pas parler du scénario et du vide spatial des personnages. Bref, ça va pas rester longtemps dans ma mémoire ce truc.
  21. Alors après vérification : il n'y a pas de différences entre mon dvd Wild Side et le premier film du coffret Arrow ! J'ai le double dvd Wild Side (Les Introuvables) qui comporte un second film (Le Cimetierre de la morale). Tu as quel dvd Natale ?
×
×
  • Create New...