Jump to content

DPG

Modérateur
  • Posts

    16,217
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    5

DPG last won the day on March 16

DPG had the most liked content!

1 Follower

Converted

  • LOCATION
    South Side

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

DPG's Achievements

Tsui Hark

Tsui Hark (6/6)

5

Reputation

  1. Trailer du nouveau film de Julia "Grave" Ducournau Intrigant... Très "Cronenberg" dans l'esprit à nouveau
  2. Chronique des 22 ans de carrière de la star du foot Roberto Baggio, de ses débuts difficiles sur le terrain aux profonds désaccords avec certains de ses entraîneurs. Un biopic Netfllix sur Baggio, un de mes joueurs préférés all time, Ballon d'or 1993 et un des plus grands joueurs italiens de tous les temps, j'étais un peu obligé de mater. Les premiers échos étaient pas fou-fou, et on le comprend, c'est une nouvelle belle croute made in Netflix. Le film évoque plus un téléfilm d'après midi M6 que le grand truc que ça aurait pu être. A ce compte, j'aurais largement préféré un vrai doc, comme celui (mortel) de Asif Kapadia sur Maradona. On survole donc à peu près tout, zappant les 9/10e de la carrière du joueur pour se concentrer sur le Mondial 94. Pourquoi pas après tout, un biopic ne visant pas forcément l'exhaustivité, mais même sur ce Mondial, le film ne convainc pas. Tout est ultra basique, scolaire, avec un psychologie de comptoir (la lourdeur de l'évocation des rapports au père, et au coach, Sacchi). On sent les passages obligés (le bouddhisme, le péno raté en finale) insérés à la truelle dans un script pachydermique. Au final, le seul moment à peu près réussi du film reste son final, et le lien unique que Baggio, à travers ses réussites et ses échecs, a su créer avec tous les italiens, étant en cela bien plus aimé que ses rivaux / équivalents / successeurs (Del Piero, Totti, ...). Ça fait maigre, mais c'est déjà ça de pris. Pour le reste, n'importe quel doc sur youtube fera mieux.
  3. Le dernier Crash sur Switch. Pas de révolution en vue, ça marche ds les pas de ses prédécesseurs (je m'étais refait la compil y a quelques mois donc j'ai bien les jeux en tête) mais ça fait très bien le taf. Les univers piochent un peu à gauche à droite (on pense à Indiana Jones, Pirates des Caraibes, Coco...), le jeu est toujours fun, la difficulté bien dosée (quelques passages où il faut s'accrocher mais on s'en sort toujours). Quelques news ds la prise en main, notamment le gros point fort, l'ajout d'une petite ombre sous le perso lors des sauts, qui permet de voir où on va atterrir (ça rendait parfois fou ds les précédents). Quelques nouveaux persos à jouer plutôt sympas lors de niveaux spécifiques, des idées plutôt funs même si stressantes (le costume qui fait apparaitre ou disparaitre telle ou telle plateforme). Bref, après 3-4h de jeu, je suis satisfait, un bon Crash, ds la lignée d'une saga que j'aime bp et que j'ai plaisir à retrouver !
  4. Bon, je m'auto réponds si ça intéresse qqu'un un jour... J'ai fini par pécho SINE MORA sur Switch donc Plutôt sympa mais assez dur. Le système est pas mal, on a un timer qui descend, et tuer des ennemis nous fait regagner des seconds au timer. Du coup, faut pas trainer et perdre tout son temps à éviter les ennemis, faut les avoir, et le plus vite possible. Le jeu est plutôt joli, jouable, classique mais efficace. Mais le challenge est bien relevé, je m'étais pas fait de shootem up depuis un moment , je galère bien
  5. Etant fan des "10 petits nègres" et curieux de toutes les adaptations existantes, j'ai découvert récemment l'existence de celle ci ... Avec notamment au cast Donald Pleasance, Herbert Lom et Frank Stallone ! Quelqu'un aurait déjà vu cette curiosité ???
  6. Pareil que tout le monde, des espoirs vu le passif de Snyder en zombies, et déception... Pas horrible ou honteux, mais juste teeeeeeeeeellement long et moche visuellement. Pr le reste, rien de spécialement notable, on suit ça d'un oeil distrait, deux trois bonnes idées égarées là par erreur, et le reste en pilotage automatique... Probablement oublié ds une semaine...
  7. Toujours à Marseille, je surkiffe ce son
  8. Revu hier, et c'est toujours très bien. J'ai bien du le voir 4 ou 5 fois depuis sa sortie, et je découvre à chaque fois des petits détails, des petits trucs qui ajoutent de la profondeur à l'ensemble. Hier, j'ai bloqué sur le côté ultra procédurier des États Unis, avec la moitié des persos qui menacent quelqu'un d'un procès à un moment ou un autre, élève, prof, jusqu'au principal qui flippe d'avoir un nouveau procès sur les bras et accepte donc à peu près tout des petits cons qui lui servent d'élèves... Et j'ai été à nouveau bluffé par la performance de Samuel Jackson, juste parfait, tout en retenu, en rage contenue, avec une montée de tension progressive jusqu'à un final "explosif". Le film est vraiment sombre, il y a bien quelques lueurs d'espoir, mais ce n'est pas ce qui ressort en premier qd on le (re)voit. En gros, face à un contexte comme ça, tu n'as pas 50 solutions. Tu fais avec en buvant / en ayant rien à foutre, tu vas au conflit et tu seras toujours perdant et seul face au système, ou tu te casses. Pr rappel, le scenar a été écrit par un ancien prof. Bref, un vrai bon film, toujours aussi fort 25 ans après ! Un peu triste de voir rétrospectivement la carrière de Kevin Reynolds, qui n'est pas ce qu'elle aurait pu être...
  9. Je me suis posé la même question récemment après avoir vu "Mimic" et je me suis dit que pr une actrice oscarisée, elle avait complètement disparue des radars Apparemment, ça serait de la faute de Weinstein qui l'aurait fait blacklister après qu'elle ait refusé ses avances Peter Jackson aurait ainsi confirmé dans la foulée de son témoignage avoir été contraint par la société de production Miramax de l'écarter du casting de la trilogie du Seigneur des anneaux, au prétexte qu'elle avait un comportement difficile sur le plateau.
  10. Alice Hughes est une écrivaine à succès qui a notamment obtenu un prix Pulitzer. Elle travaille sur un nouveau manuscrit que son éditrice espère être la suite de son best-seller, You Always/You Never. Alice doit recevoir un prix littéraire au Royaume-Uni mais ne peut s'y rendre en avion en raison de problèmes de santé. Son agent Karen lui suggère alors de s'y rendre en croisière, sur le Queen Mary 2. Alice invite alors son neveu Tyler et ses amies qu'elle n'a plus vu depuis des années, Roberta et Susan. Karen s'invite également à bord, pour connaitre les détails du nouveau manuscrit. De son côté, Alice souhaite à tout prix prendre du bon temps et venir à bout de son passé. Ohlala le film de vieux que nous a pondu Steven là ! Le pitch vous ferait penser à un épisode de "La croisière s'amuse" ? C'est de ce niveau là ! Allez, je suis méchant, c'est joliment éclairé, ça sauve les meubles... Pour le reste, pas gd chose à se mettre sous la dent.. Tergiversation de mamies en fin de vie, avec un jeune naïf pour empiler les poncifs à côté d'elles... Péripéties prévisibles, réflexions de comptoir, on a du mal à voir ce qui a pu attirer Soderbergh et Meryl Streep là dedans... Ni fait ni à faire..
  11. Vu sur le tard, sur le DVD Neo que j'avais depuis des siècles... Pas mal, mais pas bouleversé non plus. Comme dit plus haut, c'est le perso de Macha Méril qui sort le film des rails prévisibles du genre. Pr le reste, ça fonctionne, c'est bien sadique et noir, mais on s'attendait à ça. C'est pas spécialement ma came, content de l'avoir vu, mais mon DVD me suffira quoi...
  12. Avocat célèbre, Luc Germon pense atteindre la consécration lorsque Gilles Fontaine, l'un des patrons les plus puissants de France, lui demande de prendre sa défense. L’homme d’affaires est soupçonné d'avoir acquis dans des conditions douteuses une magnifique propriété sur la Côte d'Azur, la Villa Caprice. Humilié et furieux de s'être laissé piéger, Fontaine compte sur l'habileté de Germon pour le tirer de ce mauvais pas. Mais une étrange relation de pouvoir s'installe bientôt entre les deux hommes, en principe alliés. Qui prendra l'avantage ? Sympathique face à face entre Bruel et Arestrup, tous deux excellents dans un jeu de chat et de la souris entre manipulation, pouvoir, secrets et double jeu. Le cadre scénaristique est assez convenu (magouilles politiciennes habituelles), mais la Villa Caprice en question est une merveille, les échappées maritimes solaires sont les bienvenues, et pas mal de zones d'ombre autour de ses persos (famille, conjoint, ...) permettent au film de fonctionner et de rester prenant d'un bout à l'autre. Ca m'a rappelé par moments "L'ainé des Ferchaux" de Melville / Simenon, aussi bien ds la relation Bruel / Arestrup que pr le perso joué par Paul Hamy. Irene Jacob est toujours aussi classe sinon. Bref, un film assez classique, mais efficace, beau duo / duel d'acteurs, rien de renversant, mais très fréquentable !
  13. J'ai fini la 4e saison, et c'est la débandade... Je criais déjà pas aux génies sur les précédentes, mais là, c'est de pire en pire... C'est super mal écrit d'un bout à l'autre, on ne croit à aucun des rebondissements, aucune des péripéties, tous les persos agissent en dépit du moindre bon sens, on n'a aucune empathie... Le seul point correct est le final, qui évite un happy end tombé du ciel, mais bon, s'il y a une 5, ça sera sans moi...
×
×
  • Create New...