Jump to content

Little deaths - S. Hogan, A. Parkinson, S. Rumley - 2011


Ben
 Share

Recommended Posts

 

Un film en 3 sketchs indépendants, qui traite, en gros, de déviances sexuelles et d'addiction.

 

jNCtA7yAdyM

 

House And Home de Sean Hogan

Richard and Victoria, un couple de bobo chrétiens, aiment inviter des sans abris pour assouvir leur jeux sexuels SM, humiliant leurs victimes.

 

Mutant Tool de Andrew Parkinson

Un médecin utilise de vieux plans nazis pour créer une nouvelle drogue, se servant du corps d’une personne ayant subit des mutations. Mais cette personne est en train de mourir.

 

Bitch de Simon Rumley

Claire et Pete vivent une relation très spéciale : même si elle a une peur bleue des chiens, Claire a transformé son ami en véritable chien à sa maman.

Jusqu’au jour où Pete en a marre d’être traité comme un chien.

 

Alors c'est quand même bien hard et j'avoue avoir fini le film un poil remué quand même. Comme souvent avec ces films remueurs, je ne savais pas trop sur le coup si j'avais aimé ou pas, et après m'être longuement concerté avec moi-même, oui, je crois que j'ai bien aimé.

Les 3 films sont assez crus et extrèmes et donc forcément, le risque de sombrer dans le ridicule n'est jamais très loin. Ici, l'écueil est globalement évité, et c'est peut être une des forces du film: si les mecs montrent des choses qui en soi, pourraient prêter à sourire, ou que l'on n'a pas l'habitude de voir, c'est parce qu'ils pensent qu'ils doivent le faire pour raconter leur histoire. C'est une des choses que j'ai appréciées: je n'ai pas eu le sentiment qu'ils fassent du choquant pour faire du choquant, mais parce qu'ils ont quelque chose à raconter.

Dans le fond, des récits sociaux racontés par le prisme de l'horreur et du cul. Dans la forme, c'est classe, bien mis en image, même si certains effets sont un peu faciles (la tonalité bleue métallique de la photo pour souligner la froideur du monde de salauds dans lequel on vit, une utilisation parfois abusive de la musique).

J'ai du mal à dire quel segment j'ai préféré. Le premier est celui qui va le moins loin, mais distille une ambiance malsaine lorsque l'on anticipe la façon dont un couple bourgeois entend abuser d'une jeune SDF. Le deuxième est le plus wtf, j'ai dû me repasser une scène trois fois pour être bien sûr d'avoir compris ce que j'avais compris. Le troisième est peut-être celui qui est le mieux mis en scène, la réalisation fait bien écho à ce qui est raconté, mais aussi le seul où je me suis un poil emmerdé, un peu long sur la fin.

 

Pour la petite histoire, je ne connaissais pas ce film avant de voir hier que mon boss l'avait mis dans les nouveautés du vidéoclub (un Vidéo-noussommeslemal-Futur). Le malheureux, il a dû croire qu'il commandait un vulgaire horror teen movie

Ya bien moyen que quelques clients nous le ramènent en nous insultant

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...