Jump to content

AIDS trop jeune pour mourir - Hans Noever (1986)


Nicolas
 Share

Recommended Posts

 

En 1986, le SIDA n'est pas qu'une maladie terrifiante c'est aussi une opportunité de surfer sur un sujet d'actu qui fait sensation, un pretexte commercial pour faire son intéressant.

Navrant de bout en bout, puant la totale ignorance de son sujet, le film ne serait qu'un mélo crasse filmé à la Derrick de sinistre mémoire s'il n'imposait pas Géraldine Danon (merci papa) en déesse chantresse du pire des 80's. (on la vu dans "A Mort l'Arbitre" produit par Raymond tiens, tiens... et surtout "Jeans Tonic", un film de jeunes puant le vieux)

Géraldine restera l'incarnation du piston foireux qui ne la mena guère très loin.

Par chance pour l'histoire de la musique, pour les besoins de ce film, elle enregistra un disque (un filet de voix que ne renierait pas Meltingman) aux paroles surchargées :

 

Elle n'avait même pas de nom

Seulement quatre initiales

Qui font mal, qui font mal

Poison qui vit dans ton corps

Déraison qui dort

 

C'est pour retrouver cette île

Qui n'existe plus

Seulement dans ta mémoire

Usée par des rêves qui tuent

Dans le noir

Comme un clou tatoué à ton bras

Ton cœur ne bat pas

 

Elle n'avait même pas de nom

Seulement quatre initiales

Qui font mal, qui font mal

Poison qui vit dans ton corps

Déraison qui dort

 

Des fois quand on dit je t'aime

Bien sûr on ne sait pas

Si c'est la dernière fois

Que je t'aime

Envie de pleurer sur ta bouche

Juste envie d'être ton souffle

Pour que ton cœur batte

 

Elle n'avait même pas de nom

Seulement quatre initiales

Qui font mal, qui font mal

Poison qui dort dans ton corps

Déraison la mort

Seulement quatre initiales

Qu'on dit tout bas, qu'on dit mal

Si mal, si mal, si mal, si mal, si mal, mal, mal

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...