Jump to content

Fathom - Leslie H. Martinson (1967)


Florent
 Share

Recommended Posts

...RAQUEL WELSH

 

 

 

 

Allocine

En Europe avec son équipe américaine, la parachutiste Fathom Harvill est sollicitée par un Colonel anglais travaillant pour une agence secrète qui la charge de récupérer une bombe atomique détenue par des chinois.

 

« Le personnage de James Bond est à lamais ancré dans les années 60 et dans les valeurs de cette décennie. Bond est un impérialiste et un misogyne qui tue des gens et qui en rit »

 

Matt Damon.

 

Lu dans les Inrocks n°612, p8

 

Etrangement lorsqu’on lit le résumé sur la jaquette (« Boucles d’oreilles explosives, corridas, sauts à plus de 10 000 pieds d’altitude, rien n’effraie Fathom, héroïne de cette hilarante parodie de film d’espionnage ») et que l’on voit le film, on se dit qu’il y a un décalage.

 

Car si on regarde plus prêt, oui Raquel Welch est l’héroïne du film, oui elle est casse cou (ille), elle n’a peur de rien et sur d’elle. Mais les événements montrent le contraire puisque au fur et à mesure de l’intrigue, elle est tournée en bourrique par un, puis deux et enfin trois hommes. Au fond elle ne sait jamais qui dit la vérité et cela entraîne quiproquos et malheurs (mais qui n’en sont pas…je ne dis rien pour ceux qui verront le film mais tout est très léger dans le film que cela soit vestimentairement parlant ou intellectuellement)

 

A ce titre, l’histoire d’une arme nucléaire dérobée et bientôt vendue à un dangereux homme est une histoire factice. Une volonté d’aller au bout de la parodie. Cela fonctionne assez bien du moment que l’on connaît les règles du jeu et que l’on ne s’attend pas à un très grand film.

 

Un film qui se résume à deux mots : RAQUEL WELSH.

 

Pour vous en convaincre quelque captures qui résument à elle seules les enjeux du film.

 

 

De l’affiche orignal au film dans son intégralité, la production a tous misé sur son actrice principale. Mais étrangement Raquel n’a pas le premier rôle puisque au générique comme sur l’affiche c’est Tony Franciosa qui arrive en premier. Et la phrase de Matt Damon résonne alors comme une malheureuse vérité pour le film de Leslie H. Martinson. Qui sous ces apparats est un film misogyne ou Raquel Welsh n’est là que pour faire fantasmer (et ça marche) le public masculin et faire rêver les dames pour son excellent brushing malgré l’eau de mer. Dommage.

 

Ne boudons pas notre plaisir car Fathom s’affirme comme un agréable divertissement,…enfin le film est ce que sont les Mister Freeze à la glace, sans véritable saveur mais rafraîchissant.

 

Un petit film pop qui sent bon les années 60 et la peau dorée de Raquel

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...