Jump to content

Savage Grace - Tom Kalin (2007)


Superwonderscope

Recommended Posts

D'après un fait divers réel dans la famille Baekeland entre 1946 et 1972. (pour qui ne connait pas cette histoire, le texte ci-dessous contient quelques spoilers)

 

Barbara Baekeland (Julianne Moore, encore une fois sublime dans un role tour de force) est une ancienne actrice mariée à un érudit, Brooks (Stephen Dillane), héritier de l'inventeur de la bakélite. ils ont un enfant, Anthony (Eddie Redmayne, assez dérangeant). Et Barbara, obsédée par la vie sociale et son statut, va voir son couple se dégrader au fil des ans. Son mari la quitte pour une ex de son fils. Cet acte va rapprocher la mère et le fils dans une relation qui va déboucher sur une relation incestueuse.

 

Tom Kalin a le don de travailler sur des sujets très risqués, et d'en faire des films d'une ambiguité très pernicieuse. Déjà Swoon (adapté du fait réel à la base de La Corde et de Compulsion) avait fait son petit scandale il y a 15 ans, autant là il est aisé de comprendre qu'il n'ait pas pu trouver les fonds nécessaires aux USA.

 

Le film gravite autour d'un couple aux relations très troublées. On ne saura jamais vraiment le degré de sentments que le couple peut avoir d el'un sur l'autre. Si le mari domine sexuellement sa femme (il y a une scène de sodomie assez ), c'est socialement qui Barbara domine son mari. Exigeante, fantasque, elle a un beosin permanent d'etre rassurée sur son statut de femme, d'amante, de mère. Jusqu'aux excès les plus fous, puisque cela finira jusqu'à coucher avec son fils.

 

 

La scène en elle-même (qui arrive aux 3/4 du film), estlà aussi assez hallucinante. Non pas par son caractère transgressif (celle des deux avec Hugh Dancy l'est un peu plus)mais par son côté quasi-naturel. La caméra ne pose aucun regard moralisateur, mais donne un point de vue dégagé sur la relation, ce qui est d'autant plus troublé. La voix off au début du film l'annonce d'ailleurs clairement : tout se qui s'est passé s'est fait pour des raisons d'amour.

 

Julianne Moore est incroyable. S'offrir un tel rôle est déjà un choix difficile dans une carrière. Son jeu est radical, mesuré, au diapson d'une mise en scène très précise. Aux compositions de plans travaillés . le jeu sur les couleurs très feutrées. la scène de l'éroport de Marbella, très terne, ouseule la robe rouge et blanche de Barbara explose sur l'écran est saisissante.

 

Le choix d'Eddie Redmayne pour Anthony est judicieux. La filiation entre Moore et Redmayne est plus que crédible. d'autant plus que Kalin ne se vautre pas dans les clichés de la relation fusionnelle. Leur relation esttrès loin de cela. Si ce n'est qu'on se rend compte au bout qu'elle l'a probablement rendu fou aufur et à mesure, ne lui laissant comme option que d'aimer sa propre mère. Qu'il couche avec une fille ou un garçon ne change pas grand chose, puisqu'il finit par coucher avec l'amant de sa mère et sa propre mère.

 

Tout finira dans le drame car

 

Anthony tuant sa mère dans un accès de folie tranquille. Il attednra d'ailleurs le spoliciers après avoir commandé un repas chinois qu'il déguste à côte du cadavre de sa mère.

Anthony Baekeland sera condamné à 8 ans de prison et enfermé dans una sile d'aliénés en grande Bretagne. Il sortira en 1980, partant vivre avec sa grand-mère, qu'il poignardera 6 mois après. Condamné aux USA, il sera à nouveau enprisonné dans un quartier de fous où il se poignardera en 1981

 

 

Un très beau film, ambigu comme je le disais, magistralement interprété et d'une mélancolie infinie. On n'arrive jaais à détester les personnages pour ce qu'ls sont. Le regard le plus critique étant posé sur le père qui abandonne son fils, et non pas sur le curieux couple mère/fils qui se constitue. Un poil dérangeant mais une pierre blanche dans le consensus cinématographique actuel.

 

Bande annonce :

 

http://movies.yahoo.com/movie/1809733721/video/7457064

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...