Jump to content

Chair pour Frankenstein - Morissey/Margheriti - 1973


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Revu via sa diffusion sur Cine fx. J'adore

 

Titre mythique, autant pour sa contribution au catalogue légendaire de René chateau que par l'entreprise totalement bordélique qu'il représente : une production parrainée par Morissey & Warhol (y trouvant le moyen d'y acoler le brave Joe, toujours exibo et mauvais acteur), le tout servi par des noms prestigieux comme Carlo Ponti (ah ben Docteur Jivago et Blow Up c'est loin ! ) ou Tonino Guerra (scénariste de Amarcord ou de Zabriskie point, là aussi c'est autre chose mon bon monsieur ) et distribué avec des éléments racoleurs à souhait (cul + gore + 3D).

Génial quoi

 

Un méchant revers à une Hammer sur son déclin, avec un catalogue de déviances décomplexées et de sacrés volées de barbaques (tripes étalées vigoureusement, main arrachée, décapitation au sécateur...). Un Frankenstein nouvelle génération, plus mégalo que jamais (deux créatures plutôt qu'une), mais aussi parano, misanthrope, nécrophile, et vaguement fascisant. Alors que sa connasse de soeur et accessoirement femme se tape le valet, les enfants nés de l'étreinte consanguine rêvent déjà de poursuivre les travaux de leur père. Une tragédie de seins et de sang comme on les aime.

En ne s'attardant que sur ses aspects les plus bis (dialogues out of control, violence graphique assumée, un peu de cul, humour plus ou moins contrôlé), Chair pour Frankenstein remporte le ticket gagnant : le scope est sacrément classe et mieux encore, le score de Gizzi est sublime.

 

La version en 3D en dividi se serait pas trop mal d'ailleurs !

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...