Aller au contenu

Jeremie

Membre ZoneBis
  • Compteur de contenus

    6 858
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

Tout ce qui a été posté par Jeremie

  1. Déjà gosse c'était une tannée ouais. Aucune envie de checker si ça l'ai toujours (j'aimais déjà pas Les Pierrafeu en DA...) Et dire que c'est un film Amblin
  2. Ah oui c'est hyper radical de la mort...mais c'est aussi le film le plus intéressant de Serra (il se passe des choses quand même contrairement à ses autres films ) Etant grand fan de Sade, c'est ptet une des premières fois où j'ai vu l'esprit de ses bouquins aussi bien retranscrit à l'écran...pas du tout un érotisme bandant, mais quelque chose de très morbide, sans limites (j'avais lu quelqu'un qui disait on dirait Salo mais avec du consentement : c'est à peu près ça ). Après bon, c'est vraiment très froid (j'aurai pas craché sur un peu de musique) et très long... Je me souviendrais lo
  3. Le quatrième épisode a été diffusé cette semaine, il en reste 2. L'épisode spécial est dispo sur le FB de OCS, mais aucune idée si ça va rester... (je suppose pendant un petit moment)
  4. Revenant sur les traces d'un évènement qu'on suppose tragique, Sam assiste au suicide d'une jeune adolescente, qu'il sauve in extremis de la pendaison. Celle-ci habite sur l'île de Osea, un petit morceau de terre inatteignable une fois la marée montée. Sam découvre alors le village, en pleine festivité, mais se retrouve vite coupé du reste du monde. Tantôt chaleureuse, tantôt hostile, l'atmosphère de l'endroit va rapidement le happer et le mettre irrémédiablement en danger... Je n'ai pas l'impression que la série soit très regardée...mais quel choc Je vais être franc, je n'
  5. Par hasard je me suis retrouvé à lire le livre de Grangé, qui est ma foi est un petit page turner macabre assez sympa, et je me suis dis que je n'avais jamais vu le film. En réalité, je n'avais jamais vu ni le trailer, ni aucune image jusqu'à maintenant..ce qui me paraît assez curieux pour un gros budget français datant de 2000. Je suppose aussi qu'il avait assez bien marché (bon par contre pas de soucis, je connais bien les moines ninjas du 2 ) On démarche un inspecteur de police dans la région de Grenoble, où l'on vient de découvrir le corps d'un homme encastré à flanc de montag
  6. J'avais trouvé ça plutôt bien à l'époque mais en le revoyant en copie HD il y a un ou deux ans, je reste maintenant persuadé que c'est vraiment le chef d'oeuvre de Fulci...
  7. Bonne prédiction de Dumé : le film était en effet à 8 euros au Disc King (et Christine, et Cujo, et les Brisseau...) La revoyure a été catastrophique pour ma part : j'avais pas revu le film depuis le temps béni des Jeudis de l'angoisse, et je me souvenais plus de l'ambiance poisseuse que du cochonou (qu'on voit quoi...3 fois ? 4 ?). On compte les plans fabuleux mais il se passe quasiment rien d’intéressant, c'est effarant...même en étant un grand amateur d'ozploitation, qui n'est pas une niche ciné réputée pour ses rythmes effrénées. Quoiqu'il arrive, je m'en foutais éperdument...et pui
  8. J'ai toujours des images sublimes qui me ramènent au film : l'introduction avec les momies de Guanajuato, l'arrivée dans les Carpathes avec ce passage du jour à la nuit, la danse macabre...et puis en même temps à chaque fois que je le revois, je me dis que tout ce qu'il y a autour ne fonctionne pas vraiment Un ratage assez fascinant (ou avec des fulgurances, c'est selon).
  9. Un soir d'Halloween, un psychopathe déguisé en clown poursuit deux jeunes filles dans un quartier désert... Je sais pas trop ce qui m'a conduit à voir ce slasher, si ce n'est peut-être la tronche de son boogeyman : bien que supportant assez bien la présence de nos amis les clowns dans les films d'horreur, j'avoue que celui ne me donnait pas envie de faire le malin présenté sans background, sans motif, totalement muet et usant aussi bien du mime que de l'arme blanche...rien que sa présence à l'écran procure un malaise assez maousse (mention spéciale à la scène de la pizzeria, où il alterne r
  10. Jeremie

    Get Out - Jordan Peele - 2017

    Quand je disais que ça me paraissait déjà vu
  11. Jeremie

    Exit - Rasmus Kloster Bro - 2020

    Le film est un peu balancé l'air de rien comme ça deux ans plus tard, c'est un peu dommage pour lui...mais c'est une belle surprise. J'ai trouvé ça encore plus étouffant que The Descent, et la montagne russe viscérale fonctionne à plein pot . J'ai trouvé ça aussi brillant de montrer que la soi-disante héroïne était une vraie connasse, passant son temps à parler d'elle et à se racheter une image dès que l'occasion se présente
  12. Jeremie

    Eté 85 - François Ozon - 2020

    Stars de la pub sorti du grenier, c'est vraiment la surprise du film oui Beaucoup aimé aussi...j'avais très peur d'une Callmebyyournamerie (c'est en tout cas comme ça que le film est vendu) alors qu'à l'arrivée c'est toujours du pur Ozon, gravitant entre chronique légère et mélancolie morbide. Les deux garçons sont en effet au top : Voisin y est beaucoup plus intéressant que dans La dernière vie de Simon et Lefebvre est un drôle de mélange entre River Phoenix et Jonathan Brandis (un peu funeste comme comparaison mais bon). Tout l'aspect thriller est un peu une coquetterie pour casser le côté
  13. On va pas encore revenir sur cette scène ?? (oui je dis ça car elle a fait le tour des réseaux y'a pas longtemps)
  14. Pour moi Verhoeven est clairement un cinéaste féministe il n'a jamais caché qu'il préférait mettre en scène des perso féminins d'ailleurs... Et dire que peu avant Showgirls il voulait faire un film de pirates avec une héroïne bisexuelle...(premier rôle féminin + four de L'île aux pirates = enterré) Y'a un doc sur le film, You don't Nomi, qui vient de débarquer, histoire de saisir un peu le phénomène autour du film. Bizarrement, pas sûr de vouloir voir ça (j'ai lu qu'on y entendait masse de détracteurs y sortir les conneries habituelles sur le film...).
  15. Je l'avais loupé sur PS2, j'avais pas de PS3 et j'attendais que la nouvelle monture se mange une promo bien grasse...et ouf c'est arrivé Et ben je dois dire que je suis un peu partagé... Le côté Zelda "auteurisant", plein de mystères, très épuré, il faut avouer que ça fait du bien par instant : le sentiment de solitude, les décors incroyables (la refonte graphique est ), et les colosses, tous très réussis et parfois très lovecraftiens. Là où j'ai bloqué, c'est des détails de gameplay à priori insignifiants mais vite énervants : le cheval est atroce à contrôler, saute seulement quand il
  16. Les employés d'une entreprise de couverts comestibles (!!) partent en promenade corporate dans le désert du Nouveau-Mexique. La patronne, odieuse et prônant des valeurs positives à la sulfateuse, les oblige à visiter une grotte pour spéléologues affirmés. Et ça ne loupe pas ; ils se retrouvent tous enfermés à l'intérieur... Nouveau long-métrage du papa des excellents Creep et balancé sur Prime comme si rien n'était, le tout avec une réputation assez foireuse (et comme titre français : De bons petits soldats ). J'ai trouvé ça marrant déjà Demi Moore en connasse...je crois que c'est ce qu'
  17. J'ai longtemps hésité à le voir vu que j'aime bien Umezu, mais le film a vraiment une sale réputation...là je crois que ma curiosité est au niveau - 10 J'avais tenté y'a pas longtemps School in the Crosshairs/The Aimed School d'Obayashi et c'était pas très bon non plus, malgré une volonté de faire un truc un peu autre. Par contre The discarnates vaut vraiment le détour, un kwaidan beaucoup plus maîtrisé et très mélancolique...
  18. Ah mais c'est le couple de canadiens qui a volé la Hi-NRG aux pédés (ceci dit c'est un hit très sympa, je dois même avoir le 45t)
  19. Jeremie

    Douleur et gloire - Almodovar - 2019

    Almo parle de lui-même et ça change. Joli film en effet, son plus touchant depuis des lustres, et avec enfin une vraie belle fin (oui je continue à penser qu'il foire toujours ses conclusions ). Mais comme toujours avec Pedro, j'ai continuellement cette sensation de
  20. Prévu en Septembre chez Synapse (donc ST anglais) avec un nouveau transfert 4K et étonnement zone free (contrairement à Suspiria)
  21. Jeune garçon mystérieux issu d'un milieu pauvre, Jonathan vient d'assassiner sa fiancée, fille d'un très riche entrepreneur. Il s'attaque dès lors à sa soeur jumelle... J'aime bien revoir de temps en temps ce genre de thriller 90's, très cousu de fil blanc certes, mais bien carré comme il faut. Pas sûr qu'on puisse considérer le film comme un domestic thriller d'ailleurs, mais si c'est le cas, on peut dire qu'il brise la structure habituelle : on sait très vite ce que le personnage de Matt Dillon est capable, comme le prouve une scène d'introduction étonnement gore Diane Lane, James Russo
  22. Un groupe de rednecks et de "déplorables" sont chassés par un groupe de libéraux ayant aménagés spécialement un terrain pour s'adonner à leur nouveau sport... Bon c'est simple, le film réussit tout ce que The Purge avait tenté de faire : un survival politique doublé d'une très bonne série b. La première demi-heure est à hurler de rire, c'est très gore, ça file vite (1h30 tout mouillé...............un miracle), l'étrange Betty Gilpin est géniale en terminatrice, et même Hilary Swank prouve qu'elle en a encore à revendre. Le film synthétise parfaitement le bordel ambiant de ces dernières ann
  23. Sur mon marathon Ghibli (merci Netflix), il faisait parti de ceux que je n'avais jamais vu...et gros gros coup de coeur pour ma part. On a la sensation de voir deux films en un, et les deux m'ont conquis...mais pour pas les mêmes raisons. Il y a ce côté hautement apaisant (parfois à la Totoro) des scènes du "présent", en particulier la séquence de la cueillette des fleurs de Carthame qui confine au sublime, alors que les scènes de l'enfance ont un côté doux-amer qui osent remuer des eaux plus troubles. La manière dont est évoqué les règles des petites filles (et les gênes qu'elles provoquent)
×
×
  • Créer...