Jump to content

Hadewijch de Bruno Dumont (2009)


Stéphane
 Share

Recommended Posts

 

Choquée par la foi extatique et aveugle d'Hadewijch, une novice, la mère supérieure la met à la porte du couvent. Hadewijch redevient Céline, jeune parisienne et fille de diplomate. Sa passion amoureuse pour Dieu, sa rage et sa rencontre avec Yassine et Nassir l'entraînent, entre grâce et folie, sur des chemins dangereux.

 

Pour les fans, avant première la semaine prochaine avec l'équipe

 

24 Nov a UGC Les Halles à 20h15

 

Merci de confirmer votre présence par mail à

contact@tadrart.com (en précisant 1 ou 2 pers)

 

http://www.tadrart.com/tessalit/hadewijch/hadewijch.html

 

[dmotion]xb3pai_bandeannonce-1-hadewijch_shortfilms[/dmotion]

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...

[FebioFest 2010]

 

Pas un grand fan de Dumont pour ma part, mais ce sera encore moins le cas avec ce Hadewijch et son heroine completement antipathique. Le propos du film a la base etait interessant, mais n'etant pas cul-beni je suis passe a cote de tout le film qui m'a paru absolument caricatural de bout en bout.

 

BCB tu l'as vu au final ?

Link to comment
Share on other sites

[FebioFest 2010]

 

Pas un grand fan de Dumont pour ma part, mais ce sera encore moins le cas avec ce Hadewijch et son heroine completement antipathique. Le propos du film a la base etait interessant, mais n'etant pas cul-beni je suis passe a cote de tout le film qui m'a paru absolument caricatural de bout en bout.

 

BCB tu l'as vu au final ?

Non, toujours pas, ça veux pas sortir dans mon pays du tiers-monde.

Rattrapage lors de sa sortie DVD qui ne devrait pas tarder (edit : le 5 mai 2010)

Je suis déjà fan (mais bon, moi je suis un cul béni )

Link to comment
Share on other sites

  • 2 months later...
[FebioFest 2010]

 

Pas un grand fan de Dumont pour ma part, mais ce sera encore moins le cas avec ce Hadewijch et son heroine completement antipathique. Le propos du film a la base etait interessant, mais n'etant pas cul-beni je suis passe a cote de tout le film qui m'a paru absolument caricatural de bout en bout.

 

BCB tu l'as vu au final ?

Ça y est, HADEWIJCH est sorti au Mexique, grâce à Carlos Reygadas qui en a acheté les droits...

 

Que dire... Tout le contraire de vous... J'en suis sorti complètement bouleversé... J'y retourne même demain pour tout vous dire.

 

Avec ce film, je trouve que Dumont a franchi un pas... Un peu à la manière de INLAND EMPIRE et Lynch, un peu l'impression de voir un film libre, affranchi des attentes des spectateurs, de la critique et de l'histoire du cinéma. Certes, y'a bien des moments approximatifs dans le jeu des acteurs, des moments de flottement (probablement voulus, je vois mal Dumont laisser passer des maladresses par paresse), mais de simples plans rattrapent largement certaines faiblesses.

Il me semblait qu'avec son avant dernier, FLANDRES, Dumont était un peu coincé dans son système de représentation, c'était presque un film cliché, du "Dumont fait du Dumont"... Je me demandais si il réussirait à s'en sortir.

 

Avec Hadewijch, il a tout fait péter. Adieu le Nord, adieu les personnages principaux masculins, les préoccupations existentielles et mystiques du cinéaste qui étaient auparavant en retrait prennent le devant de la scène avec un courage rare (oui, il en faut du courage pour pondre un tel film à notre époque, se jeter dans des thèmes considérés aussi ringards dans une forme aussi austère).

 

Moi, il me semble que si le cinéma existe, c'est pour que des films comme ça puissent voir le jour. Comme le rappelait Dumont dans une interview au moment de la sortie du film, le cinéma a à voir avec l'invisible, le mystère, les rapports entre l’image cinématographique et la vision mystique sont forts et restent largement inexplorés (lisez l'Apocalypse de Saint Jean, c'est une pure expérience audio - visuelle qui est décrite).

Bref, c'est dur pour moi de parler de mon ressenti, de mettre des mots sur des sensations que peuvent vous procurer certaines images, mais au final je placerais Hadewijch aux côtés des grands films de Dreyer.

 

Hadewijch, ou l'impression de voir un film d'un autre temps.

L'impression de voir un vrai film qui résiste à son époque.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...