Aller au contenu

FUCK YOU BILL MURRAY

Members
  • Compteur de contenus

    1 031
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de FUCK YOU BILL MURRAY

  • Rang
    Mario Bava

Converted

  1. Ce message pour vous dire que BLACK CAT BONES est devenu FUCK YOU BILL MURRAY A bientôt.
  2. Remballez vos merde, écoutez BLACASTAN "Blac Sabbath". Ça c'est du titre d'album.
  3. À la suite d'une explosion, sans doute nucléaire, qui a selon toute vraisemblance ravagé la Terre entière, Emmanuel Comte et ses six compagnons (La Menou, Momo, Peyssou, Meyssonnier, Colin et Thomas) font du château de Malevil, dont la profonde cave leur a permis de survivre, la base de départ de leurs efforts de reconstruction de la civilisation, qui passera également par l'affrontement avec d'autres groupes de survivants, que ce soient des bandes errantes ou des groupes structurés nomades ou sédentaires. J'ai vu ce film pour la première fois quand j'avais 10 ans, à la TV. Je ne l'avais ja
  4. Bon... C'est pas mal mais bon Dieu ça manque vraiment de rythme... L'histoire c'est un peu A Christmas Carol de Dickens version Dupontel, le soucis c'est que ça tourne vite en ronds, c'est une idée de court-métrage, mais sur une heure et demi on finit quand même par s'ennuyer. La meilleure idée du film : le coups de la tortue vengeresse. Pour le reste... Ça manque un peu de méchanceté, non ?
  5. The Wolfman by Daniel Danger The Wolf Man by Martin Ansin Sérigraphies de chez Mondo Tees, Texas http://blog.mondotees.com/
  6. Y'a un truc que j'ai jamais compris dans la saga des Freddy Krueger : Si c'est les parents des gamins qui sont responsables du meurtre originel de Krueger, pourquoi Krueger passe son temps à s'attaquer à leur merdeuse progéniture ? Ceci dit j'ai bien aimé qu'il y ait, dans ce remake, une VRAIE filiation entre Krueger et les ados : ils les a niqués, ils ont poucave, et ils veux sa revanche. Mais dans l'original, on se demandait vraiment pourquoi Freddy perdait son temps à charcler les merdeux alors qu'il pouvait à chaque instant se faire les remps... Bref... A part ça vous avez tout dits
  7. Dick a pris un acide dans sa vie, et ça c'est très mal passé, il a juste eu cette réputation de foncedé car une célèbre anthologie de SF à laquelle il a participé l'a présenté tel quel. À la fin des années 60, Dick savait que ça serait bon pour son image de jouer là-dessus, mais il n'a guère que fumé des joints, et encore. Son truc à lui c'était les amphets, et les médocs pour faire retomber les effets des amphets...
  8. Je ne suis pas d'accord avec toi, la conclusion est sublime et annonce surtout le surtout le livre qu'il écrira l'année d'après, EN ROUTE, qui conte sa conversion au catholicisme. Sinon, en parlant d'un autre catholique, d'un autre mystique, je me refais ces jours-ci la sublime biographie de Philip K. Dick par Emmanuel Carrère. Renversante.
  9. JUST SHOOT ME... http://blog.lart7.fr/cineman-rencontre-avec-yann-moix/
  10. Merci du compliment et du fou rire Le plus "drôle" c'est que Eric Naulleau est aussi éditeur (il dirige L'Esprit des Péninsules)
  11. Revu en salles à Gerardmer, ça m'a cassé les couilles d'une force, j'ai eu l'impression de regarder une sorte de téléfilm sans aucune idées de mise en scène, avec acteurs à la ramasse et longueurs en veux-tu en voilà. Même pas peur.
  12. Je vous trouve bien cool avec un film qui défends le port d'arme (et même le "port de char")
  13. Revu hier dans des conditions "quasi-salles" (un bon home cinéma, condition minimum pour revoir un tel monument), bon, je ne reviendrais pas sur le film lui-même (qui a pris un putain de coups de vieux, quand même, la partie pré-historique est quand même assez "z" plus de 40 ans plus tard, alors que la partie "spatiale" reste très bleuffante), mais j'ai une question à poser aux érudits et autres pointilleux des "versions": - J'ai vu ce film a 12 ans à la TV, et je garde en tête une scène finale bien plus longue, composée avec d'images du personnage principal devenu vieux dans son lit de mort
  14. Revu hier, rien à rajouter sur ce que vous avez dits plus haut : petit chef d'oeuvre du bis. Je n'avais pas vu ce film depuis 15 ans, et j'en avais gardé un autre film en tête. Moins émouvant, moins désespéré. Ce qui m'a marqué c'est la relation qu'entretiennent les deux personnages principaux, entre amour et froideur, comme si l'ère post-atomique dans laquelle ils vivaient leur interdisait tout rapport un tant soit peu passionné. Ce qui rends la mort du héros encore plus forte (et quelle mort ! quel trip !). Et puis pour une fois, on ne cite pas la Bible a tort et à travers pour "faire apocal
×
×
  • Créer...