Jump to content

Trois couleurs : Rouge - Krzysztof Kie?lowski - 1993


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Personnages différents oblige, j'espère que me gourer dans l'ordre des films ne me jouera pas des tours

 

Bref, j'avais été transporté par La double vie de Véronique et puis là rebelotte, un vrai beau moment de cinéma.

Jeune mannequin pendu au téléphone au moindre appel de son compagnon, Valentine écrase un soir une chienne perdue. Elle se heurte à son propriétaire, un vieil homme solitaire ignorant le sort de l'animal. Ancien juge, il passe ses journées à écouter les conversations téléphoniques de ses voisins grâce à un système électronique illégal. D'abord révoltée par le comportement de l'homme, Valentine va pourtant tisser des liens de plus en plus fort à son égard...

 

Kieslowski trouve toujours cette force d'allier austérité et lyrisme flamboyant, ce lyrisme capté en masse par la musique de Preisner, absolument tétanisante. Et il y a ces mouvements de caméra amples, impromptus, qui scotchent instantanément.

Le duo Jacob/Trintignant fait fonctionner à merveille une mécanique pourtant déjà éprouvée (trouver le bon dans le mauvais) mais filmée ici sans clichés, avec toujours un système de liens et de correspondances troublants, faisant écho à La double vie de Véronique. Un joyaux.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...