Jump to content

La fiévre dans le sang - Elia Kazan - 1961


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Première fois que je vois un film d'Elia Kazan. Faut bien débuter quelque part, les sujets du bonhomme me séduisant rarement...

 

Nous sommes en 1928 au Kansas : Bud et Dean s'aiment. Beaucoup même, Trop. Ou du moins trop pour un milieu social schizophrène (le big krash approche à grands pas) et puritain, réprimant les élans charnels. Alors que Bud se voit forcer la main par son père, qui lui imagine un avenir brillant, Dean reste encore la prudente petite fille de toujours aux yeux de ses parents : à vouloir devenir trop libre, elle serait considérée comme une créature libertine, les "filles de l'ombre" comme la soeur de Bud, une jeune fille dépravée et mal vue. Mais cette idyle bouillonnante a t'elle une place dans ce décor si conformiste ?

 

Un mélo qui m'a laissé sans voix. Mise en scène exceptionnelle et d'une fluidité rare : les comédiens merveilleusement impliqués y sont pour beaucoup, dont Nathalie Wood, immortelle, fantastique. Ces tous derniers regards en fin de bobine sont

Kazan retranscrit à merveille le vertige de la passion, cette impression de don total de soi (la séquence dans la maison de Dean où les amants tentent de se peloter...en vain) : en cela le titre français est tout à fait adéquate (face au titre original, tout aussi réussi, mais faisant en réalité référence à un poème lu par Nathalie Wood). On passe même par la symbolique obligée du torrent, représentation logique des sentiments exacerbés : ce sera le passage à l'acte pour Bud, la tentation de la mort pour Dean...ou le moyen d'y calmer ses ardeurs impossibles.

Chef d'oeuvre donc, mais petit bémol pour le score un peu lourd, qui accompagne assez mal la mélancolie des derniers instants (et pourtant, quelle fin !).

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...