Jump to content

The American - Anton Corbjin - 2010


MartinG
 Share

Recommended Posts

 

Jack est un tueur à gages habile et expérimenté. Toujours en alerte, il n’a aucune attache. Quand une mission tourne mal et lui coûte la vie de la femme qu’il aime, il se fait la promesse que son prochain contrat sera le dernier.

Cette ultime mission le conduit dans un pittoresque village italien niché dans de hautes collines. Mais pour Jack, chaque lieu peut se révéler un piège et chaque personne une menace. Toutefois, il prend goût aux confidences échangées autour d’un armagnac avec le prêtre du village, et se laisse entraîner dans une liaison avec une belle Italienne. Mais en baissant la garde, Jack prend peut-être des risques.

Une menace semble se rapprocher, et la mystérieuse femme qui l’a engagé n’est peut-être pas ce qu’elle prétend. Alors que Jack, de plus en plus méfiant, envisage de vivre, aimer et mourir en Italie, la tension monte jusqu’à la confrontation ultime, dans le dédale des ruelles escarpées du village.

 

Le premier problème d'Anton Corbijn, c'est qu'il fait des films en étant photographe dans l'esprit, et que ses films sont des successions de plans fixes, certes magnifiques, mais au final, ô combien statiques. Son deuxième problème, c'est qu'il a vraiment du mal à nous impliquer dans ses histoires.

 

Ces deux défauts étaient occultés par la puissance du sujet de Control, mais alors là, ça passe pas. Malgré la beauté de Violente Placido, malgré quelques scènes plutôt bien troussées, malgré quelques plans tout à fait magnifique, c'est creux, vain, pas crédible et surtout ultra-prévisible pour peu qu'on aie vu 2 western ou 3 films mettant en scène des tueurs à gage. Moralité, je m'étais rarement autant emmerdé sur une durée aussi courte. Par contre les fans de George vont être ravis, yen dans tous les plans

Edited by Guest
Link to comment
Share on other sites

Tiens j'ai appris entre temps que George avait produit le film, et donc j'ai tendance à penser que les multiples scènes ou on le voit faire des abdos torse-poil n'ont peut être pas été imaginées par le réal mais plutôt par Georgie lui même

 

Et j'ai aussi appris que la sémillante Violente Placido est la fille de l'actrice qui jouait Appolonia dans le Parrin II (l'épouse Sicilienne de Michael Corleone).

 

voilà, c'est tout ce que j'ai à dire sur ce film qui ne se bonifie pas dans mon esprit avec le recul, bien au contraire même !

Link to comment
Share on other sites

Tiens j'ai appris entre temps que George avait produit le film, et donc j'ai tendance à penser que les multiples scènes ou on le voit faire des abdos torse-poil n'ont peut être pas été imaginées par le réal mais plutôt par Georgie lui même

!

 

 

re

Link to comment
Share on other sites

  • 2 years later...

Vu et assez perplexe sur l'ensemble. L'action est réduit au minimum c'est a dire dans le dernier tiers du film. Le reste c'est avant tout les difficultés d'un tueur de vivre dans un quotidien menaçant. Il y a des belles séquences de "professionnalisme" (le mec fait un silencieux pour un fusil avec un tube et trois rondelles), ça parle technique avec une jolie tueuse, y a des seins, des fesses et une foufoune.

 

C'est lent et un brin chiant mais on se laisse facilement porter par le spleen du perso de Georges, cet homme au grand cœur qui tombe amoureux d'une pute.

 

Voilà c'est pas mal (visuellement) mais pas très bandant (scénaristiquement).

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...