Jump to content

Être sans destin - Lajos Koltai - 2005


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

Voilà bien cinq ans que le film a le mérite d'exister. Des échos ? J'en ai pas l'impression...

Pire encore, cela fait quatre ans qu'il brille de son absence dans les bacs dvds français. On aimerait bien en connaître la raison.

Bref on aura pas fini de nous bassiner sur la mémoire, dès que le cinéma s'en empare, ça dégage fissa. Le constat était identique pour le somptueux Bent ou encore Années d'enfance. Par contre de son côté, l'horrible croûte qu'est La rafle fait un battage médiatique de tous les diables.

 

Premier film du chef-op Lajos Koltai, on était donc en droit de s'attendre à une œuvre à la plastique soignée (et c'est le cas), chose qui fera tiquer plus d'un puriste (faire du "beau" avec l'horreur, est-ce permis ?), et c'est bien le cas : adapté du livre auto-biographique éponyme de Imre Kertész, le film suit l'itinéraire d'un adolescent juif hongrois jusqu'au camp d'Auschwitz.

Fateless distille toute la dureté de ses images avec subtilité, jamais racoleur dans sa rudesse ou son émotion. On trouve même le temps un petit peu trop long, et les ellipses ont parfois du mal à nous faire immerger dans le récit. Une distance qui nous prive souvent de la terreur viscérale qu'invoquait La liste de Schindler ou Le Pianiste, tout en irriguant le récit de plages de lyrisme d'une grande beauté. Et Morricone est décidément très très en forme

 

Pour le découvrir, il faudra se contenter du dvd anglais, avec ST-A ; en attendant que les français se bougent un peu le derche.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...