Jump to content

Le crabe-tambour - Pierre Schoendoerffer - 1977


superflo

Recommended Posts

quote dvdclassik

Pierre, (Claude Rich) le narrateur de cette histoire, qui en est aussi l'un des principaux protagonistes, est médecin des armées. Comme on l'apprendra nous un peu plus tard dans le film, il vient d'être expulsé la mort dans l'âme d'un Vietnam à feu et à sang. De retour en France, désoeuvré, ayant trahi la maxime qu'il avait faite sienne, « Adieu vieille Europe, que le diable t'emporte », il se réengage dans la marine et est affecté à bord de l'escorteur d'escadre Jauréguiberry. Le destin l'aura embarqué sur un vaisseau de la Royale commandé par un pacha rongé par la maladie, (Jean Rochefort) effectuant son ultime mission, avec pour dernière ambition de porter un coup de chapeau sous forme d'adieu au Capitaine de chalutier Willsdorff (Jacques Perrin). Tous les deux ont connu ce Willsdorff, lui même ancien lieutenant de vaisseau et surnommé par tous le Crabe tambour. L'évocation des faits d'armes du Lieutenant Willsdorff donnera lieu à un dialogue à fleurets mouchetés entre le capitaine de vaisseau et le médecin de bord au gré du voyage vers les bancs de Terre-Neuve. Régulièrement interrompue par les besoins du service à bord, l'assistance aux pécheurs, l'étrange discussion mêle respect et pudeur, quête de savoir et non-dit, questionnement de l'âme humaine et mystère ; le vieux commandant traçant imperturbable son sillon cherche encore des réponses dans la parabole, Qu'as tu fait de ton talent ?...

 

 

Enfin vu ce film dont le titre m'intriguait tant. C'est indéniablement beau. C'est lent, c'est une conversation entre des hommes qui parle de quelqu'un, et d'eux même par la même occasion en livrant chacun quelques infos, on a jamais "le fin mot de l'histoire" si je puis dire, juste des bribes, à nous d'essayer de reconstituer si on veut. Tout cela est rythmé par des plans superbes sur la vie sur le bateau, et des plans absolument hypnotiques sur le bateau dans la tempête. Rochefort est bon, excellent même, comme d'hab, tout en retenue, Rich également, Dufilho ne vole pas son césar non plus! Perrin a le rôle le plus facile, le beau gosse, l'esprit libre, quoiqu'un peu plus complexe finalement qu'au premier abord. Voilà, j'ai aimé, je pense que c'est un film qui peut vraiment emmerder certains en fait, on ne sait pas trop ou on veut en venir, le rythme est particulier, c'est tout cela qui fait son charme je pense! C'est inspiré de la vie du lieutenant de vaisseau Pierre Guillaume, et tiré du roman éponyme de Schoendoerffer. Je cite: « C’était un de ces capitaines légendaires ! Donc on a fait connaissance, et l’on s’est pris de sympathie. Quand j’ai commencé à écrire mon livre, Le Crabe-tambour, je me suis dit qu’il y avait dans son histoire quelque chose qui m’intéressait. Ce n’est pas sa biographie, c’est mon histoire telle que je l’ai rêvée... J’ai dédié mon roman à mon fils cadet, Ludovic, parce qu’enfant, il avait un petit ventre rond sur lequel il tambourinait, et comme il marchait à quatre pattes et de travers, je l’appelais le crabe. D’où le Crabe-tambour ! Vous voyez, c’est quelque chose de tout à fait personnel. Ce n’est pas sa vie, ce n’est pas la mienne. C’est autre chose1. »

Link to comment
Share on other sites

Le film préfèré de mon père. Du coup je j'ai regardé. Je me souviens uniquement des magnifiques plans marins lors de la tempête. D'ailleurs le film à été fait avec le soutien de la marine française. Dire qu il y a un point commun entre ce film et truands ça fait bizarre

Link to comment
Share on other sites

Le film préfèré de mon père. Du coup je j'ai regardé. Je me souviens uniquement des magnifiques plans marins lors de la tempête.

ton père est un homme de gout! Et ces plans sont si beaux que je m'en suis remis certains plusieurs fois d'affilée!

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...