Jump to content

Earth Girls Are Easy - Julien Temple (1988)


El Riiico
 Share

Recommended Posts

  • Geena Davis (1m83)
  • Jeff Goldblum (1m94)
  • Jim Carrey (1m88)
  • Damon Wayans (1m91)

 

 

 

J'ai découvert ce film chez un ami qui l'avait acheté au hazard dans une solderie pour la somme délirante de 2€50. Dès la fin du générique de début, c'était tellement riche qu'on était déjà d'accord pour dire que l'achat était amorti.

 

Comment rendre justice à ce film... c'est quasi impossible.

Bon, j'attaque par le factuel. Geena Davis est une esthéticienne gentiement plouc qui s'est fiancée à un bellâtre sans intérêt qui ne se gêne pas pour la tromper. Le soir où elle est éffondrée après avoir surpris son Jules avec sa maitresse (tromper Geena Davis, mais quelle idée !), un vaisseau extra-terrestre tombe dans sa piscine. Il est habité par trois extra-terrestres poilus qui s'invitent chez elle.

 

 

Il y en a un bleu, un rouge et un jaune. Une fois la terreur passée, elle s'attache à eux et avec une copine, elle décide même de les raser pour leur éviter la prison et les dissections de scientifiques trop curieux. Au sortir de la séance d'épilation, surprise : sous la fourure se cachaient Jeff Goldblum, Jim Carrey et Damon Wayans (un extra-terrestre noir...). Je vais pas vous en raconter plus, si ce n'est que les trois huluberlues s'habituent peu à peu à la vie terrestre et que le rythme ne baisse pas, malgré un virage comédie sentimentale qui échappe miraculeusement à la guimauve. De toutes façons, le film est loin de se résumer à ce seul pitch tant.

 

 

D'abord, il date de 88.

Et ça saute aux yeux à chaque plan. Les décors, les costumes, les maquillages... mon Dieu que mes parents devaient s'aimer pour réussir à avoir envie de procréer quand on voie la mode de cette époque ! Prenez vos plus beaux souvenirs de Punkie Bruster et autres Années Collège, mélangez, agitez fort et vous serez encore loin du compte.

 

Ensuite, les extra-terrestres.

Je sais pas quoi dire, Geena Davis est une excellente actrice quand elle tombe sur un rôle qui lui va bien, je crois que Jeff Goldblum a depuis longtemps fait ses preuves et ce n'est pas un hazard si un certain Jim Carrey a fini par percer par la suite... tout le casting est à l'avenant.

 

Le scénar ?

Dément. Oui je sais, raconté comme ça ça peut faire peur ; on peut légitimement craindre une sorte de "Les Visiteurs" à la sauce américaine. Sauf que non, les dialogues sont vifs, les scènes rythmés avec une histoire sans temps mort. Et face à un budget restreint, au lieu de nous coller des effets spéciaux craignos, on a droit à des trouvailles visuelles dans tous les coins. Dans le genre : pendant un cauchemar, Geena Davis entend le téléphone qui sonne. Le téléphone est au premier plan, on la voit en arrière qui s'en approche pour décrocher ; et qui décroche un combiné qui est en fait énorme et non pas au premier plan comme pouvait le faire croire les perspectives. Bon, raconter par écrit un gag visuel est toujours poussif, je ne vais aps aller plus loin, retenez juste que ce film est un petit joyau.

 

N'hésitez pas à l'acheter, à le louer, à le voler, moi je compte bien m'en procurer un exemplaire perso.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 months later...
  • 2 years later...

J'avais déjà vu une bonne partie sur le sat (c'est limite si ça tournait pas en boucle sur Cine Box ) et vu en entier aujourd'hui...

Rien à rajouter à la première vision : l'ensemble est un salmigondi 80's kitch et à en crever, avec en prime un beau Scope qui tue. Il y a ce générique en dessin animé, ce design bariolé très comics, ces scènes musicales (cause i'm blond ), une scène onirique 4th Dimension'style bien barrée, un duel de danse très sympa...

 

Temple s'amuse, mais le comique de la situation (vu et revu quand même) commence à tourner court durant la deuxième partie. On passe quand même un bon moment...quoique la vf est vraiment immonde

 

L'affiche d'Enzo Sciotti

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...