Jump to content

Scalp 1987 Bruno Mattei et Claudio Fragasso


Bast
 Share

Recommended Posts

Scalp 1987 Bruno Mattei et Claudio Fragasso

Edition BD Le chat qui fume

Des soldats sudistes pillent un campement indien et enlèvent la fille du chef. Celle-ci parvient à s’enfuir et se réfugie dans le ranch de Matt, un ancien soldat.

 

Jamais vu jusqu’à présent malgré l'accorte Squaw de l'affiche qui me fait de l'œil depuis des années la fripouille.

Connaissant déjà la filmo des deux loustics, je m'attendais un peu a tout et son contraire, voire a du gros n'importe quoi foutraqe mais sympathique et généreux comme on dit.

Et ben c'est tout a fait ça : très fun, des méchants très méchants, deux personnages principaux construits à la truelle

des dialogue sauce 80's comme on en ferais plus , un scenario plein de rebondissemnts, du gore cheap mais rigolo, une très jolie Squaw furtivement nue et  une BO passant tantôt d'une symphonie jouée sur clavier Bontempi à  des emprunts A 'le bon, la brute et le truand'.

A voir absolument l'interview carrière de Fragasso qui explique bien pour quoi j'aime ces films : malgré l'absence de moyens , ces types sont passionnés de Cinéma et s'amusent vraiment  à faire des films.

L'interview est vraiment cool et son pull a trou


Ça m'a motivé à me commander Bianco Apache, tiens, fais chier le Chat.

Concernant l'Edition comme d'habitude hein, un peu cher à mon gout au vu du film mais image  et son top ultra top, bonus intéressants, visuel cool… encore très bien joué le chat

 

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Aussi dispo sur Prime en VF uniquement, plutôt rigolote au passage.

 

Sinon c'est sans aucun doute le meilleur film du duo Mattei/Fragasso.

 

Deux persos principaux attachants, un bon rythme, un peu de gore et de nudité... Ça fait le taf. Pour le score on est effectivement sur du sous Morricone à la sauce pouet pouet synthé 80's délicieusement désuet.

 

Globalement assez cheap et à peine mieux mis en scène qu'un téléfilm lambda, la direction d'acteur honnête et les beaux décors naturels font passer la pilule.

 

Évidemment faut pas s'attendre à du Corbucci ni même du Castellari, mais il n'a pas à rougir face à certains westerns spaghetti tournés une vingtaine d'années plus tôt, ce petit bis énergique et généreux ! 

 

Edited by Léo
Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...