Jump to content

Speedway Junky - Nickolas Perry (1999)


Nicolas
 Share

Recommended Posts

Passionné de bolides, Johnny rêve de participer au fameux rallye de Caroline du Nord. Sur la route, il fait la connaissance à Las Vegas de jeunes marginaux comme Eric et Steven dont le seul but est de gagner facilement de l'argent, aussi vite dépensé en fêtes mémorables. Fasciné, Johnny va se laisser entraîner dans un monde de sexe, de drogue et de violence dont il ne soupçonnait pas l'existence....

 

Production hybride avec à la barre niveau producteurs notamment Menahem Golan, Yoram Globus... et Gus Van Sant!

Enième film sur le chemin du rêve jonché de déchéances, de putes et de drogue le film doit surtout à la qualité de ses interprètes sur lequel il repose avant tout. Jesse Bradford, Daryl Hannah et surtout le touchant Jordan Brower... plus pas mal de p'tites guest dont la supra mignonette Tiffany-Amber Thiessen. Qu'est ce qu'elle est mignonne cette fille, c'est incroyable...

 

Le film distille une "glam ambiance" nocturne très réussie, Las Vegas oblige, et très logiquement c'est le jour qu'il y fait le plus sombre...

Un bon petit film, bien interprété, sorte de MY OWN PRIVATE IDAHO 80's dans son look et ses valeurs flashouille, totalement anachronique et à ce titre intéressant malgré son côté un brin prévisible.

 

Pas mal : X

 

Dispo à 1 euro sur Cdiscount et multi-diffusé sur Pink TV!

 

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...

Voici ce que j'en disais sur un autre site il y a deux ans :

 

Speedway Junky ressemble un petit chouia à My Own Private Idaho. Rôles un peu risqués pour Jesse Bradford (American Girls - Top Chronos))et pour Jonathan Taylor Thomas qui sortent de leur habituels rôles d'ados sirupeux et proprets. La palme revient à Daryl Hannah, impeccable en ancienne danseuse/prostituée qui devient mère de substitution.

 

 

Le film est sympa, tourné visiblement clandestinement à Las Vegas, sans autorisations. Tout petit budget, caméra à l'épaule... le film souffre néanmoins de la comparaison avec le film de Gus Van Sant sensiblement sur le même sujet. Avec néanmoins toujours ce côté "marqué par le destin" qui se met à toucher le cinéma américian dès qu'il traite de sujets un epu ambigus. Nul besoin d'expliquer que le jeune gay verra son destin salement amoché. Il est aussi bizarre de voir l'évolution du héros joué par Jesse Bradford : intéressé par les filles, dépucelé par Daryl Hannah, levé par Patsy Kensit... mais avec un personnage transpirant le coming out...qui ne viendra jamais.

 

Parti pris d'honneteté, cependant, mais plutot prévisible quant à sa résolution (sois normal et tout ira bien, le rêve américain est à ta portée si tu le veux vraiment, etc...) .

 

Le film est disponible en DVD Zone 2 française (édition très abordable mais d'une qualité déplorable). Egalement en DVD Zone 1 : VO non sous-titrée, format respecté 1.85:1 sans transfert 16/9eme. Bande annonce et commentaire du réalisateur.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...