Jump to content

Warcraft !


Lord Ruthven

Recommended Posts

Warcraft

 

Tout commence en 1995 quand Blizzard sort un jeu de stratégie en temps réel à forte résonnance d'Heroic Fantasy -et plus simplement, assez inspiré de Tolkien- : Warcraft, donc.

 

Warcraft nous narre la bataille entre les Humains et les Orcs, des créatures balaises et toutes vertes. , tout en nous proposant de jouer une race et l'autre.

 

 

L'univers, tant graphique que sonore et bien sur, mythologique, de ce qui deviendra la série Warcraft est déjà là. Par contre, c'est un jeu qui accuse beaucoup le poids des années. Esthétiquement, Warcraft a bien sur très vieilli et montre bien ses pixels. Ensuite, les unités ne se contrôlaient qu'une par une. Ce qui n'était pas bien pratique pour diriger des grands combats. D'un autre côté, les escarmouches ne manquaient ainsi pas de piquant et incitait à bichonner ses bonshommes.

 

Pour tout dire, j'ai finalement assez peu joué à Warcraft premier du nom, qui, somme toute sympathique, pâti de son aîné.

 

Warcraft 2

 

En 1996, Blizzard donne une suite à son bébé...et créé un jeu culte : Warcraft 2 !

 

 

Ce jeu, c'est la surpuissance ! Car Blizzard a mis les petits plats dans les grands. Les graphismes sont superbes (et tiennent toujours la route), l'univers est jouissif, les batailles sont intenses et il est possible de selctionner les unités par paquet de 6. Les unités quand à elle passent par différentes classes, très traditionnelles pour les humaines (fantassin, chevalier, archers elfes, etc...) et plus fantaisiste pour les Orces (Ogre, Troll, les monstrueux Cavaliers de la Mort, etc...).

 

L'aspect magique se développe, il est possible de lancer quelques sorts bien vicelards, ou de transformer les morts en morts-vivants. Le pied !

 

 

Bon il faut dire ce qui est, question stratégie pure, c'était pas vraiment ça, Warcraft 2. En gros, il suffisait de gravir la hierarchie des évolutions jusqu'à obtenir une unité bien bourrine. Ne restait qu'à en créer une armée monstrueuse pour l'envoyer à la gueule de l'adversaire. Le peu d'unités aériennes encourageaient cette redondance tactique.

 

Warcraft 2 compensait toutefois ce côté bête et méchant par l'intervention des unités maritimes. Car oui, il y a de l'eau dans Warcraft et il est possible d'y faire naviguer quelques bâtiments de guerre. Détruire les défenses ennemis à coups de canon, attaquer simultanément par la terre et par débarquement, lancer un tir de barrage nourri pour seconder ses troupes devient possible et offrent un bonus tactique appréciable. Pour les nostalgiques de Das Boot, la présence de sous-marins étaient également un bonheur supplémentaire, ces saloperies étant indétectable, sauf par les Zeppelins (qui eux ne pouvaient pas attaquer, cantonnés qu'ils sont au transport de troupes), ou bien sur, par d'autres sous-marins.

 

Si un effort a été fait sur le scénario, terminer le jeu avec les Orcs et les Humains n'a pas grand intérêt, les missions de chacuns se ressemblant un peu.

 

Warcraft 2 connaîtra un Add-On et bien sur, la réedition Battle.Net pour le combat online.

 

Avec Warcraft 2, il y a désormais un phénomène Warcraft. Si son bestiaire et son univers y sont pour beaucoup, il ne faut pas oublier quelques à côtés sympathiques, comme les fameuses répliques débiles dont se fendent les unités trop sollicitées. En cliquant comme un fou sur un bâteau Orc, on peut même entendre une chanson de marins.

 

StarCraft

 

Le public veut du Warcraft, mais Blizzard se fait prudent. Plutôt que de lâcher un Warcraft 3, la boite recycle le concept dans un autre environnement. En 1997 sort une nouvelle pierre blanche de l'histoire vidéoludique : StarCraft. Trois races totalement différentes, un univers space-opéra immédiatement addictif, des vaisseaux spaciaux, des extraterrestres, des space-marines...Un bonheur pour l'amateur.

 

 

Avec Starcraft, Blizzard a créer un de ses meilleur jeu. C'est mon opinion, peut être aussi la leur à la vue de Warcraft 3...

 

Warcraft 3

 

...car oui, pourquoi cette déviation sur Starcraft ? Tout simplement parce que Warcraft 3 en reprendra directement quelques points. Warcraft 3, c'est une arlésienne. Annoncée puis repoussée, le jeu sort finalement en 2002, après quelques retouches pour que le jeu soit parfait. Warcraft 3 est une révolution, non pas du jeu vidéo, mais de son propre univers.

 

Comme pour ne pas faire oublier qu'ils sont aussi les auteurs de Diablo, les petits gars de Blizzard donnent tout d'abord une dimension plus jeu de rôle à Warcraft 3. Outre les troupes, le joueur dirige également un ou plusieurs héros, qui gagne(nt) de l'expérience et des objets au fur et à mesure des combats. Unités puissantes dotés de magie souvent salvatrice en cas de mélées, les héros sont des atouts précieux pour la réussite des différentes quêtes. A noter la présence de créatures neutres (et pourtant belliqueuses) à combattre, permettant de récupérer des points d'expérience avant que ça chauffe vraiment. Le scénario est à l'avnant, avec son lot d'amour, de trahison, de drame et autres retournements. D'ailleurs le scénario est tellement béton qu'on a parfois plus envie de voir la cinématique suivante que de jouer la partie.

 

 

Ensuite, le gameplay est revu. Fini les immenses armées , il y a désormais une limite de nourriture pour 90 unités maxis. Et ceci en supposant que l'on ne produise que des unités qui mangent pour une. Quand on sait que certaines créatures ou classes de personnages, particulièrement goinfres, mangent pour deux, trois, ou quatre, il y a donc intérêt à bien choisir la compostion de ses troupes. L'aspect tactique est donc beaucoup plus important et incite à faire certains choix, et à observer l'ennemi. Ainsi, si celui-ci a essentiellement des unités aériennes (assez présentes dans Warcraft 3), il vaut mieux de son côté créer des unités capables de tirer en l'air.

 

Warcraft 3 propose quatre races très dissemblables. C'est pas encore Age of Empire, mais c'est pas mal quand même. Les Humains, bien sur, les Orcs, évidément, à quoi s'ajoutent les bien crados Morts Vivants et les Elfes de la Nuit. Ce sont les Morts Vivants qui portent le plus de stigmates de StarCraft, notamment par la présence d'une substance recouvrant le sol où ils vivent et construisent, rappelant celle des Zerg. Quatre races avec chacunes leurs points forts et faibles, peut être trop dissemblables d'ailleurs, en témoignent les quelques patchs pour équiliber les races sortis après-coup.

 

 

Graphiquement, Warcraft 3 passe à la 3D et c'est très beau. Vraiment. Notamment l'univers des elfes, par définition très vert et sylvestre. La gestion jour/nuit fait son apparition (et la tactique qui en résulte avec), les variations climatiques également (zut, il pleut). Avec la molette de la souris, il est possible de zoomer pour plus de détails et contempler les unités à loisir.

 

Le bestiaire d'aggrandie une fois de plus -les tolkiennistes seront heureux de combattre avec des hommes-arbres- et la magie se fait encore plus présente -les Elfes proposent en unité des Druides Polymorphes, se transformant en ours ou en corbeau-. Il y a possiblité de recruter des mercenaires bien "exotiques". Les Morts Vivants sont sans doute les plus jouissifs à jouer, de par leur esthétismes gore et macabre.

 

Tout n'est pas sans faute hélas. La suppression des unités navales est une hérésie, la campagne humaine est plus un tutorial déguisé qu'une vraie campagne et les combats font parfois figure d'empoignades bordéliques où il n'y a plus qu'à attendre de voir qui reste debout. Puis la limitation des unités, c'est un coup à prendre. Au début, ça énerve. Le multijoueur est également à déconseiller aux débutants, sous peine de se prendre une belle raclée.

 

Warcraft 3 a connu une extension, Frozen Throne et bien sur, un nouveau dérivé, World of Warcraft. Un jeu en ligne à univers permanent, réputé pour détruire la vie sociale de ses joueurs .

 

Warcraft 3, je l'ai attendu, je l'ai eu, je l'ai aimé et je l'aime toujours. De tout les Warcraft, excepté Wow que je connais pas, c'est le plus beau, le plus dépaysant, le plus fouillé. Reste que je garde une nostalgie pour le 2, sa musique et ses petits bâteaux. De mon expérience de joueur, avant que le temps ne me manque, c'est le jeu que j'ai le plus terminé. Puis j'avoue que j'aimais envoyer mes Orcs par paquet de 12 à l'assaut d'une poignée d'Humains planqués. Ce n'est plus possible maintenant. Il faut se la jouer plus fine. Quel dommage...

Link to comment
Share on other sites

×
×
  • Create New...