Jump to content

Au-Dessus de la Loi - Jack Smight (1987)


Nicolas
 Share

Recommended Posts

 

MacCoy et Bass, deux flics de la brigade des stups de Los Angles, sont chargés d'escorter jusqu'à San Francisco le témoin-clé d'une importante affaire de drogue, mais l'homme est abattu...

 

Encore un film d'auteur de la CANNON, cette même année ils s'associaient avec Norman Mailer (RIP) et Mattel bien avant qu'ils rappellent leurs jouets aux chinois. Cette fois un buddy movie tout cheap héritier indirect du succès de Miami Vice qui se la joue actionner "à la cool" pimenté d'humour pour relever une action molle. L'arnaque fatale. On pends les méchants du toit d'un immeuble désaffecté, on parle mal à son supérieur (Peter Graves, excusez du peu), on vanne sur les problèmes gastriques de son coéquipier, on fait de l'esprit sur la délinquance et ses accents étrangers, on joue les malins avec son indic noir revendeur à la sauvette de magnetoscopes...

Le cahier des charges CANNON est respecté, surfant mollement sur la loi du talion (le film sent le vioque), la mère juive envahissante de l'un des zéros, une certaine idée de la femme etc... Robert Carradine est fantastiquement nul et Billy Dee Williams, vulgaire à souhait, nous fait le beau gosse queutard efficace au lit, efficace au travail. Un peu loosers tous les deux, mais tellement cools au fond.

Valérie Bertinelli explose, mais s'en sort. Son karma est meilleure que celui de Fiona Gélin.

 

Assez mal rythmé (le film dure tout de même grosso merdo 105', ce qui n'est à l'évidence pas raisonnable), embrouillé dans une intrigue mal fichue qui joue les quiproquos vainement, sans aucun style (Michael Mann est vraiment loin loin) et passablement cheap -on peut s'amuser à un blind test de chutes de soundtracks d'autres prod Cannon (main theme d'"Avenging Force" inclus!)- "Number One..." contentera tout de même les amateurs de cette époque révolue des invendables vendus avec grâce et feeling.

 

Le film n'est pas sorti en salles en France, ce fut un DTV (Delta Video) avec une VF de chez GK "Garcia & Ktorza" de la grande époque : Robert Carradine entonne du Maxime Le Forrestier avec sa guitare pendant une planque. Du grand art.

 

A Wonkley picture of course !

Link to comment
Share on other sites

Il y a une séquence à peu près efficace là dedans, c'est celle du duel aérien entre le petit avion et l'hélico, mais cette scène tranche tellement avec le reste que je doute un peu qu'elle ait été tournée spécialement pour le film. Ca me surprendrait en tout cas que ce soit le vétéran Jack Smight qui s'y soit collé.

 

Pour le reste c'est effectivement du buddy movie super bas de gamme et savourement con, avec son humour souvent mal venu et ses deux héros charmeurs et casse-cous au top de la ringardise.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...