Jump to content

Prey - Darrell Roodt - 2007


Oli
 Share

Recommended Posts

 

PREY (aka DEATH SAFARI -titre locatif japonais)

Année : 2007

Genre : Death Safarire

Réalisation : Darrell Roodt

Avec : Peter Weller, Bridget Moynahan et des gamins dont je préfère ne pas citer les noms tellement je les hais

 

 

Alors qu'ils sont en train de faire un petit safari photos (accompagnés par un professionnel), une femme et deux enfants vont se retrouver perdus en pleine savane. Pourquoi ? Parce que tout d'abord le professionnel a décidé de sortir des pistes. Ensuite parce que le gamin a profité de ce moment précis pour dire qu'il avait envie de faire caca mais absolument tout de suite, hein. Enfin parce que ledit gamin ira déféquer à plus de cent mètres de la jeep au lieu de faire juste derrière, malgré la présence -connue- de fauves assoiffées de sang frais. Résultat le professionnel va se faire croquer, et la petite famille se retrouvera isolée dans une jeep au milieu de nulle part. Vous me direz qu'il suffira de mettre la main sur les clefs de la voiture pour sortir de ce guêpier ? Oui mais non, parce que lorsque la mère parviendra à retrouver lesdites clefs, elle mettra en marche la jeep en oubliant que la pédale de frein existe. Je vous laisse imaginer la suite...

 

 

Visiblement film a bénéficié de certains moyens, y'a de l'argent, oui c'est une série B afrique (donc le réal est impardonnable), c'est tourné en décors naturels (c'est assez joliment léché) et il y a une star (enfin, presque : Peter Weller).

 

Le gros problème c'est que contrairement aux films que je loue habituellement à la jaquette, celui-ci est énervant tellement il est con. Y'a qu'à lire mon court résumé pour s'en persuader (scénario inspiré d'une histoire vraie, ah ah ah) : le gamin fait chier tout le monde pour poser son étron, finalement à cause de lui un dur à cuir (mais pas à mâcher) se fait dévorer vivant, toute sa famille se fait coincer dans une jeep et ensuite... comme par hasard il n'a plus envie de faire ses besoins jusqu'à la fin du film (soit presque 24h après...oui il est con ce type hey !). Gamin absolument insupportable tout comme la sœur, usine à recevoir les baffes dans la tête s'il en est...

 

 

Je vous passe sous silence la morale à deux balles sur la famille, le parti pris gerbant de favoriser outrageusement les sales petites têtes blondes californiennes par rapport aux individus locaux plus facilement sacrifiables pour un public américain (comme par hasard les deux seuls personnages de couleur du film passent à la trappe - le lion est maure ce soir...), enfin bref, j'arrête là car ces quelques mots, safarire personne...

 

 

Ci-dessus : vue à partir d'une caméra embarquée dans les yeux d'un lion ! Et oui en plus c'est vrai.

Link to comment
Share on other sites

  • 4 weeks later...

Wouahou, c'est un film de 1940 ressorti d'un placard et colorisé c'est ça? Ah nan, c'est réalisé par un Afrikaner, je comprends mieux pourquoi les petites têtes sont si blondes et le bétail si repoussant (si si les 2 noirs qui inspirent la crainte là).

En plus d'être puant comme une crotte de lion malaxée par un bear viril, c'est profondément débile mais jamais drôle, juste agaçant. Horrible

Je retiendrais quand même un abus de zooms mondo-esques dans les scenes chocs qui confère au film un petit côté "Derniers cris de la savane" pas désagréable, mais loin de moi l'idée de comparer ce Daniel Roodt à Climati, faut pas déconner quand même.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...