Jump to content

Les fantômes d'Halloween - Frank Laloggia - 1988


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

On pouvait peut-être s'attendre à mieux de la part du réalisateur du démentiel Fear no evil dont le Lady in white semble être une totale antithèse : une histoire de spectre simple et doucereuse, avec ses parts d'ombres et une certaine finesse dans le traitement.

 

Ainsi, le petit Frankie se retrouve enfermé par ses camarades dans l'enceinte de l'école, le soir de la Toussaint. C'est cette nuit là qu'il fera une curieuse rencontre spectrale...et manquera aussi de se faire tuer. Il aurait alors vu l'ancienne victime d'un tueur d'enfant, le même qui l'aurait agressé...

C'est joli comme tout mais pas franchement palpitant dans mes souvenirs et pas flippant pour un sou (le danger ne vient en aucun cas des dits fantômes), ça mériterait quand même une nouvelle vision.

Mise en scène relativement convaincante de ce que je me rappelle aussi...

 

Casaro

 

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

J'ai été un peu interloqué par l'utilisation du terme chef d'oeuvre par Bustillo pour parler du film dans un article du dernier Mad ( où il défendait en plus le pas bon While she was out). Bon vous me direz c'est Mad, toussa

 

Revu donc, et je suis encore moins convaincu qu'à ma première vision Laloggia sait manifestement filmer mais alors qu'est ce que c'est long bon dieu ! 2h pour une histoire de tueur d'enfants et de spectres mignons, le tout avec des ruptures de ton généralement mal venues. Passe encore que la description de la ville et de ses habitants soit pleins de clichés et de facéties, mais il reste pas mal d'éléments inopportun (les grands parents italiens qui se foutent sur la gueule pendant tout le film).

Alors c'est plutôt joli visuellement, mais ça reste sacrément niais. Laloggia a voulu faire son Spielberg, on ne peut pas lui en vouloir. Sauf qu'il y Fear no evil juste derrière quoi

Link to comment
Share on other sites

J'ai été un peu interloqué par l'utilisation du terme chef d'oeuvre par Bustillo pour parler du film dans un article du dernier Mad ( où il défendait en plus le pas bon While she was out). Bon vous me direz c'est Mad, toussa

 

 

voilà quoi...tout est dit!

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...