Jump to content

Pixote: A Lei do Mais Fraco - Hector Babenco (1981)


NickLezob
 Share

Recommended Posts

aka Pixote, la loi du plus faible

 

 

Pixote, un gamin Brésilien d'une dizaine d'années s'est enfui de chez lui. Après une rafle de la police il se retrouve dans un centre de détention pour mineurs. Là il est confronté à la drogue, les viols, les executions arbitraires des policiers....il s'échappe et se retrouve à errer dans les rues avec 3 de ses compagnons mais la réalité au dehors se révèle encore plus rude...

 

 

Le film est introduit par un homme qui nous expose les conditions de vie dans les favellas, et nous dis que les acteurs en sont issus et sont non professionnels, d'ou ce sentiment de document vérité.

 

J'avais trouvé La Cité de Dieu trop esthétisant et stylisé, la c'est tout le contraire, Pixote aborde la misère dans laquelle évoluent ces gamins des rues sans compromis, c'est sale et sans espoir.... On pense à Los Olvidados de Bunuel qui avait le même parti pris.

 

Pixote comporte un bon lot de scènes assez hardcore (sans être forcément complaisantes, c'est pas Midnight Express ou Christianne F même si il est largement aussi sordide), un gamin qui se fait violer, un cadavre troublant de réalisme dans une décharge, une prostituée et son foetus dans la poubelle (qu'elle s'est retirée elle même à coups d'aiguille à tricoter)....pffffiou, j'en suis sorti à moitié glauque, mais le témoignage est poignant.

 

Passé hier soir sur Arte au format, vost et sans signalétique!

 

 

Eric je suis sûr que tu es fan et que tu as un joli texte à nous faire partager?

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...
  • 1 year later...

Dans la série "je débarque"... j'ai eu l'agréable surprise de voir qu'il existait en Z2fr ce soir en faisant des p'tites emplettes, comme annoncé plus haut d'ailleurs.

Et comme une bonne nouvelle n'arrive jamais seule, il fait partie d'une opé Carlotta qui remet en avant certains titres jusqu'à décembre.

 

Sinon pour revenir au film en lui même, j'en retiens ce qu'en a dit Nick, evidemment... et au-delà des éléments scabreux présents dans le film, c'est surtout un extraordinaire "film d'enfance", de celle que le ciné a tendance a occulté en régle générale. On en ressort pas la conscience en paix en tous les cas.

Babenco se permet même de faire naître des moments d'une beauté noire assez stupéfiante, notamment la scène ou Pixote reproduit des gestes infantiles avec la prostituée, ceux de son enfance sacrifiée.

Grand film.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...