Aller au contenu

sly

Members
  • Compteur de contenus

    707
  • Inscription

  • Dernière visite

Réputation sur la communauté

0 Neutral

À propos de sly

  • Rang
    Jess Franco
  • Date de naissance 01/04/1982

Converted

  • INTERESTS
    Le bis rital, Cinéma de Quartier et la joie dans les yeux d'un zombie...
  • OCCUPATION
    Monteur vidéo, scénariste, critique.
  • WEBSITE
  • LOCATION
    Là... Non, plus par là ...
  1. Hello, Parallèlement aux séances 1Kult, j'organise avec quelques camarades le Festival Vidéodrome. Ca se tient toujours aux 7 Batignolles, et ça débute dans quelques jours (le vendredi 3 mai prochain). Le principe ? On met en avant à travers des projections le travail des éditeurs vidéo physique. V'là le petit topo : Le monde de la vidéo continue de bousculer la manière de nourrir notre cinéphilie permettant de brasser et redécouvrir tout un pan de la production mondiale. Petit à petit, le rôle de l’éditeur vidéo s’est transformé, ne se limitant plus à un simple passeur de films, mai
  2. Hello ! La numéro 2 est en approche, et on laisse quartier libre à Bertrand Mandico, réal préféré de Cyril... Séance 1Kult #2 : 12 mars 2019 Carte blanche à Bertrand Mandico L'un des plus passionnants cinéastes français (Les Garçons sauvages, Notre dame des rêves, Ultra pulpe), grand cinéphile et esthète du bizarre et de l'étrange, nous fait l'honneur de nous présenter l'un des trésors enfouis du cinéma bis transalpin : The Slave (Scacco alla regina, 1969). Silvia, pour tuer son ennui et assouvir ses désirs de soumission, décide de travailler incognito pour Margaret, célèbre actrice q
  3. Ce qui est très con ! C'est désormais corrigé !
  4. Je conseille du même Christian de Chalonge L'Alliance, qui entretient un lien avec ce film (je ne vous dit pas lequel). J'ai aussi le souvenir d'un remake sous forme de téléfilm soit disant plus fidèle au bouquin mais assez plat, projeté en plein été en deuxième ou troisième partie de soirée. Et de Robert Merle, j'ai lu Week-end à Zuydcoote, La Mort est mon métier et Les Hommes protégés. Si le troisième est passionnant mais un peu faiblard par moment, les deux premiers sont de véritables bombes. Un immense auteur, un peu oublié je pense, et c'est dommage.
  5. Bonjour à tous, Un peu d'autopromo avec le lancement d'un rendez-vous mensuel : les séances 1Kult ! Ca me démangeait depuis quelques années de relancer la machine, et on commence dès ce mois-ci avec une carte blanche au site Chaos Reign(s) : J'ai fait une bande-annonce pour les curieux qui ne connaîtraient pas cette bombe : 66TBBpAhR8k Pour mars et avril, on part sur deux autres cartes blanches à des réals, et on aura un petit évènement qui devrait plaire aux amateurs de DVD et Blu-ray début mai... Voilà la page facebook de l'event : https://www.facebook.com/events/14820295152
  6. sly

    Threads - Mick Jackson (1984)

    Oh de mémoire Bodyguard est pas si mauvais... c'était juste le film-phénomène de son époque, qui fait arbre cachant la forêt (un peu comme Danse avec les loups, Amélie Poulain, Tim Burton ou Requiem for a dream) et qui a tendance à agacer ceux qui pensent que le cinéma est un peu plus riche que ça. Mais de mémoire c'est pas mauvais (mais c'est pas non plus un chef d'oeuvre, c'est sympa). L.A. Story, je me demande par contre si ça a pas pris une grosse mandale avec les années...
  7. sly

    Duel au couteau (1966) Mario Bava

    Ce DVD traînait depuis 9 ans sur mon étagère. Une sorte de western spaghetti viking, au scénar trop sage, réalisé par un Bava qui décidément n'arrive pas à s'en sortir en plein air (c'était déjà le défaut de ses westerns), et qui n'y croit absolument pas. Cameron Mitchell peroxydé vient porter secours à la veuve et l'orphelin, mais même si l'histoire de rédemption (SPOILER XXX la filiation entre cette femme qu'il a violé et donc ce fils qui serait le sien est intéressant, surtout que c'est clairement le mieux filmé, mais ça n'est qu'évoqué et jamais approfondi XXX SPOILER) fait décoller un p
  8. sly

    The Abandoned - Nacho Cerda - 2006

    Je l'ai revu, et c'est toujours aussi bon ! L'histoire en forme de labyrinthe ne nous perd jamais totalement, et fascine réellement par sa symbolique et ses interprétations multiples. Je me souvenais d'une ambiance poisseuse, mais je n'avais pas fait le rapprochement à l'époque avec Tarkovski (clairement Stalker et Solaris sont pas loin) et Lucio Fulci (les corps déliquescents et violentés, la "matière" - boue, eau, etc... - et le gore bien sûr). Quel dommage que Cerda n'ait rien fait depuis (à part apparemment un court et une interview de Catriona McColl autour de ...Fulci) ! Ironiqueme
  9. sly

    8MM - Joel Schumacher (1998)

    J'ai un bon souvenir, mais j'ai un peu peur de le revoir... Les deux décennies ont dû adoucir et décaper le souvenir de l'époque... Je me souviens avoir croisé une suite en DTV dans des rayonnages, mais jamais vu...
  10. sly

    PIFFF 2018

    Alléchant ! J'essaye de me caler les 3 prods ou co-prods françaises, et les courts gaulois.
  11. Je suis à mi-chemin Uncharted 4me opus : le panard ! Certes, la mécanique est un peu répétitive depuis les 3 épisodes que j'ai découvert ces derniers mois, mais popopopopop... L'écriture est très bonne, les personnages sont vraiment intéressants (même Sully ou Chloé qu'on voit moins), et la réal est fabuleuse, et ça conclut bien le sujet pour le moment. Du panard, et il me reste à découvrir prochainement The Last of us...
  12. sly

    Rosemary's baby - Roman Polanski - 1968

    Pas faux. C'est las à halluCo que vous aviez eu du mal à avoir Le Locataire d'ailleurs ? Ou ma mémoire vrille...
  13. sly

    Rosemary's baby - Roman Polanski - 1968

    A noter que le film bénéficie d'une petite campagne pour sa ressortie et ses 50 bougies : pwLKIcB0zDw Par contre, le studio a omis le nom de son auteur, ce qui est un peu dégueulasse (si on peut associer le moins possible Polanski de ces films, ça serait mieux, mais par contre, comme c'est une vache à lait, on lâche pas les droits du film, qu'on rerererereresort).
  14. Les Apprentis c'est mortel ! Après, jamais totalement convaincu par les autres films du bonhomme, mais cuilà, c'est une merveille, avec ce duo assez bien senti de Cluzet et Depardieu fils. Pas encore vu celui-là, mais je comprends ce que Cyril veut dire par emballement cannois. C'est le cas sur plein de films, qui vont bénéficier d'une sorte de consensus général, et qui revu à froid, laisse parfois un peu pantois. Je me souviens de Camille redouble, qui m'avait fait le même effet (pratiquement personne pour parler de Peggy Sue s'est marié, dont le film est quand même une photocopie quasi
  15. Après une première séance catastrophique à la sacro-sainte "mercredi matin aux Halles", le film semble cartonner depuis ce weekend ! Avec 128 copies seulement, et un tel score en première semaine, c'est inattendu ! Je crois que les deux "acteurs" sont des youtubers, et ça serait le premier "succès" commercial dans la "Youtubsploitation"...
×
×
  • Créer...