Jump to content

Robogeisha - Noboru Iguchi (2009)


Steve
 Share

Recommended Posts

  • 1 month later...
  • 2 weeks later...

Pour Martyrs, ca serait avec plaisir mais je lai deja vu ailleurs... et jai pas trop le tps en ce moment

 

je prefere me reserver pour Robogeisha ou ce truc (avec le mec de Dai Nipoongin) ou jai fais de la figu:

Tittle: Symbol

Directed by Hitoshi Matsumoto (Down Town)

http://symbol-movie.jp/

 

mater le trailer ici cest carrement zarb (en bas, la troisieme option en partant de la gauche)

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Bon, comme on se disait avec l'ami Norman au NIFFF, l'enjeu avec le V-cinéma, c'est pour les réals d'arriver à se renouveler, à faire preuve de toujours plus d'imagination pour inventer toujours plus de trouvailles visuelles. Un gimmik hyper fun parce que vu pour la première fois dans « Tokyo Gore Police », fait forcément beaucoup moins d 'effet lorsqu'il est reproduit 40 fois dans les 40 films suivants du genre.

Dans ceux sortis récemment, «Vampire girl vs Frankenstein girl » s'en sortait en misant un peu plus sur l'humour et un peu moins sur le gore, mais dans « Mutants Girl Squad » par exemple, ça tournait un peu en rond.

Ici, Iguchi s'en sort bien niveau inventivité, avec au milieu des incontournables geysers de sang et corps tranchés en deux, des idées absolument mortelles qui font le charme du V-cinéma

(le chateau-robot géant, la geisha qui se transforme en mini tank, les immeubles qui saignent, la tête enfoncée dans les épaules)

. Le problème, c'est qu'on a quasiment déjà tout vu dans la BA, et qu'elles arrivent quasiment toutes dans la dernière partie.

L'autre gros problème du film, c'est son ambiance générale. Autant chez Nishimura, on sent un esprit bien punk et turbulent, notamment grâce à une musique péchue toujours excellente, autant là, une musique molle qui ne parvient pas à faire décoller les scènes, et du coup un manque de fun et de dynamisme. On a des scènes qui avait le potentiel pour faire sauter au plafoond, et qui tombent à plat. Le film est paradoxalement trop sage, voire trop « adulte ": on sent que le réal veut faire un truc plus carré que le tout venant du V-cinéma: il essaie de raconter une histoire, la réalisation est appliqué, mais tout ça au détriment du fun et de l'énergie qui font la force de ce genre de films.

Les 20 dernières minutes sont nettement plus énervées, mais avant ça, c'est quand même, sans être désagréable, un peu chiant et mollasson, et ça manque de morceaux de bravoure!

Donc bien déçu au vu de la trique que pouvait foutre la BA.

 

 

@burial: tu es dans quelle scène de Symbol??

Link to comment
Share on other sites

Bon, comme on se disait avec l'ami Norman au NIFFF, l'enjeu avec le V-cinéma, c'est pour les réals d'arriver à se renouveler

 

attention, ROBOGEISHA et les films du même genre sortis récemment chez ces prod, ce n'est pas du V-Cinema

Link to comment
Share on other sites

  • 3 months later...

Ben c'est une belle merde.

Les quelques rares bonnes idées qui n'ont pas déjà été exploitées dans Meatball Machine, Tokyo Gore Police ou Machine Girl sont tuées par une image toute pourrie et des SFX de pisseuse en synthèse (des geysers de sang en CGI dans ce genre de prod, c'est plus que du foutage de gueule), ça traîne la patte du début à la fin, les acteurs sont mauvais, la musique pue du cul et on ne voit pas un seul petit bout de téton de tout le film. C'est un scandale.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...