Jump to content

The Reader - Stephen Daldry - 2009


ParaNorman
 Share

Recommended Posts

Pendant l'été 58, à 15 ans, Michael rencontre Hanna, de 15 ans son ainée. Ils tombent rapidement amoureux. Mais Hanna semble toujours distante et mystérieuse. Elle lui demande de lui faire la lecture de ses romans d'ecole. Quelques temps après, elle s'enfuit subitement sans raison apparente... Il ne la reverra que 10 ans plus tard lors d'un procès, sur le banc des accusés.

 

 

TOBAM DANS MA GUEULE . sans surprise en fait, n'ayant vu que "the hours" de Daldry mais qui a été aussi un incroyable moment de cinema pour moi.

Il arrive avec ce pitch a priori chiant, avec un rythme un peu chiant aussi à maintenir l'intérêt du spectateur dans sa première partie/première époque : exposition des personnages et mise en place des enjeux. Pour mieux faire éclater le drame dans sa seconde partie (seconde époque donc), en impliquant totalement le spectateur au personnage principal, autant d'un point de vue ethique que sentimental. Et la première partie en devient alors que plus forte.

Le dénouement de la seconde partie m'aura fait verser ma larmichette, une vrai pompom girl .

La dernière partie (troisième époque) m'aura moins convaincu mais est indispensable pour tirer une conclusion à l'histoire, conclusion rudement menée pour ce sujet quand même. Je pense surtout avoir été suffisamment touché auparavant pour ressentir un soupçon d'ennui à la fin.

 

La richesse des personnages et l'esthétique du film est incroyable. Tout semble conçu comme un travail d'orfèvre : patient, intelligent, maîtrisé. Pour chipoter, d'une certaine manière, c'est un cinema "sérieux" et "académique" mais ce serait vraiment enculer les mouches étant donné le plaisir de cette vision...

Kate Winslet aura bien mérité son oscar, elle est transparente de vérité. C'est impressionnant. Aucune fausse note sur le casting et sur leurs jeux. Ne connaissant rien de l'histoire avant la séance, ça m'a en fait surpris de voir tous ces allemands parler anglais avec une (micro)pointe d'accent .

 

Autre enjeu du film, amenée de manière métaphorique (je peux me gourrer hein mais bon c'est le principe de la métaphore)

SPOILERS

tout le film fait le parallèle entre la culpabilité allemande d'une génération en sortie de seconde guerre mondiale et l'histoire que vivent Michael et Hanna. Il y a une telle richesse à decortiquer dans les dialogues et les actes que ça en donne le vertige!

FIN

 

bref, une vrai leçon d'histoire et de cinéma, je suis conquis.

Link to comment
Share on other sites

  • 1 year later...

Y a que Norman qui a aimé ce film?

M'enfin il en parle très bien, la qualité prime sur la quantité. Je sens que je vais dire de la merde si j'en rajoute dans les superlatifs positifs, ca va ressembler à une critique de studio magazine, alors je m'abstiens.

L'un de mes préférés de 2009, revu et toujours aussi admiratif de l'oeuvre. Quel sujet casse gueule, quelle délicatesse dans le traitement!

Par contre là ou je ne rejoins pas Norman, c'est la dernière partie (celle chez Lena Olin on est bien d'accord?)... pour moi c'est la plus forte, la plus percutante, celle qui parachève l'oeuvre. Comme quoi!

Un grand film.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...