Jump to content

Saints-Martyrs-des-Damnés - Robin Aubert (2005)


Blame
 Share

Recommended Posts

Dépeché dans le village de Saints-Martyrs-des-Damnés pour enquęter sur des disparitions mystérieuses, un journaliste découvre un univers qui oscille entre le drame et le fantastique. La disparition de son photographe, ainsi que d'étranges personnages, dont le fantôme d'une jeune femme décédée le jour de son mariage, l'entraîneront sur des pistes ou la notion d'identité est fortement compromise... y compris la sienne.

 

 

Le teaser:

http://www.christalfilms.com/officialsites/saintsmartyrsdesdamnes/smdd_teaser.html

Link to comment
Share on other sites

  • 1 month later...

Mes commentaires à chaud, donc décousus.

 

Que dire…Je suis vraiment incertain sur quoi penser de ce film. On a affaire à un mélange des genres dont le Western, en passant par le fantastique et finissant avec la science-fiction. Un U-Turn avec Twin Peaks; Fire walk with me et X-Files, pourrait peut-être s'en rapprocher.

 

Dans l'exposition le héros, journaliste de profession, enquête sur une hypothétique secoupe volante qui s'est écrasé dans un champ. Tout de suite, on est averti, on aura affaire à un véritable OVNI cinématographique. C'est le cas.

 

Mais y a un gros problème; la saturation. Il y a trop d’idées en 1h47. Les freaks abondent, on aimerait s’intéresser à eux, mais hélas, le héros se contente de se promener du point A au point B, pour se rendre ensuite au C et pour retourner enfin au A sans qu’on apprenne davantage sur le mystère du village. On assiste donc à un récit plutôt plat où se greffe des séquences inquiétantes, parfois surréalistes, tantôt horrifiques.

 

Visuellement c’est splendide; il y a que très peu de teinte dans l’image, renforçant la rusticité du village et cette ambiance inquiétante de rêve éveillé. Et le scope avantage a coup sûr les paysages de ce trou perdu.

C’est un peu frustrant, car j’ai la réelle impression de cracher dans la soupe. Dans le cadre d’une série-télé, s’aurait pu être génial en une dizaine d'épisodes, mais dans ce cas-ci, j’ai étouffé. Le film, contient trop de trucs (et de sacrées bonnes idées en plus), mais ça part dans tous les sens, pour finalement se retrouver le cul entre deux chaises. Peut-être que de se concentrer sur un seul genre aurait été plus sage.

 

Mais merde, c’est du fantastique québécois, on les compte sur les doigts de la main et pour une première œuvre, Robin Aubert vient d’accomplir quelque chose qui mérite d’être vu à coup sûr. La valeur de revisionnement est bien présente aussi...

 

Par ailleurs, c'est déçevant aussi pour une première semaine d'exploitation, seulement 86 298 $ d'amassé malgré d'excellentes critiques et beaucoup d'attention des médias.

Link to comment
Share on other sites

Parce que chaque année réserve son film fantastique québécois...le verra-t-on à Gerardmer 2006?

 

C'est ce que je me disais tiens !

Pour le moment deux essais, un réussis (Peau Blanche) et un demi échec (Sur le seuil)

 

Caribou !!

Link to comment
Share on other sites

Parce que chaque année réserve son film fantastique québécois...le verra-t-on à Gerardmer 2006?

 

Ah et bien je le souhaite, il ne passerait pas inaperçu justement par son aspect fortement onirique. Et effectivement, il est aussi plus digne d'intérêt que "Sur le seuil" que j'ai trouvé pas trop mal en passant.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...