Jump to content

Carandiru - Hector Babenco - 2003


Jeremie
 Share

Recommended Posts

 

C'était le retour au cinéma (attendu ou pas) de Hector Babenco, qui avait quand même bien marqué son petit monde avec Pixote avant de partir à Hollywood pour des titres relativement singuliers.

 

Sujet en or : la tragédie de Carandiru, la plus grande prison du brésil (7000 personnes !) qui connu un carnage sans précédent lors de l'intervention d'une escouade timbrée. Le point de départ s'opère par l'arrivée d'un médecin, dont le but est de surveiller et de prévenir la propagation du Sida dans l'établissement. Ce qui donne l'occasion de s'attacher à un groupe de prisonniers (une dizaine) dont on découvre également la vie hors cellule : un dealer minable et son frangin, un escroc gérant mal sa bigamie, un travesti touchant (les débuts au cinéma de Rodrigo "Xerxes" Santoro)...

On a très envie de prendre une douche dès les premières minutes du film (et de se faire dépister aussi ) et on se laisse bercer...dommage que Babenco semble un peu frapper dans le vide, illustrant sur grand écran (et sans grande inspiration) la formule de Oz avec cette petite fièvre brésilienne en plus. Des balbutiements de lyrisme, une grande violence, mais un peu vaine : c'est plus le fait divers en lui-même qui révolte que sa retranscription à l'image, aussi étrange que cela puisse paraître. Pas mauvais, loin de là, mais pas vraiment convaincant non plus.

Link to comment
Share on other sites

On a très envie de prendre une douche dès les premières minutes du film

 

 

tu me fais peur.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Link to comment
Share on other sites

 

un bon petit film de prison pas désagréable et plutôt original car très ancré dans son contexte brésilien

effectivement le fait divers en soi est finalement plus anecdotique qu'autre chose : Babenco semble préférer nous dépeindre des personnages pathétiques et attachants, servis par de très bons acteurs.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...