Jump to content

Mais où est donc passée la 7ème compagnie ? - R. Lamoureux


Red Helling
 Share

Recommended Posts

Fin mai 1940 en France, la 7ème compagnie du 108ème régiment de transmission est obligée de trouver refuge dans les bois. Mais ça ne sera pas suffisant pour échapper aux Allemands et seulement 3 d'entre eux ne seront pas pris car envoyés 'providentiellement' en éclaireurs. Pour ces trois-là que sont Chaudard, Pitivier et Tassin, le chemin sera long pour regagner leurs lignes, mais notre trio d'anti-héros pourrait bien se surprendre lui-même. D'autant que le lieutenant Duvauchel, rescapé d'un combat aérien quelques heures plus tôt, va venir chapeauter la fine équipe. Ce qui ne sera pas du goût de tous car certains seraient bien restés dans la forêt de Machecoule à faire la T'naille...

 

Un film sur les stratégies militaires comme la T'naille:

 

Pitivier: Dites chef, militairement causant, plus qu'on va vers le sud, vu qu'la guerre est pas finie, comme vous avez dit, plus qu'on va vers le sud, moins qu'on fait face, pas vrai Tassin ? Tandis que, dans le cas qu'la situation se retournerait, supposition, on serait comme un poste avancé, voyez chef ? Et pour l'instant qu'la situation est pas encore retournée, on est comme une espèce d'épine que les Boches auraient dans les fesses, hein Tassin ?

 

Un film où on apprend à nager:

 

Chaudard: la main en sifflet et vers l'extérieur...

 

Un film où on sait parler à ces salauds de collabo avant de défoncer leur vitrine à coup de dépanneuse volées aux Boches:

 

Pitivier (déguisé en Allemand): Attention... Écartez-fous... On fa manœufrer...

 

 

3ème plus gros succès cinéma de l'année 1973 en France, ce film est aujourd'hui culte pour certains et ringard pour d'autres. Pour moi il est indiscutablement culte. Et je le revois assez souvent avec le même plaisir non dissimulé... Hein Tassin ?

Et c'est peut-être parce que l'auteur du film est le grand Robert Lamoureux que ce film vieilli si bien... Un humour bien dosé, des personnages attachants servis par un casting assorti... Culte j'vous dis !

Link to comment
Share on other sites

Bon je me mets en mode "je raconte ma vie" mais à vrai dire je considérais la trilogie comme "ringarde" ce qui en soit n'est pas négatif...mais comme quelque chose de typiquement "Français"...finalement avec le recul et bientôt 6 mois dans un pays étranger...je n'ai qu'une hâte c'est me faire des comédies "à la française"...cela est un peu con...mais c'est loin de la France que je me rend compte (façon parler) de certaines qualités du cinéma Français car on a produit beaucoup de films dans des genres très variés et lorsque je vais au cinéma en Irlande même si certains films en Français sortent, dernier exemple : Ne le dis à personne, le choix est assez réduit Américain ou Anglais, ou si t'es chanceux d'une autre nationalité...OUI Môsieur

 

Bref pour résumer : Un classique indémodable et intemporel ! Na !

Link to comment
Share on other sites

  • 2 weeks later...
...je n'ai qu'une hâte c'est me faire des comédies "à la française"...cela est un peu con...mais c'est loin de la France que je me rend compte (façon parler) de certaines qualités du cinéma Français car on a produit beaucoup de films dans des genres très variés

 

 

Bref pour résumer : Un classique indémodable et intemporel ! Na !

 

Plutôt que la recherche de qualité, il s'agit de nourrir le désir ambigu de la franchouillardise tant appréciée et tout autant rejetée. L'affectif prend le pas sur le cinéma même s'il est le lieu de son expression.

 

Ceci dit, je plains encore mon oncle que je trainais au cinéma pour voir La septième compagnie, quand ce n'était pas le xème Charlots. Pour les Charlots, je n'y arrive plus. Test fait récemmment. Par contre, les VHS permettent d'accéder à de savoureux moments d'exhumation tel ce "En cas de guerre mondiale, je pars à l'étranger" encore tout chaud.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...