Jump to content

Ju-Rei, La Malédiction - SHIRAISHI Koji (2004)


Florent
 Share

Recommended Posts

 

Après « the Ring » et « the Grudge »

 

Je met cette accroche (qui se trouve sur le magnifique boîtier en métal) car pour certains cette unique phrase les fera fuir ou au contraire seront intéressés à découvrir un énième traitement des fantômes Made in Asia.

 

A mon habitude, j’ai fourré la galette sans avoir lu une ligne du pitch, ni savoir qui était le réalisateur (à mon crédit faut dire qu’aucune mention sur le boitier ne fait mention du nom du réalisateur).

 

10 chapitres et un prologue composent ce (court) film de 76 mn, des scénettes qui se déroulent à rebours (à la manière de Memento). Une manière plutôt astucieuse de conserver un petit peu de suspense dans un genre narratif bien trop formaté pour l’habitué. Au début j’avais l’impression de voir un cadavre exquis mais petit à petit on se rend compte du lien (familiale ou amicale) qui unit toutes les victimes par cette « ombre mystérieuse ».

 

Sans vouloir trop en faire et trop en dire, j’ai été électrisé (littéralement) par certaines séquences. La réussite du film tient à son image, floue, sale, avec un grain pas possible mais cela renforce le rendu naturel, une véracité qui confine l’histoire à un quotidien banal et familier.

 

L’ambition du film n’est sûrement pas de trouver un nouveau créneau dans l’exploitation des fantômes mais de traiter, d'experimenter par l’image le traitement de diverses peurs. Notamment celle du noir (pas l’être humain ) ou de la présence inconnu chez soi.

 

Personnellement j’ai toujours eu peur du noir, traumatisé par l’émission Mystère et Goshtbusters, ce film m’a bien parler, par moment je ressentais un véritable malaise en partie du à une dilatation (non pas de mon…enfin ! ) du temps. Certaines scènes s’étirent sur une ou deux minutes, entouré par les grincements dents stressants annonçant la présence du fantôme.

 

Après je pense que certains se feront chier devant cette bobine pour ma part j’ai beaucoup apprécie la (non ?) qualité artistique du film.

 

Et puis cette idée de contagion de la mort comme un virus est très intéressante, le contact humain, étant vu comme source de mort mais en même temps l’isolement n’est pas la solution. A vrai dire il n’y en a pas, le fantôme vient chercher des âmes et il va bien se gaver.

 

à noter pour ceux qui voudront découvrir le film, il est actuellement à 6,99€ sur Pixmania

Link to comment
Share on other sites

  • 10 months later...

Je sais que c'est pas bien de juger un film sur ses 10 premières minutes, mais là, c'est juste pas possible... (ça passe en ce miment sur Virgin 17)

Un film amateur fait par un mec qui connait pas la grammaire cinématographique, qui ne sait pas utiliser sa caméra, dont le seul effet horrifique, c'est de mettre du flou sur des personnages... Dis comme ça, ça pourrait passer pour un porno censuré... Et pourtant non, il s'agit bien d'épouvante (le mot est bien trouvé ) nippon distribué en France assez largement (chez Mad Asia/WE Prod).Quand on voit que c'est distribué, et qu'on voit toutes les pépites qui restent à sortir dans notre pays...

Mais c'est pas bien de juger un film sur ses 10 premières minutes, je le répète.

Link to comment
Share on other sites

 Share

×
×
  • Create New...